Régularité et ponctualité des trains régionaux : les TER de Bretagne en tête

Dans un contexte encore largement marqué par la crise sanitaire, les transports régionaux ont connu une légère hausse de leur taux d'annulation l'an dernier mais enregistré le meilleur résultat de ponctualité depuis 2013, selon le bilan 2021 que l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) vient de publier. C'est la région Bretagne qui enregistre les meilleures performances, sur les deux tableaux. En Île-de-France, le rapport fait état d'une amélioration de la ponctualité des RER, ainsi que du réseau Transilien mais dans des proportions variables pour ce dernier.

Limitation des déplacements dits "non essentiels", couvre-feu, obligation de télétravail pour ceux qui le pouvaient… : pour une large part, l'année passée, avec son lot de restrictions visant à limiter la propagation de la pandémie de Covid-19, s'est située dans la lignée de 2020 et a engendré des chutes brutales et prononcées de la fréquentation des transports, notamment ferroviaires, particulièrement dans les semaines ayant suivi les mesures du 19 mars 2021, relève l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) dans son dernier bilan annuel qui mesure la ponctualité des principaux transports de voyageurs en France. Le trafic ferroviaire a ainsi subi une chute de près de 22% l'an dernier par rapport au niveau de l’année 2019.
Vécue au rythme des confinements (entraînant des vagues d’annulations et de retards), des plans de transport adaptés et des mesures sanitaires, 2021 présente donc une nouvelle fois un profil atypique. À la crise sanitaire se sont en outre ajoutés différents mouvements sociaux (notamment contre le projet de réforme des retraites) et des événements climatiques (crues et inondations, notamment dans le Sud-Ouest et les Hauts-de-France).
Après la levée du troisième plan de confinement national, le 3 mai 2021, "la reprise du trafic (offre) a globalement été très soutenue et immédiate pour les trains TER - avec de sensibles disparités entre les régions toutefois – alors que le niveau d’offre est resté inchangé jusqu’à début septembre 2021, à 90% de l’offre nominale pour les RER et Transilien, rappelle l'AQST. La reprise a été rapide mais encore partielle pour les trains longue distance, avant d’être complétée durant les premiers jours de juillet."

Régularité légèrement dégradée pour les TER

Le bilan fait état d'une régularité légèrement dégradée pour les TER tandis que celle des autres activités ferroviaires de voyageurs s’améliore par rapport à 2020 – en restant toutefois moins bonne qu’en 2019, avant la crise sanitaire. "Les annulations ont surtout impacté les services TGV, alors que les services Intercités ont davantage souffert de déprogrammations de trains", note l'Autorité. Le taux d'annulation des TER s'est légèrement dégradé, à 2,4% (contre 2,1% en 2020). Le taux de retard a, lui, baissé à 7,1% (contre 7,4% en 2020). "La ponctualité atteint ainsi son meilleur résultat depuis 2013, constate-t-elle. Elle a bénéficié de la baisse de fréquentation liée à la crise sanitaire, qui a notamment entraîné une baisse des retards liés aux voyageurs ainsi qu’aux situations de congestion du trafic ferroviaire."
Le suivi réalisé par l’AQST met en avant de fortes disparités géographiques entre la région Bretagne qui connaît 1,1% d’annulation sur son réseau (le meilleur taux) contre 4,1 % pour la région Hauts-de- France (le moins bon taux). Pour cette dernière région, les annulations des services TER en 2021 s’expliquent en partie par plusieurs mouvements sociaux.

Ponctualité : des progrès dans la majorité des régions

En termes de ponctualité, la meilleure performance est atteinte là encore par la région Bretagne avec un taux de retard limité à 4,2% contre 9,8% pour la région des Hauts-de-France. Outre les nombreux retards liés aux grèves, la ponctualité des TER de cette région s’est dégradée en février en répercussion des dégradations d’infrastructures engendrées par la tempête Aurore en octobre, puis en novembre du fait de nombreux bagages oubliés et de plusieurs collisions avec des animaux sauvages au cours de ce mois, indique l'AQST. Dans la majorité des régions, la ponctualité a progressé. Les améliorations les plus marquées ont été obtenues par les régions Normandie (taux de retard en baisse de 3,3 points), Nouvelle-Aquitaine (-1,5 point), et Provence-Alpes-Côte d'Azur (-1,3 point).
En Île-de-France, la ponctualité voyageurs s’améliore de nouveau en 2021, atteignant 92,0% en moyenne pondérée du trafic par ligne pour l’ensemble des lignes RER et Transilien. "Le niveau de ponctualité établit ainsi son meilleur résultat depuis 2013, ce qui s’explique par des améliorations sur la quasi-totalité des lignes, dans un contexte de baisse de la fréquentation et de légère adaptation de l’offre", souligne l'AQST. Dans le détail, les niveaux de ponctualité voyageurs de l’ensemble des lignes, à l’exception des lignes RER B et D et Transilien R (Paris Sud Est), atteignent les objectifs moyens contractuels définis par Île-de-France Mobilités dans ses nouveaux contrats avec les opérateurs ferroviaires. Le bilan met en avant les nettes améliorations des lignes RER E et Transilien H (Paris Nord-Ouest) et K (Paris Nord Crépy), mais pour l'AQST, "les niveaux de ponctualité des lignes RER B et D restent préoccupants malgré la baisse de la fréquentation".

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle