Val-d’Oise

Emmanuelle Stroesser

Quinze CCAS de l'agglomération de Val Parisis coopèrent

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Les CCAS des communes membres de l'agglomération du Val Parisis ont mis en place une coopération sous la forme de "tables rondes inter-CCAS" depuis mai 2015. Premier bilan après18 mois de fonctionnement.

Lors de la création début 2016 de la communauté d’agglomération de Val Parisis (15 communes, 261.866 habitants), la compétence sociale n’a pas été transférée au niveau intercommunal. Pourtant, des "tables rondes inter-CCAS" réunissent chaque trimestre les élus des affaires sociales et directeurs/directrices des CCAS des 15 communes de l'agglomération. Toutes sont des communes urbaines, dotées d'un CCAS actif.

Travailler dans un esprit de coopération intercommunale

Le CCAS de Franconville, la ville la plus importante de l'agglomération, a été à l'origine de cette initiative. Comme l'explique sa vice-présidente, adjointe aux affaires sociales et à l'intercommunalité de Franconville, "nous avons ressenti le besoin de mieux nous connaitre, d'échanger sur des problématiques communes, ou sur nos expériences". Au quotidien, les relations entre les CCAS sont devenues plus fluides.

Echange de pratiques, par exemple sur les actions en faveur des personnes âgées

L'un des premiers sujets mis à l'ordre du jour de ces "tables rondes", et traité régulièrement depuis, porte sur les actions en direction des personnes âgées. "C'est d'ailleurs sur ce sujet que le CCAS de Franconville était auparavant souvent interrogé par des plus petits CCAS", explique l'élue. L'échange d'expériences a porté sur l'organisation de séjours, les moyens de lutter contre leur isolement, adapter les transports, etc.

Mise en commun d’une veille sur l'actualité sociale et réglementaire

Ces tables rondes sont aussi l'occasion de faire une veille informative sur l'actualité sociale et réglementaire, et permettent d’aborder des sujets auxquels chaque commune peut être confrontée à un moment ou à un autre, comme les hospitalisations d'office. "Alors que certains CCAS n’ont jamais été confrontés à cette question, nous y faisons face au moins deux à trois fois par an, précise le directeur du CCAS de Franconville, M'hamed Bellouti. Notre expérience permet de les y préparer et les rassurer." Selon lui, "tout le monde gagne à mettre en commun les connaissances et l’expérience, et nous avons tous besoin de travailler en transversalité".

Chaque commune accueille à tour de rôle

D'une réunion sur l'autre, l'ordre du jour des tables rondes est décidé en commun. Autre principe intangible : les tables rondes ont à chaque fois lieu dans une commune différente, qui en assure la logistique, et ajoute à l'ordre du jour un thème qu'elle souhaite aborder. "A chaque fois, le maire de la commune d'accueil nous reçoit. C'est en soi aussi un geste politique important dans la mesure où nous n'avons pas tous la même couleur politique", souligne l'élue.

Relations facilitées avec les partenaires, tels que les services sociaux du département

La valeur ajoutée de ces tables rondes inter-CCAS consiste dans la représentativité que constitue l’ensemble des structures. Par exemple, lorsqu’il s’agit de prendre contact avec les partenaires.
La prochaine réunion, en mars 2017, portera sur les relations avec les services sociaux du conseil départemental du Val-d’Oise. "Eux comme nous sont demandeurs d'échanges qui vont permettre de poser sur la table ce qui peut faire débat, de mieux nous comprendre, de lisser ce qui peut apparaitre comme des difficultés pour certains", explique le directeur du CCAS de Franconville.

Premiers pas vers la mutualisation ?

Sans aller jusqu'à la mutualisation des moyens, ces tables rondes inter-CCAS permettent d’être en meilleure position pour négocier des tarifs. Par exemple sur l'analyse des besoins sociaux (ABS). " Nous avons décidé de grouper à plusieurs la négociation pour la réalisation de nos ABS communaux auprès de prestataires, et avons pu obtenir des tarifs préférentiels, explique l'élue. Ensuite, chaque CCAS reste libre de ses achats, et indépendant dans sa politique."
Et pourquoi ne pas aller plus loin et structurer justement ces échanges avec la création d'un centre intercommunal d'action sociale ? Cette question n'est pas d'actualité, explique l'élue. L'EPCI n'a pour l'heure pas de compétence sociale, hormis celle sur l'habitat et le logement.

Communauté d’agglomération Val Parisis
La nouvelle communauté d’agglomération Val Parisis, issue de la fusion des communautés d’agglomération du Parisis et de Val-et-Forêt, étendue à la commune de Frépillon, a vu le jour au 1er janvier 2016.

Contact(s)

Communauté d'agglomération Val Parisis

271 Chaussée Jules César
95250 Beauchamp
01 30 26 39 41
Nombre d'habitants : 261866
Nombre de communes : 15
Nom de la commune la plus peuplée : Franconville (34014 hab.)

Monique Mavel-Maquenhem

Adjointe aux affaires sociales et à l'intercommunalité, vice-présidente du CCAS de Franconville
monique.mavel-maquenhem@ville-franconville.fr

CCAS de Franconville

Hôtel de ville, 11 rue de la Station
95130 Franconville
01.39.32.66.96
Nombre d'habitants : 34014

M'hamed Bellouti

Directeur
Mhamed.BELLOUTI@ville-franconville.fr
Haut de page