Virginie Fauvel pour Localtis

Sans-abri, mal logement : le collectif des 36 associations unies alerte sur une "réalité douloureuse"

Logement

Social

Plan "Logement d’abord", "Stratégie pauvreté" annoncée en septembre 2018, "plan hiver 2018/ 2019", "projet de loi de finances 2019"... Mercredi 19 décembre, le collectif des 36 associations unies a jugé les mesures gouvernementales “insuffisantes” pour inverser la tendance de la politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées.  Il appelle le gouvernement à revoir ses priorités à travers le projet de loi de finances 2019 et à prendre une série de mesures fortes.

Personnes sans abri hébergées en gymnase à Lyon

Le contexte social des gilets jaunes en France va-t-il permettre au collectif des 36 associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées d’être entendu par le gouvernement ? Un "débat est encore possible dans le projet de loi de finances 2019, qui en l’état ne permet pas d’atteindre les objectifs annoncés”, a déclaré Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la Solidarité et membre du collectif des 36 associations unies réunies à Paris le mercredi 19 décembre 2018.    
Le collectif décrit une réalité des personnes sans abri ou mal logées “douloureuse” et les mesures gouvernementales insuffisantes : plan "Logement d’abord", la Stratégie pauvreté annoncée en septembre 2018, le plan hiver 2018, le projet de loi de finances 2019 etc. “Toutes ces mesures ne suffiront pas à inverser la tendance”, tranche Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, et porte-parole du collectif. “Il y a un changement de posture, de philosophie, mais si rien ne change, il n’y aura pas la rupture annoncée à Toulouse en septembre dernier”, poursuit-il. Pour répondre aux difficultés rencontrées sur le terrain, les associations ont établi une série de propositions : 

  • Un moratoire sur le plan d’économie sur les Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), moratoire sur les expulsions locatives sans solution alternative avec réapprovisionnement d’un fonds de dédommagement des propriétaires à hauteur de 85 millions d’euros alors qu’il est aujourd’hui plafonné à 30 millions d’euros 
  • Pérennisation d’au moins la moitié des places d’hébergement ouvertes après le 31 mars, date de la fin de la trève hivernale 
  • Augmentation des APL et la suppression de sa désindexation sur coût de la vie 
  • Augmentation du RSA
  • Augmentation du financement de l’accompagnement social dans le logement
  • Accès à un titre de séjour des personnes en centre d’hébergement et en hôtel, pour leur permettre d’accéder à un logement et à un emploi
  • Accroissement de la construction des logements très sociaux.
     

Système de labellisation des "avérés à la rue"

A Lyon, Maud Bigot, chef de service du Samu social, décrit un dispositif au bord de l’implosion. “Les places ont été multipliées par 4 en 10 ans mais les demandeurs par 20 sur la même période”. Sur les 880 places d’hébergement d’urgences annoncées, seules 390 ont été ouvertes, regrette Maud Bigot qui évoque un temps d’attente moyen qui donne le vertige : 15 mois pour obtenir un logement, en dehors des 50 places par jour attribuées à la nuitée. Saturé, le système devient “diabolique” d’après la chef du Samu qui dénonce une spécialité lyonnaise :  le système de labellisation des “avérés à la rue”.  Ainsi composer le 115 ne suffit plus. Il faut en plus avoir été repéré par un travailleur social, le Samu etc. pour que l’appel soit pris en compte. 

La réalité de l'accueil en gymnase

En Haute-Garonne, la réalité est tout aussi critique. Un taux de décroché de 10%. Sur ce taux de 10%, le pourcentage de refus s’élève à 95%. Dans le détail, “on trouve majoritairement des hommes seuls qui finissent par se décourager et ne plus appeler, des familles, des femmes auxquelles l’on demande de rappeler chaque nuit”, décrit Sylvie Fernandez, travailleuse sociale. "A Toulouse, les services de l’Etat ont lancé des appels à projet le 20 octobre 2018, donc rien n’a commencé. Le préfet a annoncé la création de 1200 places d’hébergement mais pour l’instant il n’y a rien, et surtout il y a télescopage entre le plan Logement d’abord et les hébergements d’urgence”, renchérit Valérie Gratias, également travailleuse sociale. “On finit par demander l’ouverture de gymnase alors que l’on connaît la réalité : des arrivées tardives, des départs matinaux, l’absence de restauration, un chauffage intempestif, le mélange des publics, la lumière allumée toute la nuit pour palier aux conditions de sécurité”, décrivent les militantes, démunies. Mais de conclure. “C’est ça ou la rue.” 
En région parisienne, Florent Gueguen dépeint une situation tout aussi tendue. ”Sur certains territoires, l’entrée et le maintien de personne dans les hébergements se fait selon certains critères d’âge des enfants, de la santé, de la situation administrative des personnes”. “Ce tri est illégal et contrevient au code de l’action sociale et des familles”, déplore le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité. 

Malgré l’urgence et la gravité des situations décrites, le collectif s’accorde à souligner des points positifs : meilleure anticipation du plan hiver avec l’ouverture de 70.000 places sur un total de 140.000 annoncées, une meilleure collaboration avec le gouvernement, des primes supplémentaires pour les maraudes.  Des rencontres régulières entre membres du collectif et le gouvernement sont programmées. Reste à savoir si le SOS sera entendu.  

Logement social : accompagner la recomposition du secteur

De meilleures perspectives de développement sur votre territoire

Haut de page