Habitat - Mise aux normes des ascenseurs : les experts dénoncent l'accumulation des retards

La Fédération des indépendants experts et bureaux de contrôle ascenseurs (Fiebca) a tiré la sonnette d'alarme sur l'ampleur du retard en matière de mise aux normes de sécurité des 520.000 ascenseurs français, dont 485.000 accessibles aux personnes. L'exercice n'est pas vraiment nouveau : la fédération avait déjà dénoncé ces retards en novembre dernier, après deux accidents graves - dont un mortel - survenus dans des ascenseurs. Mais le retard continue de s'accumuler...
Le président de la Fiebca a en effet présenté les résultats d'une étude réalisée sur un échantillon de 2.400 contrôles techniques effectués par les entreprises adhérentes à la fédération. Il en ressort deux chiffres particulièrement significatifs. D'une part, près de 20% des ascenseurs contrôlés étaient en infraction au regard des obligations prévues par la première étape de la mise en sécurité, dont l'échéance était fixée au 31 décembre 2010. D'autre part, 70% des ascenseurs contrôlés n'avaient toujours pas engagé les travaux prévus par la seconde phase, qui s'achèvera dans un an, le 3 juillet 2013. Ce chiffre est sensiblement supérieur à celui avancé par les ascensoristes, qui évoquaient - il y a quelques semaines - un taux global de mise en conformité de 58% (voir notre article ci-contre du 3 avril 2012). En tout état de cause et compte tenu de l'encombrement du carnet de commandes des ascensoristes - et malgré le récent décret qui doit faciliter la mise en concurrence (voir notre article ci-contre du 11 mai 2012) - il semble aujourd'hui exclu de rattraper la totalité de ce retard.
En combinant ces deux chiffres, le président de la Fiebca constate que "bien que beaucoup de propriétaires aient souhaité se mettre en conformité sur les trois échéances, il reste des travaux à effectuer sur les deux tiers du parc". La Fiebca souligne toutefois qu'"en ce qui concerne l'habitat social, beaucoup de travaux coûteux ont déjà été engagés". Les principales difficultés concernent donc les immeubles en copropriété, où la mise en oeuvre des travaux est encore compliquée par la nécessité d'obtenir l'accord de l'assemblée générale. Cette situation n'a pas manqué de faire resurgir, de la part de certaines associations représentant les copropriétaires, la demande d'un nouveau report des échéances.
Après les reports déjà accordés par le passé - l'échéance du 31 décembre 2010 était initialement fixée au 3 juillet 2008 -, il est peu probable que les pouvoirs publics accèdent à cette demande, du moins dans l'immédiat. Un nouveau report serait en effet d'autant plus pénalisant que les ascensoristes ne manquent pas de rappeler que le parc français est le plus âgé d'Europe, avec 50% des ascenseurs affichant plus de 25 ans et un quart plus de 40 ans. Une vétusté qui vaut à chaque ascenseur de connaître, en moyenne, trois pannes par an...

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle