Réouvertures : au-delà du premier petit cap annoncé pour le 15 mai, pas encore de calendrier

Face à une épidémie dont les indicateurs se stabilisent à un niveau élevé - "la troisième vague est loin d'être terminée", malgré "un certain nombre d'évolutions favorables", a résumé Jean Castex lors d'un déplacement à Caen vendredi -, l'exécutif maintient à ce jour l'objectif de rouvrir de rares activités à la mi-mai, sans grandes promesses ni précisions.

C'est Emmanuel Macron qui, jeudi soir, a indiqué à une quinzaine de maires qu'il comptait rouvrir des musées et des terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", tel que l'ont rapporté à l'AFP plusieurs participants à cette visioconférence.

Le chef de l'État a également confirmé que les établissements scolaires rouvriraient aux dates prévues (26 avril pour l'élémentaire, 3 mai pour le secondaire), dates selon lui "gravées dans le marbre", a précisé un maire. Le chef de l'État "a été très ferme sur la réouverture des écoles", a de même rapporté Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).

Emmanuel Macron ne s'est selon elle en revanche "pas engagé sur la date de la mi-mai pour la réouverture des lieux culturels". Il a laissé entendre que ces réouvertures pourraient être "territorialisées" en fonction des situations sanitaires dans les différentes régions, pour "ne pas rejouer le déconfinement de mai dernier", selon plusieurs maires. Il a par ailleurs aussi évoqué devant les maires la possibilité d'un "plan de relance de deuxième génération, coconstruit avec les élus locaux", a relevé un participant.

Aucune date, donc, pour la réouverture de l'ensemble des établissements recevant du public. "Nous emploierons des critères rationnels, de bon sens, en distinguant les lieux extérieurs et intérieurs, ceux où l'on circule ou pas, ceux où il est nécessaire de retirer son masque", a déclaré Gabriel Attal aux Echos. "Rien ne serait pire que de dire à la mi-mai 'on commence à tout rouvrir', et 15 jours ou trois semaines plus tard, parce que le virus revient, on serait obligé de tout refermer", a pour sa part jugé sur France 2 le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, évoquant la question des commerces.

"À ce stade, il n'y a pas de nouveau calendrier prévu pour (les) mesures" de restriction "qui avait été annoncées pour quatre semaines" le 31 mars, a ajouté vendredi sur France Info le porte-parole du gouvernement , Gabriel Attal. Quant à la "possibilité de différenciation" selon les territoires, "à ce stade, ça n'a pas été acté, ça fait partie des pistes", a-t-il précisé. Tout comme il a souligné qu'il n'y avait "pas de date" pour une éventuelle levée du couvre-feu.

Du côté des lieux culturels et des restaurants, la date du 15 mai semble être "dans la tête de tous les professionnels", prévient le président du principal syndicat de l'hôtellerie restauration (Umih), Roland Héguy. Pour lui, "un nouveau décalage de calendrier ne serait pas compris".

"Nous sommes ravis que la date de la mi-mai soit confirmée pour l'ouverture des terrasses", a quant à lui réagi un porte-parole du GNI, le syndicat des indépendants de l'hôtellerie restauration, Franck Trouet. "Ça a fait du bien au moral de pouvoir commencer à se préparer", "mais nous attendons de connaître avec précision les modalités sanitaires de cette réouverture", précise-t-il.

Les organisations professionnelles ont proposé le 2 avril, un calendrier de réouverture en trois phases, en négociation depuis : la première, du 15 au 28 mai, verrait donc l'ouverture des terrasses et permettrait aux clients des hôtels de prendre leurs repas dans la salle de restauration. La deuxième, du 29 mai au 11 juin, marquerait l'ouverture des salles de restaurant, des cafés et des bars, "dans la limite d'une jauge à définir". Enfin la troisième phase, à compter du 12 juin, marquerait le retour à une ouverture complète, avec une capacité d'accueil normale. Tout cela s'accompagnerait de l'utilisation d'un QR code à flasher à l'entrée des établissements.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle