Relance : les fédérations du BTP s’engagent pour l’emploi

L’ambiance était à l’optimisme mardi 5 janvier 2021 à Bercy, pour la signature entre l’État et quatre fédérations professionnelles du bâtiment et des travaux publics d’une charte d’engagement en faveur de l’emploi et de la formation.

Les chartes signées ce mardi 5 janvier 2021 par quatre fédérations nationales du bâtiment et des travaux publics (1) et l’État officialisent en quelque sorte l’effort qu’elles consentent en réciprocité de celui que représente France Relance. Du côté de l’État, les ministres présents (2) ont rappelé que 10 milliards d’euros d’argent public national viendront soutenir l’activité du secteur du BTP. Une part importante du plan de relance, soit 6,7 milliards d’euros, est consacrée à la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés pour réduire sensiblement les émissions de CO2, le bâtiment étant à l’origine d’un quart des émissions, a-t-il également été souligné.

"S’agissant de l’emploi et de la formation professionnelle, France Relance augmente massivement les moyens dédiés à la formation des jeunes et des demandeurs d’emploi aux métiers de la transition écologique, dont la rénovation énergétique", a rappelé Bruno Le Maire. "Parallèlement à la mise en œuvre de France Relance, les dispositifs PTZ (prêt à taux zéro) et Pinel sont maintenus en 2021", a souligné pour sa part Emmanuelle Wargon. Pour les logements neufs, l’État a mis en place une aide aux maires bâtisseurs, sous la forme d’un soutien à la relance de la construction durable, qui encourage les maires à délivrer des permis de construire tout en veillant à lutter contre l’artificialisation des sols.
L’État a annoncé en outre continuer de prendre des mesures de simplification pour favoriser la relance du secteur du BTP et en particulier les artisans, TPE et PME. Les ministres présents ont cité la mobilisation de tous les outils de la commande publique pour une notification des travaux de rénovation énergétique des bâtiments publics au plus tard fin 2021. Le rehaussement jusqu’au 31 décembre 2022 du seuil de passation de marchés publics en procédure simplifiée pour les travaux jusqu’à 100.000 euros avec la loi d’accélération et de simplification de l’action publique (Asap), qui prévoit que 10% des marchés globaux soient réservés aux PME pour assurer que celles-ci bénéficient pleinement de la relance, a également été rappelé.

Les engagements des fédérations du bâtiment

En retour, les quatre fédérations professionnelles prennent donc, par cette charte, une série d’engagements, en phase avec France Relance, consistant notamment à consolider l’emploi existant en solde net et maintenir une dynamique de création d’emplois au cours des deux prochaines années. La FNTP s’engage ainsi à 50.000 embauches dans les travaux publics d’ici 2022. Maintenir dans le bâtiment les effectifs de l’apprentissage en 2021 à un niveau équivalent à celui de 2020, lui-même supérieur de 5% à celui de 2019 ou augmenter de 50% le nombre d’apprentis dans les travaux publics entre 2019 et 2022, soit une évolution de 8.000 à 12.000 apprentis sur la période, figurent également parmi les engagements des professionnels du BTP. Par ailleurs, ces derniers vont mobiliser les entreprises adhérentes "pour que tout apprenti soit effectivement accueilli au sein d’une entreprise fin février 2021".
Les acteurs du BPT s’engagent aussi à reconduire une opération équivalente à celle des "15.000 bâtisseurs" menée par la FFB dans les quartiers prioritaires de la ville en 2018-2019 et de façon plus générale une campagne de recrutement et de promotion des métiers, à promouvoir la mixité dans le secteur de l’artisanat du bâtiment et encourager l’entreprenariat au féminin, à quantifier l’empreinte carbone du secteur des travaux publics et à présenter un plan d’investissement dans les infrastructures. Une clause de revoyure fin mars 2021 doit permettre "d’adapter et de compléter les indicateurs et de poursuivre le travail de réflexion engagé notamment sur les volets de la formation et des compétences", indique le gouvernement.

Une signature sous le signe de l’optimisme

Sus à la morosité semblait être le mot d’ordre de cette cérémonie de signature. En introduction, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a déclaré que l’objectif du gouvernement était que la France enregistre en 2021 la plus forte croissance de son économie depuis 50 ans. Pour Bruno Cavagné, le président de la Fédération nationale des travaux publics, (FNTP), "le trou d’air du second semestre 2021 devrait être moindre que prévu", tandis qu’Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du logement, se félicitait du succès de "MaPrimerénov’", dispositif pourtant critiqué encore récemment par les professionnels du bâtiment pour la lenteur de son exécution. "La rénovation énergétique des logements privés à travers le dispositif MaPrimeRénov’ connaît un très fort succès avec près de 190.000 dossiers déposés en 2020, et donc autant d’activité pour le secteur du BTP, alors que nous avions prévu une fourchette comprise entre 150 et 200.000 dossiers avant la Covid-19", a indiqué la ministre.

 

(1) Fédération française du bâtiment (FFB), Fédération nationale des travaux publics (FNTP), Confédération des artisans et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) et la Confédération nationale artisanale des travaux publics et du paysage (CNATPP)

(2) Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du logement, et Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des petites et moyennes entreprises

En chiffres

4.214 projets de rénovation énergétique des bâtiments publics de l’État pour un total de 2,7 milliards d’euros ont été retenus à la suite d’une démarche d’appels à projets historique (6.687 projets pour 8,4 milliards d’euros de demande), souligne le gouvernement. La sélection des projets favorise les artisans, les TPE et les PME du BTP, ajoute-t-il. Les marchés doivent être notifiés d’ici fin 2021.Les instructions pour la mise en œuvre de 1,3 milliard d’euros de financement État pour la rénovation des bâtiments des collectivités ont été adressées aux préfets début décembre. Les projets doivent être sélectionnés début 2021 pour une notification des marchés au plus tard fin 2021.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle