Grand Est

AFP

Strasbourg s'équipe en bus 100% électriques d'Alstom

Transport mobilité durable

Strasbourg a annoncé ce 8 mars s'équiper de bus 100% électriques Aptis, devenant la première ville française à commander ce nouveau véhicule d'Alstom, inspiré du tramway.

C'est une première en France : Strasbourg a annoncé ce 8 mars avoir passé commande à Alstom du nouveau bus 100% électrique Aptis, présenté comme une "hybridation" entre le bus et le tramway.  Long de douze mètres, ce véhicule peut transporter jusqu'à 95 personnes et être rechargé la nuit au dépôt. En décembre 2019, douze de ces bus à haut niveau de service doivent commencer à relier directement le Parlement européen au nouveau quartier d'affaires adjacent à la gare de Strasbourg, a indiqué la municipalité.
"Notre objectif d'ici à 2025 est d'essayer de rouler 100% propre (...) avec cette commande. Nous avançons vers cet objectif", a déclaré Alain Fontanel, premier adjoint et président de la Compagnie de transport strasbourgeois (CTS) lors d'un point presse. "C'est la première commande mondiale, qui va nous permettre de lancer l'industrialisation de ce produit", a annoncé le président d'Alstom France, Jean-Baptiste Eyméoud.
Comme dans un tramway, on peut monter de plain-pied dans un bus Aptis, qui a un "plancher bas intégral et complètement plat", les roues étant reléguées aux extrémités. Le bus présente aussi des portes larges et une "large surface vitrée", a mis en avant Alstom. Sa durée de vie, "d'environ 20 ans", est par ailleurs plus importante que celle des bus standard, selon Jean-Baptiste Eyméoud. Le prix de la commande passée par Strasbourg n'a pas été rendu public mais le président d'Alstom France a chiffré à "autour de 500.000 euros" le prix d'un bus.
Aptis est fabriqué par NTL, anciennement Translohr - une division rachetée en 2012 par Alstom au groupe alsacien Lohr, qui était alors en difficulté -, et les ateliers d'Alstom à Reichshoffen, les deux bases du groupe près de Strasbourg. La fabrication de bus électriques est à la fois une nouveauté pour le constructeur ferroviaire français et une reconversion pour NTL, qui était spécialisé dans la construction de tramways sur pneus, un concept qui n'a pas réussi à faire ses preuves malgré des ventes dans une demi-douzaine de villes dont Clermont-Ferrand, Paris, Shangaï (Chine) et Venise (Italie).
Depuis la présentation du prototype il y a deux ans, Aptis a été essayé dans 24 villes en France, Belgique, Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne. Alstom est notamment candidat à l'appel d'offres portant sur 250 à 1.000 bus électriques qu'ont lancé la RATP et Île-de-France Mobilités.  Le groupe est également "en discussion" avec Grenoble, Toulon et La Rochelle, a affirmé Jean-Baptiste Eyméoud.

Haut de page