Reconfinement : les services essentiels assurés, les transports conduits à s'adapter

Traitement des déchets, de l'eau ou approvisionnement en électricité, "tout est en place pour le maintien des services publics" en cette période de reconfinement, a assuré ce 2 novembre la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Côté transports, la SNCF a annoncé le lendemain qu'elle allait supprimer progressivement jusqu'à 70% des TGV circulant sur le territoire national, à partir du milieu de cette semaine. L'offre de trains Intercités sera également réduite tandis que des plans de transport sont en cours de préparation avec les régions pour les TER. Ils pourront conduire à de "premières adaptations" dans les prochains jours, selon la SNCF.

"Tout est en place pour le maintien des services publics" en cette période de reconfinement, a assuré ce 2 novembre la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, à l'occasion d'une rencontre avec les représentants des secteurs liés à son ministère (énergie, transports, eau, déchets mais aussi logement et BTP).

Tension sur l'approvisionnement électrique   

Du côté de l'approvisionnement électrique, le décalage dans les travaux de maintenance des réacteurs nucléaires lié au premier confinement réduit la disponibilité du parc pour cet hiver. "Nous restons vigilants sur cette question", a dit Barbara Pompili, évoquant plusieurs mesures prises pour compenser : "optimisation du programme de travaux de maintenance", coup de pouce à l'achat de thermostats "intelligents", doublement de la capacité d'effacement par rapport à l'an dernier. Une campagne télévisée vient aussi de débuter pour inciter les particuliers aux économies d'énergie. Des capacités de production électrique au charbon ont également été utilisées. Mais "on reste sur une proportion faible", a affirmé la ministre, une proportion "un peu plus forte que l'an dernier, qui avait été un hiver doux, mais on est en dessous des années précédentes, 2018, 2017..." "On reste sur la décision de fermer nos centrales à charbon en 2022", a-t-elle insisté.

Maintien de l'ouverture des déchèteries

Côté eau et déchets, le service de traitement est assuré, a aussi dit Barbara Pompili. Pour les commerces, bars, restaurants, concernés par des fermetures administratives, la loi sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire interdit les coupures d'eau, de gaz et d'électricité, a-t-elle précisé.
A propos des déchets, la ministre a rappelé que mouchoirs et masques se jetaient à la poubelle. A ce stade, "la mise en place d'une filière [de recyclage des masques] est lourde, et le gisement en tonnage assez faible pour alimenter une filière", a-t-elle indiqué, appelant "à utiliser les masques lavables". En matière de tri, les filières de collecte "continuent de fonctionner normalement". Les déchèteries seront cette fois ouvertes aux particuliers et sans rendez-vous, à condition de se munir de son attestation de déplacement.

Priorité aux transports du quotidien

Côté transports, "les transports du quotidien continueront à jouer un rôle clé", a ajouté la ministre, et "il est bien autorisé d'utiliser le vélo pour aller au travail, faire ses courses et faire de l'exercice dans la limite d'une heure et d'un kilomètre autour de chez soi".
La SNCF a de son côté annoncé ce 3 novembre qu'elle allait supprimer progressivement jusqu'à 70% des TGV - inOui et Ouigo - circulant en France à partir de mercredi.  En fonction de l'évolution de la situation, "des adaptations supplémentaires pourraient être mises en oeuvre dans le courant de la semaine prochaine", a précisé la compagnie ferroviaire, rappelant que 93% des TGV avaient été supprimés au plus fort du premier confinement au printemps.
L'offre des trains Intercités sera également réduite, à partir de jeudi, avec le maintien d'un à deux allers-retours quotidiens sur les lignes structurantes et d'aménagement du territoire. Alors que le taux d'occupation des trains grandes lignes était en moyenne de 50% environ ces dernières semaines, dépassant même les 60% lors du week-end de la Toussaint, il a chuté à quelque 15% à partir de ce mardi, a relevé la compagnie.

TER : adaptations à venir selon les régions

Pour les TER et le réseau Transilien, en Ile-de-France, la SNCF dit travailler avec chaque autorité organisatrice à la préparation des plans de transport. "Les premiers jours de la semaine permettent d’observer quelle est la demande afin que les autorités organisatrices puissent procéder à des ajustements pour mieux adapter l’offre le cas échéant, indique-t-elle. Des premières adaptations interviendront ainsi au fil des prochains jours, selon les régions."
Ile-de-France Mobilités a pour sa part demandé un maintien de l’offre de transport du réseau Transilien au niveau mis en place durant le couvre-feu. "Elle ajustera ce programme en fonction du niveau de trafic qui sera observé dans les prochains jours et après concertation avec les associations d’usagers", précise la SNCF. Actuellement, les trains circulent à l'horaire habituel jusqu'à 21H00 et de manière réduite plus tard dans la soirée du fait de la très forte baisse du nombre de passagers.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle