Mont-Saint-Michel Normandie : "Montre-moi tes ordures ménagères, elles sont peut-être recyclables !" (50)

Publié le
par
Sophie Daguin
dans

Environnement

Manche

Lors des tournées de ramassage d'ordures ménagères, les agents de collecte de l’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie refusent les sacs contenant des déchets recyclables. Ce contrôle visuel est possible avec les sacs translucides distribués gratuitement par la collectivité. En six mois, le taux de tri des déchets recyclables a grimpé de 20%.

Sur l’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie créée au 1er janvier 2017 (97 communes, 88.500 habitants), la collecte des déchets recyclables se fait majoritairement en points d’apport volontaire. "Malgré nos campagnes de communication, de nombreux usagers ne faisaient pas cet effort et déposaient l’ensemble de leurs déchets, recyclables compris, à la collecte d'ordures ménagères en porte-à-porte", explique la chargée de prévention des déchets, Nathanaëlle Eudes.

Sacs estampillés par la collectivité

Pour inciter les habitants à trier les déchets recyclables, la collectivité a quasi généralisé une modalité de collecte qui avait déjà fait ses preuves sur une partie du territoire : la collecte des ordures ménagères (OM) en sacs translucides, permettant un contrôle visuel des déchets et donc le refus des sacs non conformes.
Seuls sont collectés les sacs translucides marqués du logo de la collectivité et de l’annotation "sacs réservés aux ordures ménagères". Ils sont mis à disposition gratuitement  en 30 litres et 50 litres avec un lien coulissant. Le service déchets autorise les petits sacs opaques à l'intérieur des sacs translucides pour les déchets intimes.

Phase de transition de trois mois et accompagnement au plus près des habitants

Cette modalité de collecte a été lancée à partir du 1er janvier 2018 de façon échelonnée sur trois pôles territoriaux. Après une phase de transition de trois mois, durant laquelle tous les sacs étaient encore collectés, les ripeurs ont appliqué strictement les nouvelles consignes de collecte, c'est-à-dire le refus des sacs opaques et des sacs translucides contenant des déchets recyclables ou collectés via d'autres filières, comme les médicaments. Dans ce cas, un autocollant est apposé et un guide de tri déposé dans la boîte aux lettres.
Les ripeurs notent aussi ces incidents de collecte sur la tablette numérique qui leur sert d'outil de navigation. Cette traçabilité permet aux ambassadrices de tri de se déplacer à la rencontre des "récidivistes".

Puis des suivis de collecte à intervalles réguliers

La formation des ripeurs, qu'ils soient employés en régie (19 agents pour 41.500 habitants collectés) ou par un prestataire de collecte (pour 47.000 habitants), a été assurée par les ambassadrices du tri. Après la phase de lancement, la vigilance sur le contrôle visuel s'est assouplie. "D'ailleurs, les agents voient difficilement le contenu du sac quand ils collectent avant la levée du jour. Nous leur demandons de se concentrer pendant une heure sur un tronçon du parcours, de façon que toute la tournée soit contrôlée sur un mois." De plus, les ambassadrices réalisent le contrôle elles-mêmes une fois par mois en précédant les agents de collecte sur une tournée.

Des postes ont été créés au service déchets

Le rôle des ambassadrices du tri est donc central dans le dispositif : trois postes ont été créés au service déchets, notamment pour accompagner cette évolution. Ces agents ont animé les réunions publiques en amont et profitent des distributions de sacs annuelles pour rappeler les consignes de tri. "Globalement, les habitants expriment plutôt une satisfaction de voir les choses bouger sur leur territoire", indique la chargée de prévention des déchets.

30 % d'OM en moins, 20 % de déchets recyclables en plus

Le service déchets tablait sur une réduction de 18 % du tonnage d’ordures ménagères collecté. Sur les six premiers mois, le tonnage a baissé de près de 30%, tandis que celui des déchets recyclables (emballages plastiques, papier,) a augmenté de 17% et celui du verre de 25%. La fréquence de collecte des colonnes d'apport volontaire a été augmentée et quelques colonnes ont été ajoutées. Quelques dépôts sauvages d'OM ont eu lieu au pied des colonnes, sans que cela devienne problématique.

Lors des distributions organisées par le service ou en mairie, les sacs sont remis gratuitement mais nominativement aux habitants. "Ce suivi nous permet de recontacter les habitants qui consomment beaucoup de sacs. À terme, il pourrait aussi être la base d'une mise en place d'une redevance incitative", conclut la chargée de prévention.

Bilan financier satisfaisant

La baisse de tonnage des OM génère une économie sur la collecte, le transfert et le traitement des déchets, à mettre en regard du coût des sacs. Les données recueillies sur les premiers mois permettent d'extrapoler une économie globale de 111.000 € sur une année complète.

Communauté d’agglomération Mont Saint-Michel – Normandie

Nombre d'habitants :

88500

Nombre de communes :

97
Service déchets, 1 rue Maxime de Coniac
50240 Saint-James

Peggy Cochat

Vice-présidente en charge des déchets

Nathanaëlle Eudes

Chargée de communication et prévention des déchets
Haut de page