Plan de relance : 40 millions d'euros pour l'évaluation des ponts des petites communes

L'Etat va débloquer 40 millions d'euros tirés du plan de relance, pour que les petites communes puissent "recenser leurs ponts et évaluer leur bon état de fonctionnement au regard des impératifs de sécurité", ont annoncé ce 15 décembre les ministères de la Cohésion des territoires et des Transports. "Ces communes bénéficieront d'un recensement de leurs ouvrages et d'un premier diagnostic de ceux présentant des désordres", ont-ils précisé dans un communiqué. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’appui en ingénierie proposé aux collectivités par l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) et sera pilotée par le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema). Pour conduire cette mission, celui-ci travaillera en collaboration avec des bureaux d'études privés présents sur l'ensemble du territoire, ont indiqué les ministères. "En lien avec les préfets de département, délégués territoriaux de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, les communes concernées seront contactées dès le mois de janvier pour pouvoir leur faire bénéficier de cette initiative de France Relance", ajoute le communiqué. En juin 2019, un rapport sénatorial avait pointé l'état préoccupant d'"au moins 25.000 ponts" routiers en France. S'étonnant de l'"absence d'un recensement exhaustif des ponts gérés par les collectivités territoriales", les sénateurs avaient réclamé un "plan Marshall" pour les ponts, avec un fonds d'aide aux collectivités territoriales doté de 1,3 milliard d'euros sur dix ans et une assistance aux plus petites d'entre elles.
 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle