Environnement / Europe - Nouvelles limites d'émissions diesel : des maires d'Europe interpellent les gouvernements

Vingt maires d'Europe, à l'initiative de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, ont interpellé le 16 mars leurs gouvernements respectifs, tout en lançant une pétition ouverte à chaque citoyen, pour dénoncer la "décision injuste et erronée" prise le 12 février par les 28 Etats membres de l'Union européenne (UE) de permettre de nouvelles limites d'émissions de gaz polluants lors des tests en conditions réelles de conduite pour les moteurs diesel, à partir de septembre 2017. Outre la maire de Paris, les signataires de la tribune titrée "La santé des citoyens avant celle des lobbys industriels" et publiée par Le Monde daté de jeudi 17 mars sont les maires d'Athènes, Barcelone, Bruxelles, Bucarest, Budapest, Copenhague, La Valette, Lisbonne, Amsterdam, Madrid, Milan, Nicosie, Oslo, Riga, Rotterdam, Sofia, Stockholm, Varsovie et Vienne.
Selon eux, il "n'est pas concevable d'imposer aux autorités publiques de respecter des normes de pollution de l'air, tout en donnant le feu vert à l'industrie automobile pour les violer". Les constructeurs automobiles devront ainsi se soumettre à ces tests mais ils bénéficieront d'une marge de tolérance pour les émissions d'oxyde d'azote (NOx) de 110% en ce qui concerne les nouveaux modèles mis en circulation, soit deux fois plus que le seuil actuel de 80 mg de NOx par km. "Comment protéger la santé de nos concitoyens si l'Union européenne valide un permis de polluer au détriment de la santé publique ? Que dire aux parents dont les enfants souffrent de problèmes respiratoires aigus, aux personnes âgées et aux plus fragiles ? Devons-nous leur dire que leur gouvernement a préféré la santé de l'industrie automobile à la leur ?", écrivent ces maires, qui représentent 25 millions d'habitants.
80% de la population européenne vivra bientôt en ville et les pics de pollution, principalement dus aux émissions polluantes des véhicules automobiles, "rythment nos vies quotidiennes", rappellent les signataires, alors que "70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent des villes". "Nous demandons donc aux gouvernements européens d'user de tous les moyens juridiques et politiques en leur pouvoir, afin de garantir que les normes de pollution de l'air en Europe soient appliquées dans toutes les industries. La santé de nos citoyens en dépend", conclut le texte.
"Ce sont des élus qui disent 'attention vigilance'. On ne peut pas avoir des chefs d'Etat qui disent une chose à la COP21 et des experts qui font exactement l'inverse", a indiqué à l'AFP Patrick Klugman, adjoint aux relations internationales de la ville de Paris. Le texte de la tribune, que peut signer tout citoyen qui le désire et est adressé aux gouvernements et à la Commission Européenne, doit aussi être publié sur le site Change.org.
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle