Lille Métropole aide les entreprises à réduire leurs déplacements aux heures de pointe (59)

Comment limiter les déplacements automobiles des salariés aux heures de pointe ? En alliant solutions de mobilité, réorganisation du travail et offre de services, répond le Bureau des temps de la métropole européenne de Lille (MEL). Le confinement ayant réinterrogé le rapport au temps, il propose à plusieurs entreprises de tester un outil prototype pour trouver leurs solutions sur mesure.

Décaler l'heure de démarrage d'une partie des salariés, proposer du télétravail à temps partiel, apporter une offre de location de vélos ou les services d'une conciergerie au bureau... « C'est en combinant plusieurs de ces solutions que l'on peut lutter contre la congestion urbaine aux heures de pointe, sans recourir à des réponses lourdes de type construction d'infrastructures », indique François Lescaux, chargé de mission au Bureau des Temps de la Métropole Européenne de Lille (MEL). Alors que la crise de la Covid-19 a mis sur le devant de la scène de nouvelles manières de travailler, le projet d'outil prototype d'aide à la décision pensé par ce service avec plusieurs partenaires tombe à point nommé.

Une première expérimentation en 2016

Dès 2016, dans le cadre d'un appel à projets régional sur la prise en compte des temps dans l'aménagement du territoire, le Bureau des temps (voir encadré) de Lille Métropole anime un large groupe partenarial (département du Nord, région Hauts-de-France, représentants de l'État, organismes de transport, comités d'usagers des transports, entreprises, CCI...). Intitulé « Heures de pointe, testons des idées de pointe » le projet a pour objectifs d'identifier et d'expérimenter des solutions à la congestion urbaine. Après avoir dressé un panorama de 17 grands types d'actions, ce groupe engage en 2016 une première expérimentation sur deux territoires : le CHR Eurasanté au sud de Lille (40.000 personnes par jours regroupant des écoles médicales, des entreprises du secteur médical et des patients) et la zone d'activités de la Haute-Borne à Villeneuve d'Ascq (industries de pointe en bout de ligne de métro). « Nous avons choisi de cibler les entreprises car leur organisation conditionnait les déplacements domicile-travail, majoritaires aux heures de pointe », note le chargé de mission. Huit d'entre elles ont accepté de se prêter au jeu, avec 60 salariés « chronotesteurs » volontaires qui se sont engagés durant quatre semaines en consignant leurs pratiques de déplacements dans un journal de bord. Ils ont ainsi identifié des changements à opérer pour éviter de perdre du temps, les ont testés, puis ont aussi expérimenté des idées proposées par le groupe partenarial : appli trafic, covoiturage, organisation différente des activités sur une journée, ...

Un changement individuel qui s'accompagne et prend du temps

De cette première expérimentation, le Bureau des temps a tiré plusieurs enseignements. « D'abord, les dispositifs d'autoévaluation et l'existence d'une communauté d'usagers sont essentiels pour accompagner le changement individuel, souligne le chargé de mission. Mais pour permettre un effort individuel, il est essentiel de procurer un cadre collectif stable d'expérimentation : innover seul est beaucoup plus difficile qu'à plusieurs. Le poids social du regard des autres sur les changements d'horaires reste un vrai frein ». Après cette première expérimentation et un temps de dormance du projet, le Bureau des temps s'est remis à l'ouvrage en 2019 pour enclencher des changements plus massifs. Après avoir réactualisé les familles d'actions qui seront présentées en ligne, il a proposé de créer un outil d'aide à la décision pour les entreprises, qui permet de porter à connaissance toutes les solutions disponibles et aide à les mettre en œuvre. Cet outil est développé parmi les 500 projets accompagnés en méthode design collaboratif dans le cadre de « Lille, capitale mondiale du design », décerné par l'association World Design Organization.

Un outil prototype testé par quatre entreprises

Deux ateliers de conception collaborative ont ainsi eu lieu pour définir la forme de l'outil d'aide à la décision. « Le prototype en cours de construction mixera solution numérique de type « appli », arbre de décision humoristique pour guider l'entreprise dans le choix des solutions et service après-vente (SAV) d'échange de bonnes pratiques animé par un réseau d'ambassadeurs » précise le chargé de mission. Une fois le prototype mis sur pied, quatre entreprises des secteurs de l'assurance, de la logistique, du soutien aux entreprises et du monde universitaire vont le tester, avant qu'il ne soit finalisé fin 2020.

Une conciergerie interentreprises et habitants

En complément de cette approche originale, la MEL soutient aussi la préfiguration d'une conciergerie interentreprises, ouverte aux habitants, qui doit voir le jour à Tourcoing début 2021. Cette conciergerie sera également une vitrine pour des solutions de mobilité alternatives. Enfin, la zone de la Haute-Borne, partenaire de la première expérimentation de 2016, s'est engagée dans un défi mobilité. Animé par la société publique locale Euralille, le défi « La Haute Borne dépasse les Bornes » permet d'expérimenter des solutions de mobilité originales, comme les trottinettes en libre-service ou l’autostop participatif. Un atelier de réflexion et d’échanges de bonnes pratiques, autour des solutions d’organisation du travail, y sera mené par le Bureau des temps, afin d’encourager les entreprises à lutter contre ces déplacements en heures de pointe. « La crise de la Covid-19 va certainement accélérer ces réflexions car le rapport au temps et à la mobilité a été vraiment réinterrogé » conclut le chargé de mission.

Les Bureaux des temps

Nés en Italie, les Bureaux des temps se sont développés en France à partir des années 2000, sous l'impulsion d'Edmond Hervé, ancien maire de Rennes. Plusieurs collectivités locales ont alors développé des politiques temporelles s'intéressant à l’organisation du temps – horaires d’ouverture et accessibilité des services – et à la coordination des systèmes d’horaires sur leur territoire – transports, loisirs, travail – dans un objectif d’améliorer la qualité de vie. Aujourd'hui, une vingtaine de collectivités françaises sont actives dans ce domaine, regroupées au sein de l'association TempoTerritorial.

Métropole Européenne de Lille

Nombre d'habitants :

1170630

Nombre de communes :

95
2, boulevard des Cités Unies
59040 Lille Cedex

François Lescaux

Chargé de mission Bureau des temps