Seine-Saint-Denis

Luc Blanchard

Sevran réintroduit la biodiversité au cœur d'une friche industrielle dépolluée (93)

Environnement

Energie

Durant soixante-dix ans, de 1924 à 1994, les laboratoires Kodak ont développé leur activité sur un site de 14 hectares, à Sevran en Seine-Saint-Denis. Le site a ensuite bénéficié d'une dépollution lourde et a été ouvert au public. En 2017, les élus s'engagent à ce qu'il devienne un réservoir de biodiversité en partenariat avec CDC Biodiversité.

Implanté le long du canal de l'Ourcq, en centre-ville de Sevran (50.480 habitants), l'usine Kodak a durablement marqué la commune. Au plus fort de son activité, au début des années 1970, elle employait 3.000 personnes. C'est dans cette usine de Seine-Saint-Denis qu'étaient développées les diapositives. Les changements technologiques eurent raison de ce fleuron industriel.

Dépollution lourde

Ouverte en 1924, l'usine Kodak de Sevran ferme définitivement ses portes en 1994. La friche est d'abord vendue à un promoteur pour y construire des logements, mais la pollution des terrains et de la nappe phréatique superficielle ont eu raison de ce projet. La société Kodak rachète les terrains, et durant dix ans, encadrée par les services de l'État, elle s'attache à la dépollution des 14 hectares sur lesquels est implantée son usine. 100.000 tonnes de terre sont excavées et remplacées par de la terre propre. Les eaux de la nappe phréatique sont traitées par oxydation chimique...

Projet paysagé

En 2006, la friche, en cours de dépollution, est achetée par la ville de Sevran, et, en 2013, ouverte au public. Un projet de transformation en parc paysager, incluant la construction de plusieurs ouvrages de gestion des eaux pluviales en génie civil, est bloqué par la découverte de poches de gypse susceptibles de se dissoudre et de créer de cavités. La réalisation des ouvrages en génie civil aurait nécessité de couler du béton en sous-sol, en contradiction avec le souhait de renaturation de la municipalité.

Avec CDC Biodiversité

Le projet de transformation du site est vigoureusement porté par le maire de l’époque, Stéphane Gatignon, qui souhaite valoriser le site de façon écologique. La ville de Sevran entre alors en contact avec une filiale de la Caisse des Dépôts : CDC Biodiversité. La chargée de projet urbain à Sevran, Silvia Devescovi s'en félicite : "CDC Biodiversité nous a apporté une vraie expertise, tout en comprenant que nous souhaitions un parc ouvert au public, support d'activités pédagogiques d'éducation à l'environnement."

Programme Nature 2050

Après neuf mois de travail, la ville de Sevran décide de s'engager dans le programme "Nature 2050" porté par la filiale de la Caisse des Dépôts. L'enjeu de ce programme est de renforcer l’adaptation des territoires naturels urbains, agricoles et forestiers au changement climatique (voir encadre).
A Sevran, la friche Kodak est reliée par le canal de l'Ourcq, et par l'emprise des lignes RER, à d'autres espaces naturels remarquables, en particulier le parc de la Poudrerie, 137 hectares dont 73 sur la commune de Sevran. L’objectif poursuivi consiste à créer une zone naturelle agréable au public et pérenne.

Biodiversité et éducation à l'environnement

Le programme Nature 2050 repose sur l’engagement volontaire des acteurs économiques publics ou privés, à agir au-delà de leurs obligations réglementaires. A Sevran, la mise en place d’un système de gestion écologique (de type fauche sélective ou broyage) permettra la colonisation spontanée par les espèces patrimoniales et participera à redonner de la vie aux sols rendus localement stériles par les opérations de dépollution. Des supports de communication seront conçus pour expliquer au grand public l'objectif des aménagements réalisés, le sensibiliser et le mobiliser dans le respect de cet espace de nature.

Vers l'agriculture urbaine

Pour parfaire cette réalisation, la ville de Sevran travaille également avec la CDC sur la démarche Écocité. Il ne s'agit encore que d'une piste, mais elle est révélatrice de ce que recherchent les élus de Sevran : réintroduire la nature en ville.

Comment le projet de la friche Kodak s’inscrit dans les objectifs de Nature 2050 ?
- En restaurant l’activité microbiologique des sols minéraux importés au moment des opérations de dépollution du site, pour maximiser le stockage de carbone par les micro-organismes du sol ;
- En privilégiant la recolonisation spontanée par les espèces patrimoniales, favorisant l’expression d’une biodiversité locale, plus à même de s’adapter aux changements climatiques ;
- En pérennisant un espace de nature en ville, essentiel à la lutte contre les îlots de chaleur urbains ;
- En participant au maintien d’un espace de respiration, favorisant la détente et le lien social.

La démarche Ecocité : une piste à creuser
La friche Kodak pourrait en effet être aussi le support de développement d’une agriculture urbaine. Ce projet agricole est encore en cours de définition et aucun projet n'a encore été retenu. Une idée pourrait consister à produire et récolter des graines d’essences locales qui poussent spontanément sur ce site ou qui y auraient été cultivées. Ces graines pourraient participer à toutes les opérations de végétalisation ou de restauration écologiques entreprises en Ile-de-France, qu’il s’agisse de végétaliser des infrastructures routières ou des toitures, de renaturer des sites dégradés ou restaurer des milieux naturels.

Contact(s)

Commune de Sevran

28, avenue du Général-Leclerc
93270 Sevran
01 49 36 52 00
Nombre d'habitants : 50480

Dominique Meriguet

Conseiller municipal délégué en charge des achats, marchés publics et suivi des projets

Silvia Devescovi

Chargée de projets urbain
sdevescovi@sevrangrandparis.fr

CDC Biodiversité

102 rue Réaumur
75002 Paris

Jean Clinkemaillie

Chef de projet, responsable du programme national Nature 2050
jean.clinckemaillie@cdc-biodiversite.fr

Sophie Elie

Chef de projets en charge du développement du programme Nature 2050 sur le site de Sevran
sophie.elie@cdc-biodiversite.fr
Haut de page