Localtis

Fonction publique - Pouvoir d'achat des agents : l'année 2018 ne devrait pas être mirobolante

Des statistiques publiées mardi 20 mars par l'Insee laissent entrevoir un ralentissement en 2018 du rythme de progression du pouvoir d'achat dans le secteur public.

Avec le gel du point d'indice et le report d'un an des mesures du protocole sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations (PPCR) qui devaient entrer en vigueur en 2018, les salaires des agents publics vont bien moins progresser en 2018 que l'année dernière.
A deux jours de la journée de grève et de manifestations dans le secteur public de ce 22 mars, qui place notamment le pouvoir d'achat en tête des revendications, l'Insee a publié, mardi, des données sur l'évolution des salaires cette année. "L'acquis de croissance annuel" du salaire brut moyen (primes et rémunération des heures supplémentaires incluses) dans la fonction publique s'établit à +1,6 % mi-2018, affirme l'institut, dans sa note de conjoncture. Une évolution que l'organisme qualifie de "dynamique." Mais on doit tenir compte de l'inflation pour connaître l'évolution réelle du pouvoir d'achat des agents. Or, la hausse des prix reprend de la vigueur, puisqu'elle s'élève à +1,2 % sur la période de février 2017 à février 2018. Elle devrait même atteindre +1,6 % sur un an à la mi-2018. Aussi, inflation comprise, "l'acquis de croissance annuel" du salaire brut moyen dans la fonction publique n'atteint plus que +0,4 %, selon l'Insee.
Si les tendances observées au cours du premier semestre 2018 sont confirmées au cours du second, la progression des salaires sera donc cette année bien plus faible qu'en 2017. Cumulée à une inflation contenue, la revalorisation du point d'indice de 0,6% en février et la montée en charge du protocole PPCR ont permis l'an dernier au salaire brut moyen des agents publics d'augmenter de 1,3% (hausse des prix incluse). Soit une évolution plus dynamique qu'en 2016 (+ 0,9%).

Légèrement mieux dans le privé

En comparaison, le salaire brut moyen des salariés du secteur privé devrait augmenter légèrement plus cette année. Ces derniers peuvent tabler sur "un acquis de croissance annuelle" qui s'établit à la mi-2018 à +0,5 %, inflation comprise (après +1,1 % l'an dernier). Mais l'Insee relève que, pour les salariés, la hausse de la CSG en 2018 est "plus que compensée" par la baisse des cotisations sociales salariales. De ce fait, les salaires nets du secteur privé "seraient un peu plus dynamiques." Les agents publics ne bénéficient pas d'un tel coup de pouce, puisque, pour eux, l'augmentation de la CSG est seulement compensée.
Les syndicats de la fonction publique l'ont d'ailleurs régulièrement déploré depuis l'automne. Nul doute qu'ils le rappelleront au secrétaire d'Etat en charge de la fonction publique, lors du rendez-vous salarial qui se tiendra entre le 10 et le 20 juin prochains. Très attendue par les agents, la rencontre "sera l'occasion de tirer le bilan des mesures prises au cours des mois précédents", a déclaré mardi Olivier Dussopt devant les députés (sur cette audition, voir notre article du 21 mars 2018). "Ce sera aussi, a-t-il dit, l'occasion d'examiner les perspectives d'évolution du pouvoir d'achat des agents en 2019."

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page