Tempête dans les Landes : Morcenx se mobilise

Publié le
dans

Commande publique

Landes

Le 24 janvier 2009, Morcenx connaît la tempête la plus dévastatrice depuis 1999. En plus de porter assistance aux habitants sinistrés, la petite commune des Landes accueille au pied levé près de 200 passagers d'un TGV bloqué en gare. Elus et agents municipaux se sont mobilisés spontanément pour organiser la solidarité. Aucune victime, mais des dégâts importants : forêts de pins décimées, toitures arrachées, réseau électrique démantelé...

Prévenu par l'Alerte Rouge Météo France, le maire de Morcenx (4.700 habitants) a pris ses dispositions pour faire face aux aléas des intempéries et, dès 5 heures du matin, la mairie était mobilisée. En 1999 déjà, un train avait été bloqué par la tempête et la commune avait dû héberger 600 personnes. "Nous avions déjà vécu cela en 1999, à ceci près que la tempête a fait beaucoup plus de dégâts en 2009, souligne Jean-Claude Deyres, maire de Morcenx. Nous étions en état d'alerte depuis la veille et dès que le garde champêtre a signalé un train arrêté à quai, nous avons pris les mesures nécessaires pour accueillir environ 200 voyageurs." En tout, trente personnes de l'équipe municipale (élus et agents habitants sur place) ont pris les devants pour prendre en charge ces "passagers en souffrance", comme les nomme la SNCF. Installés dans le centre culturel Jean-Jaurès dès midi, ils ont patienté à l'abri et profité de collations improvisées (sandwiches, chips, boissons chaudes...) jusqu'au repas du soir. "Nous n'avons pas su tout de suite si le trafic ferroviaire ou autoroutier allait être rétabli dans la journée alors, pour détendre l'atmosphère, nous leur avons proposé deux séances de cinéma gratuites", explique Jean-Claude Deyres. "Une fois informé du blocage total de la circulation, nous avons réquisitionné le centre de formation des apprentis pour l'hébergement de nuit." Le lendemain, les voyageurs ont pris un dernier petit-déjeuner avant de repartir en car sur Bordeaux ou Bayonne.

 

La solidarité au premier plan

Si la tempête de 1999 n'avait pas épargné les forêts de pins, la pluie et les bourrasques de vent qui viennent de secouer les Landes ont provoqué aussi d'énormes dégâts matériels. A Morcenx, on ne dénombre aucune victime mais beaucoup de particuliers sinistrés : coupures d'électricité, problèmes de chauffage, pannes de congélateurs, tuiles arrachées, façades endommagées... La mairie s'est rapidement transformée en centre d'appels pour porter assistance aux habitants coupés du monde. "Dès samedi matin, nous avons essayé d'organiser la solidarité, d'héberger et de proposer des repas aux personnes isolées, souligne le maire. Les numéros d'urgence étaient saturés, les téléphones portables coupés du réseau..." Entre les agents EDF, les cheminots, les pompiers et les renforts de l'armée, Morcenx  a dû héberger près de 400 personnes pendant deux semaines. Les dommages restent difficilement chiffrables, mais la ville s'attend à panser ses plaies pendant de longues années. "A l'échelle du territoire communal, près de 100 hectares de grands pins sont tombés, soit près de cinq années de production et de consommation perdues. En termes de recettes d'exploitation, c'est une perte de 15 millions d'euros pour l'ensemble des communes du département, explique Jean-Claude Deyres. Mais au-delà du prix du bois, c'est le renouvellement des forêts de pins qui reste le plus inquiétant. Les propriétaires qui ont quelques hectares éparpillés ne sont pas forcés de replanter." Quant au réseau d'électricité, il faudra des mois pour remettre sur pied l'ensemble des lignes.

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Mairie de Morcenx

2, place Léo Bouyssou
40110 Morcenx
mairie.morcenx@wanadoo.fr

Jean-Claude Deyres

Maire de Morcenx et vice-président du conseil général des Landes
Haut de page