Enfance - Protection de l'enfance : Laurence Rossignol présente les grandes lignes de la "feuille de route"

Comme elle l'avait annoncé lors de la réunion avec les départements en février dernier (voir notre article ci-contre du 27 février 2015), Laurence Rossignol - la secrétaire d'Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l'Autonomie - a présenté, le 1er juin, un projet de "feuille de route pour la protection de l'enfance". Cette présentation a eu lieu à l'issue d'une réunion rassemblant les participants à la concertation sur la question et après la restitution des travaux des différents groupes mis en place pour mener à bien cette concertation, lancée le 12 novembre dernier.

Mieux "cibler les priorités"

L'ambition affichée de la démarche est de "cibler les priorités de ce secteur". Elle est aussi, sans revenir sur le principe de la décentralisation, de remettre l'Etat au cœur de la politique de la protection de l'enfance, comme le montrent les interventions - et les amendements - de Laurence Rossignol sur la proposition de loi relative à la protection de l'enfant (voir nos articles ci-contre du 24 avril et du 28 mai 2015).
La ministre ne cache d'ailleurs pas le lien entre les deux démarches, en indiquant que "parallèlement à cette feuille de route, la proposition de loi relative à la protection de l'enfant, votée en première lecture à l'Assemblée nationale le 12 mai, est également un outil décisif puisqu'elle inscrit durablement la place que notre société accorde à ses enfants".

Cinq grands objectifs

Le projet de feuille de route fixe cinq grands objectifs, qui recoupent en effet assez largement le contenu de la proposition de loi en cours d'examen. Le premier consiste en une meilleure prise en compte des besoins des mineurs en protection de l'enfance et un véritable soutien de leurs capacités. Le second vise une amélioration du repérage des situations de danger et de risque de danger. Troisième objectif : un développement de la prévention à tous les âges de l'enfance.
Le quatrième vise une amélioration de la gouvernance de la politique publique de la protection de l'enfance. Sur ce point, Laurence Rossignol ne cache pas ses interrogations sur les écarts importants entre départements dans la prise en charge des enfants, comme le montre encore le récent rapport d'activité de l'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned, voir notre article ci-contre du 28 mai 2015). Enfin, le dernier objectif du projet de feuille de route est d'améliorer la formation des professionnels du secteur. En présentant ces objectifs, la ministre a d'ailleurs "rappelé sa volonté de sortir la protection de l'enfance de l'angle mort des politiques publiques en promouvant une évolution des pratiques".
A ce stade, Laurence Rossignol a bien insisté sur le fait qu'il s'agit encore d'un projet. Mais l'incertitude ne devrait guère durer, puisqu'elle a également annoncé qu'elle présentera la feuille de route définitive du gouvernement pour la protection de l'enfance le 15 juin, lors des 8es Assises nationales de la protection de l'enfance, qui se tiennent cette année à Rennes.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle