Localtis, un média Banque des territoires

PLF 2020 - Soutien à l'ESS : ce qu'on trouve dans le budget 2020

L’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes) tient ce 17 octobre son congrès annuel. Elle devrait y rappeler la nécessité de soutenir l'emploi dans l'ESS, en particulier dans les petites associations employeuses. Auditionnée dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020, l'Udes a passé les actions relatives à l'ESS au crible. L'occasion pour Localtis de faire le point sur les sections budgétaires relatives à l'ESS et aux associations.

Lors de son congrès annuel qui aura lieu ce 17 octobre à Nanterre, l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes) animera l’échange autour de l’avenir des entreprises de l’ESS. Parmi les thèmes abordés : l’attractivité de l’ESS et de ses métiers - ou comment faire face aux difficultés de recrutement pour des métiers en tension -, la mesure de l’impact social, ou encore les innovations portées dans les domaines écologique et numérique.

Comme d’autres acteurs tels que le Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES), l’Udes a été récemment auditionnée par la députée Barbara Bessot-Ballot (LREM, Haute-Saône), rapporteur pour avis sur l’ESS au sein de la commission des affaires économiques, dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour 2020. Son avis doit être rendu public d'ici fin octobre.   

Créer 5.000 emplois dans les petites associations dès 2020

L’occasion pour l’Union d’employeurs de prendre acte de certaines évolutions, telles que le rétablissement du budget du dispositif local d’accompagnement à son niveau de 2017, l’augmentation des crédits "French impact", des crédits pour l'évaluation d'impact jugés insuffisants, un recentrage des crédits du fonds d’inclusion dans l’emploi sur l’insertion par l’activité économique (IAE) et quelques moyens supplémentaires dédiés à l’emploi associatif et à l’engagement citoyen (voir le détail dans l’encadré ci-dessous).

Rappelant les difficultés du secteur associatif liées à la forte diminution des contrats aidés - suppressions de postes, fragilisation voire fermeture d’associations -, l’Udes a porté sa proposition (voir ci-dessous notre article du 1er octobre 2019) de création d'emplois d'utilité citoyenne au bénéfice de petites associations - une idée également fortement portée par le Mouvement associatif. Il s’agirait ainsi de créer dès 2020 quelque 5.000 emplois pris en charge à 80% du Smic, en réorientant 75 millions d'euros de crédits non-exécutés des parcours emploi-compétences (PEC) vers le programme 163 de la mission "Sport, jeunesse et vie associative".

Lors de son congrès, l’Udes devrait enfin rappeler sa vigilance quant au risque de banalisation, de dilution voire de fragilisation de l’ESS, dans le grand bain de "l’économie à impact" actuellement porté par le haut-commissaire à l’ESS et à l’innovation sociale.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle