Pôle emploi et Alliance villes emploi : un nouveau partenariat pour des réponses plus locales

Jean Basse?res, directeur général de Pôle emploi, et Yohan David, vice-président d’Alliance villes emploi, ont signé le jeudi 16 juillet au Sénat une convention cadre de partenariat afin de renforcer leur collaboration. Un acte indispensable pour formaliser des conventions locales et ainsi renforcer la territorialisation des politiques de l’emploi.

Tous les boucliers en mesure de limiter les effets dévastateurs de la crise économico-sociale annoncée pour la rentrée sont utilisés par le gouvernement. C’est dans ce contexte de risque d’une forte hausse du chômage à l’automne - qui pénaliserait encore davantage les personnes éloignées de l’emploi - que Pôle emploi et Alliance villes emploi (AVE) ont renouvelé leur partenariat le 16 juillet. Pour ce faire, Jean Basse?res, directeur général de Pôle emploi, et Yohan David, vice-président d’AVE et directeur de la maison de l’emploi de Bordeaux, représentant Nathalie Delattre, présidente d’AVE, ont signé une convention cadre au Sénat. 

Ce protocole décliné en quatre articles (lire ci-dessous) a pour objet de "promouvoir un cadre conventionnel visant a? renforcer la collaboration entre Pôle emploi et les membres de l’Alliance villes emploi, quand il s’avère pertinent pour permettre la synergie des interventions de chacun des acteurs dans le cadre de la territorialisation des politiques de l’emploi", indique le document que Localtis s’est procuré.

Poser un cadre de référence

Il ne s’agit pas d’une première pour ces deux acteurs de l’emploi qui avaient déjà par le passé engagé des partenariats, mais "depuis 2014, il n’y avait plus de convention", rappelle Lucie Becdelièvre, déléguée générale d’AVE. Retardée à plusieurs reprises depuis fin 2019 du faits des récents événements (grèves de décembre, puis crise sanitaire), cette signature arrive à point nommé pour officialiser "une dynamique partenariale nationale" et poser un cadre de référence aux déclinaisons locales des échanges entre Pôle emploi et les diverses structures représentée par AVE qui se présente comme une association de collectivités territoriales, d’établissements publics a? coopération intercommunale (EPCI), de réseau des maisons de l’emploi et des plans locaux pluriannuels pour l’insertion et l’emploi (Plie). Tout l’intérêt de cette officialisation pour les collectivités locales est de pouvoir signer à leur tour des conventions locales. Ce qui n’était possible qu’une fois la convention nationale validée.

Reconnaissance mutuelle

Ainsi, ce deal vise à "valoriser toutes les initiatives conjointes et capitaliser sur les bonnes pratiques de collaborations fructueuses entre AVE et Pôle emploi pour permettre aux territoires de s’en inspirer", résume Lucie Becdelièvre. "Le fait d’agir dans un cadre partenarial légitime de travailler ensemble pour notamment déployer les dispositifs et voir comment avancer sur des sujets tels la mobilité, le numérique, l’évolution professionnelle." Cette convention valide aussi le fait que les deux organismes ne fonctionnent pas dans une logique de concurrence ni de velléité d’absorption, mais de complémentarité d’actions. "AVE dispose de la capacité à faire un travail de dentelle sur les territoires", précise la déléguée générale. "Une posture de reconnaissance de l’existence et de légitimité de l’un et de l’autre d’autant plus indispensable au regard de la situation qui se profile pour la rentrée", convient Lucie Becdelièvre.

Les principales dispositions du protocole entre Pôle emploi et Alliance villes emploi

Article 1

Les relations entre Pôle emploi et les membres de l’Alliance villes emploi, Plie et maisons de l’emploi, poursuivent les objectifs suivants :
- mettre en cohérence sur chaque territoire des actions respectives de Pôle emploi, des Plie et Maisons de l’emploi ;
- instaurer une complémentarité? dans l’offre de service de ces différents acteurs, afin d’accélérer le retour a? l’emploi des personnes qui en sont le plus éloignées.

Article 2

Les modalités de coopération seront déclinées sur chaque territoire en fonction des conclusions de la stratégie territoriale concertée et des plans d’actions concertés spécifiques des maisons de l’Emploi et des Plie.

Les objectifs des conventions locales se concrétisent entre autres par l’information mutuelle de la programmation des événements organisés par chacun des acteurs (sensibilisation métiers, job-datings, etc.), sur les personnes et services en charge de chaque dossier (en particulier la clause sociale) au sein des organismes signataires, sur des recrutements programmes sur le territoire.

Il s’agit également d’informer et d’orienter les publics accompagnés par chaque partenaire vers l’offre de service proposée par l’autre. Po?le emploi contribue ainsi activement au sourcing des personnes susceptibles de be?ne?ficier d’un contrat au titre de la clause sociale.

Article 3

Le comité? de pilotage du protocole de coopération est compose? de représentants de Po?le emploi et de l’Alliance villes emploi. Il se réunit a minima une fois par an afin d’évaluer les effets de la mise en œuvre de l’accord-cadre et de l’adapter le cas échéant.

Article 4

Ce protocole prend effet a? la date de sa signature et jusqu’au 31 décembre 2020. Il est examiné? annuellement et révisé?, si nécessaire, sur proposition de l’une ou l’autre des parties. Il peut être modifie? par voie d’avenant valide? par les signataires.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle