Manger Bio Isère, la société coopérative d’intérêt collectif qui vise à structurer la filière bio dans le département

Manger Bio Isère est une société coopérative d’intérêt collectif qui vise à structurer la filière bio dans le département. Le projet est né en 2005, à l’initiative de producteurs isérois qui souhaitaient organiser et donner de la visibilité à des productions locales jusqu’alors très dispersées. La plate-forme assure aujourd’hui l’approvisionnement de 140 établissements, et a considérablement professionnalisé ses différents process (prise de commande, logistique, livraison) grâce aux outils numériques.

La volonté de structurer un secteur bio en émergence

Manger Bio Isère est né en 2005 de la volonté de plusieurs producteurs isérois (agriculteurs et transformateurs). Déjà impliqués dans la vente directe de leurs productions auprès d’acteurs de la restauration collective, ils ont souhaité proposer une offre plus globale, répondant davantage aux attentes de ces acteurs.

Ce projet s’inscrit aussi dans un contexte où le Département de l’Isère commençait, à l’époque, à mettre en place une politique de développement du bio dans les cantines scolaires.

L’association Manger Bio Isère a alors été créée, avec la constitution d’un catalogue de produits et l’embauche d’un commercial. Dans un premier temps, l’association assure les prises de commande, la coordination des producteurs et la facturation ; les livraisons étant directement assurées par les producteurs.

Face au succès de l’initiative, l’association se structure et élargit progressivement sa palette de services. Le réseau de producteurs s’élargit, l’association se dote en 2011 d’un logiciel de gestion commerciale. Elle internalise progressivement la fonction logistique : plate-forme de transit sur le site de la STEF (2011), préparation des commandes et livraisons confiées à la société Fret Froid Service (2013), installation de l’activité logistique au Marché d’Intérêt National de Grenoble (2016). Parallèlement, l’association intègre des compétences complémentaires : logistique, gestion des stocks, achats, communication.

En décembre 2015, l’association se transforme en Société Coopérative d’Intérêt Collectif, qui comprend aujourd’hui 57 associés, divisés en 4 collèges (salariés, producteurs / transformateurs, développeurs de la bio et soutiens).

 

Un dispositif essentiellement au service de la restauration collective

Manger Bio Isère assure l’approvisionnement en produits bio d’environ 140 acteurs de la restauration collective, dont 60% d’écoles. Elle approvisionne aussi de petits établissements, tels que des crèches, des magasins et des restaurants.

La SCIC réalise les achats et les approvisionnements auprès des producteurs, grâce à sa plate-forme logistique.

Le site internet permet de présenter le catalogue de produits, mais aussi de commander et de payer en ligne. De leur côté, les producteurs peuvent renseigner eux-mêmes sur le site les produits qu’ils proposent à la vente.

Enfin, Manger Bio Isère assure la livraison des produits via la société Fret Froid Service. Un service « click and collect » est également proposé à certains créneaux fixés à l’avance.

Depuis le mois de novembre, le service s’étend aussi aux particuliers, avec la possibilité de commander, de payer en ligne et d’être livré (offre en vrac pour des groupements de particuliers). Pour cela, un site « jumeau » a été mis en place : « Drive mangez bio Isère ».

 

Un développement très rapide

L’activité de Manger Bio Isère a connu un développement rapide et significatif. En 2016, la SCIC comprenait 5 salariés, avec un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros. En 2019, le chiffre d’affaires s’élevait à 5 millions d’euros, pour 25 salariés. Les revenus de Manger Bio Isère reposent exclusivement sur la vente des produits, avec des coûts logistiques relativement élevés (10%). Le modèle économique de l’entreprise est quelque peu fragilisé par la faiblesse de ses fonds propres.

L’activité de l’année 2020 a bien sûr été fortement impactée par la crise sanitaire, avec un très net recul de l’activité de restauration collective. La SCIC a obtenu le soutien du Département, mais a aussi commencé à développer son offre en direction des particuliers.

Cette offre, mise en place en novembre 2020, devrait générer un chiffre d’affaires de 200 000 euros pour cette première année. La SCIC vise un montant de 400 000 euros en 2021, pour environ 100 à 200 familles servies chaque semaine.

 

La nécessité de poursuivre la professionnalisation du dispositif

Le développement de l’offre de Manger Bio Isère correspond à un besoin réel, et a permis de contribuer à structurer la filière bio dans le département (et au-delà).

L’outil numérique apporte une plus-value incontestable au déploiement de l’activité. Il permet de donner, via le site internet (dont une version améliorée paraîtra bientôt), de la visibilité au catalogue de produits, ainsi que de faciliter la prise de commande et le paiement. Il constitue également un outil collaboratif avec les producteurs, qui peuvent mettre à jour leur offre en temps réel. Cette facilité de prise en main constitue un élément clé du modèle de Manger Bio Isère.

En interne, l’activité de l’entreprise est gérée et pilotée grâce à un logiciel ERP qui permet l’indispensable connexion entre les différents métiers : commerce, approvisionnements, logistique.

Mais cet outillage numérique mériterait d’être renforcé pour encore optimiser l’activité : dématérialisation complète du processus depuis l’approvisionnement jusqu’à la livraison (le référencement des produits achetés se fait encore manuellement), gestion en temps réel des stocks et automatisation des process, optimisation de la gestion des ventes…

Ces améliorations apparaissent nécessaires pour faire face à une concurrence très bien organisée (les grossistes), et alors que les acteurs de la restauration collective sont exigeants sur la qualité et la régularité du service rendu.

 

 

 

Mangez Bio Isère

MIN de Grenoble, 117 rue des alliés
38100 Grenoble
bienvenue@xn--mangezbioisre-6gb.com

Lydéric Motte

Directeur

Pour aller plus loin