Tiers-lieux : l'État débloque 130 millions d’euros supplémentaires

L’État a annoncé 130 millions d’euros supplémentaires en faveur des tiers-lieux, auxquels il avait déjà consacré un plan de soutien de 45 millions d’euros. Le dernier rapport de l'association France Tiers-Lieux, publié au même moment, estime que la crise sanitaire a révélé "leur caractère incontournable dans les territoires". La prochaine et dernière vague de sélection aura lieu le 30 septembre 2021.

Confirmant le déblocage d'une enveloppe de 130 millions d'euros, dont la moitié est issue du plan de relance, le Premier ministre a souligné lors d’un déplacement dans le Calvados, vendredi 27 août 2021, que les tiers-lieux répondaient à l'objectif de renforcer la "souveraineté économique" du pays, la crise sanitaire ayant "montré que l'on a laissé partir trop de choses" en termes de production. Le même jour, le Premier ministre a reçu le rapport de l’association France Tiers-Lieux sur le développement des tiers-lieux en France qui permet de recenser, qu'à ce jour, l’État finance 252 Fabriques de Territoire et que 300 tiers-lieux doivent être financés avant la fin de l’année 2021. La prochaine et dernière vague de sélection aura lieu le 30 septembre 2021. Ces 35 nouvelles fabriques rejoignent les 217 tiers-lieux déjà labellisés. Trois départements supplémentaires accueillent désormais une fabrique : la Vendée, l’Ariège et les Hautes-Alpes. 

Mais "cette nouvelle économie doit trouver son modèle car il faut qu'elle s'installe dans la durée", a rappelé Jean Castex, alors que le financement des tiers-lieux repose pour 50% sur des recettes en propre et pour 50% sur des subventions de l'État et des collectivités territoriales. Pour ce faire, l'État a fait savoir, dans un dossier diffusé par les services du Premier ministre ce 27 août, qu'il allait déployer cinq mesures en faveur des tiers-lieux.

100 manufactures de proximité 

La première vise à mettre en place 100 manufactures de proximité, une disposition qui bénéficie d'une enveloppe de 30 millions d'euros. Ces "tiers-lieux dédiés à la production, qui animent et apportent des services à une communauté professionnelle et destinés en priorité à des professionnels, TPE, PME, artisans" doivent contribuer "à redynamiser les territoires et en premier lieu, les petites et moyennes villes, les territoires ruraux et les quartiers prioritaires de la politique de la ville", précise le dossier de presse.

La seconde mesure vise à soutenir la formation professionnelle dans les tiers-lieux et bénéficie d'une enveloppe de 50 millions d’euros. Cette enveloppe est issue du plan de transformation de la formation professionnelle, inscrit au plan France Relance. Les actions seront pilotées par le haut-commissariat aux compétences, le ministère du Travail, en lien avec les régions. Selon France Tiers-Lieux, 60% des tiers-lieux ont des activités de formation, qu’il s’agisse de formation professionnelle agréée, d’apprentissage entre pairs et par la pratique, ou de transferts de savoir plus informels. L'association met en avant qu'en 2019, 134.000 personnes ont pu bénéficier d’une formation dans un tiers-lieu.

Déploiement des missions de service civique et des conseillers numériques

La troisième mesure vise à déployer 3.000 missions de service civique dans les tiers-lieux. Selon le recensement 2020 de France Tiers-Lieux, 20% des tiers-lieux ont déjà accueilli des volontaires en service civique, soit autour de 500 à 1.000 missions de service civique (1) chaque année. France Tiers-Lieux, en tant que tête de réseau national, accompagnera le plan de déploiement des jeunes en service civique. 20 millions d'euros sur 3 ans y sont affectés.

La quatrième mesure vise à déployer des conseillers numériques France service au sein des tiers-lieux. "4.000 conseillers numériques France Services sont en cours de recrutement pour être ensuite déployés sur le terrain, en partenariat avec des collectivités territoriales, des associations ou des entreprises de l’économie sociale et solidaire", est-il rappelé dans le dossier de presse. L’association France Tiers-Lieux et le RFFLabs, partenaires du programme, organiseront le mois de la Fabrication en octobre 2021. Ce mois permettra de mobiliser les tiers-lieux et makers pour fabriquer localement le mobilier prototypé par des designers. 15 millions d’euros seront disponibles pour soutenir la fabrication d’un nouveau mobilier d’inclusion numérique dans les tiers-lieux et par les makers. De son côté, France Tiers-Lieux rappelle les chiffres : 62 premiers conseillers numériques ont été déployés sur le terrain depuis l’été ; 3.516 recrutements sont ouverts ;1.440 conseillers ont été recrutés et 579 conseillers sont en formation.

Maillage national et territorial 

Enfin, la cinquième mesure vise à "renforcer le maillage national et territorial du réseau de tiers-lieux. 4 millions d’euros pendant 3 ans pour financer l’accompagnement des porteurs de projet et la consolidation de la filière et des réseaux régionaux y sont affectés. "De nombreux acteurs, dont de plus en plus de collectivités, porteurs de projet et tiers-lieux existants, manquent d’ingénierie et de moyens pour pérenniser leurs activités ou développer leurs actions", mentionne le dossier de presse. En réponse à ce besoin, "des réseaux régionaux se structurent à une échelle régionale, pour mutualiser leurs moyens et déployer des actions d’accompagnement". Leur offre peut se composer de formation, de conseils ponctuels, de prestations d’accompagnement sur plusieurs jours ou encore d’outillage de fiches, de ressources documentaires, d'outils techniques….

(1) Estimation obtenue avec une moyenne de 1 à 2 volontaires en service civique par tiers-lieu.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle