Offres d’emploi : la crise modifie les équilibres territoriaux

L’Auvergne-Rhône-Alpes est devenue au cours du premier trimestre 2021 la première région française en termes de recrutements tant en CDI/CDD qu’en intérim, détrônant l’Île-de-France reléguée en deuxième et quatrième position, révèle le dernier baromètre RegionsJob/ParisJob. Pour la première fois, la part des dix plus grandes métropoles dans le nombre d’offres diffusées se contracte au profit des villes moyennes.

Fort de 912.000 offres d’emploi diffusées au premier trimestre 2021 sur les plateformes RegionsJob/ParisJob, HelloWork (groupe Télégramme) a présenté le 29 avril 2021 la dernière édition de son classement des régions les plus dynamiques en termes d’offres d’emplois. Alors que l’Île-de-France caracole régulièrement en tête de ce baromètre, la région capitale se retrouve en ce début d’année détrônée par l’Auvergne-Rhône-Alpes. Ainsi, avec une part de 17% des 265.000 offres en CDI et CDD publiées, non seulement cette dernière gagne deux points par rapport au premier trimestre de 2020, mais elle bénéficie aussi de la forte décroissance de l’Île-de-France qui perd 3 points, soit 16 % du volume national. Assez loin derrière, les Pays de la Loire (10%, + 2 points) et la Nouvelle-Aquitaine (9%, stable) occupent les troisième et quatrième places.

Intérim : quatrième rang pour l’Île-de-France

Confirmant son dynamisme, l’Auvergne-Rhône-Alpes est aussi la région qui recrute le plus en intérim (15% des 647.000 offres en intérim analysées) devant les Pays de la Loire (12%) et la Nouvelle-Aquitaine (11%), l’Île-de-France étant ici reléguée à la quatrième position avec seulement 9% du volume national. "La quatrième place de l’Île-de-France est anormale et démontre l’impact très fort des contraintes sanitaires et des fermetures d’établissements qui pèsent plus fortement sur la région francilienne", analyse HelloWork.

En effet, ces deux résultats reflètent les impacts particulièrement lourds de la crise sanitaire sur la région francilienne, ses atouts économiques (tourisme, événementiel, aérien, hébergement, restauration…) devenant dès lors des faiblesses et d’autant plus que le redémarrage de ces secteurs offre peu de visibilité.

CDI/CDD et intérim : La Roche-sur-Yon n°1

Autre fait marquant de ce premier baromètre de 2021, la diminution du poids des dix plus grandes métropoles tant dans l’offre nationale de CDI/CDD qui passe de 36% début 2020 à 33% début 2021 que d’intérim se contractant de 24% à 20%. "C’est la première fois" qu’HelloWork observe une baisse de ces indicateurs de la métropolisation des emplois. Là encore, l’Île-de-France est davantage pénalisée avec une chute de 4 points des offres d’emploi sur le territoire de la métropole du Grand Paris (MGP), soit l’une des rares baisses avec Toulouse métropole (-1 point, 7% du total). La MGP reste malgré tout, avec 28% des offres, en tête du classement national, suivie par la métropole de Lyon (18%, + 2 points) et Nantes métropole (10%, + 2 points).

Cette "démétropolisation des emplois" s’opérerait au profit des villes moyennes, selon David Beaurepaire, directeur délégué de HelloWork. En effet, les 10 villes moyennes les plus dynamiques représentent 7% de l’ensemble des offres en CDI et CDD contre 5% en 2020, et 8% des offres en intérim (7% en 2020). C’est le cas de la communauté d’agglomération de La Roche-sur-Yon, qui prend la tête de ce palmarès des villes moyennes, aussi bien sur des offres en CDI/CDD que des contrats d’intérim.

 

  • Fort rebond des offres dans le BTP et chute dans les fonctions commerciales

Le focus sur les recrutements par secteurs d’activité du baromètre RegionsJob/ParisJob d’avril 2021 indique également que les plus dynamiques sont les métiers du BTP et de la construction (+ 4 points de CDI/CDD, 9% des offres, et + 5 points d’offres en intérim, 27%), suivis de la production et maintenance industrielle (+ 2 points, 16%, et + 4 points, 25%). "Ces métiers représentent à eux seuls plus de 50% des offres d’intérim à pourvoir", ajoute le baromètre. Les postes de techniciens ou d’ingénieurs industriels sont également très demandés (15% CDI/CDD et 12% intérim). Les métiers de la comptabilité et ceux de la logistique et du transport affichent eux aussi une légère croissance par rapport au premier trimestre 2020. "En revanche, les fonctions commerciales ou liées à la gestion et à la relation clients sont moins demandées que l’an passé (respectivement - 5 points et - 1 point)."

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle