Localtis

Tous les trains remis sur les rails d'ici la fin juin

D'ici la fin juin, la totalité des trains en France seront remis sur les rails, selon la SNCF. En Île-de-France, les transports en commun ont retrouvé à partir de ce 2 juin un "niveau d'offre presque équivalent" à celui d'avant le confinement mi-mars, ont annoncé les opérateurs dans un communiqué commun.

Alors que la France est entrée ce 2 juin dans une nouvelle phase de déconfinement, le transport ferroviaire devrait peu à peu revenir à son tour à la normale. D'ici à la fin juin, la totalité des trains en France seront remis sur les rails, à temps donc pour les départs en vacances, assure la SNCF. Évoquant un "appétit fort" des Français pour les voyages, le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé le 31 mai sur BFMTV que "100% de l'offre" de la SNCF serait commercialisée à partir de la "mi-juin". La SNCF a indiqué avoir "d'ores et déjà ouvert tous ses trains de l'été à la réservation". Les billets seront "échangeables, annulables et remboursables gratuitement", a précisé l'opérateur public dans un communiqué. Ce 2 juin, 2 TGV sur 3, près d’1 train Ouigo sur 2 et 1 train Intercités sur 2 ont circulé en moyenne dans toute la France.  À la mi-juin, la SNCF proposera 80% de son plan de transport habituel pour ces trains, et atteindra d’ici fin juin "le plan de transport nominal".

Fin de la règle du siège vacant dans les trains

"Nous enlevons la restriction d'un siège sur deux" neutralisé dans les TGV, qui avait été imposée à la SNCF afin de respecter les règles de distanciation, a en outre précisé le secrétaire d'État, en demandant à l'opérateur public de "maîtriser ses tarifs" pendant l'été. Cette restriction, alors qu'aucune contrainte de ce type n'a été imposée en avion, faisait grincer des dents à la SNCF, surtout s'agissant des TGV, seuls trains sur lesquels elle fait habituellement des bénéfices. L'entreprise de transport a en effet besoin d'un taux d'occupation d'au moins 60% - jusqu'à 80% dans les Ouigo - pour ne pas perdre d'argent.
Si la règle du siège vacant disparaît, Jean-Baptiste Djebbari appelle la SNCF à tout faire pour mettre de la distance entre les voyageurs dans les trains, lorsque ces derniers ne sont pas pleins. "Ce que nous anticipons c'est que nous aurons probablement mi-juin 100% de l'offre et 50% de la fréquentation", a dit le secrétaire d'État.
"On va continuer à avoir des mesures sanitaires très importantes" dans les transports en commun, notamment l'obligation de porter le masque, a-t-il précisé (voir notre article du jour). La SNCF a immédiatement "salué" dimanche l'assouplissement des règles annoncé par le secrétaire d'État, y voyant "le fruit du civisme des voyageurs, qui respectent massivement le port du masque depuis le 11 mai et qui ont adopté les bons comportements".

Montée en puissance des transports en commun franciliens

En Île-de-France, région qui reste en zone "orange", le trafic continue de monter en puissance dans les transports en commun qui ont retrouvé ce 2 juin un "niveau d'offre presque équivalent" à celui d'avant le confinement mi-mars, selon un communiqué commun des opérateurs et d'Île-de-France Mobilités. Dans le métro, l'ensemble des lignes fonctionnent avec une fréquence de 90% en moyenne et ce, sur la plage horaire normale, soit entre 5h30 et 1h15. Cinq stations sur la soixantaine fermées depuis fin mars ont rouvert.
Les lignes de tramway fonctionnent, elles, à 100%, mais moins sur les T4 et T11, du ressort de la SNCF.
Les bus RATP circulent avec une fréquence de 80% de la normale tandis que tous ceux du réseau Optile, en petite et grande couronne parisienne, roulent eux normalement. Le service est assuré à 100% sur les lignes A et B du RER de de 5h à 1h15, sauf sur la partie nord de la ligne B. Les RER C, D, E ainsi que l'ensemble des trains de banlieue roulent jusqu'à 22h00, avec près de neuf trains sur dix aux heures de pointe. En dehors de ces heures, le trafic va de 55% à 80% selon les lignes.
En raison des règles de distanciation qui réduisent la capacité des transports publics de 80% environ, l'autorité régionale et les opérateurs demandent toujours aux entreprises et aux Franciliens de limiter au maximum les déplacements, de maintenir massivement le télétravail et d'étaler le plus fortement possible les horaires d'arrivées et de départs sur les lieux de travail.
Une attestation de l'employeur ou une auto-attestation justifiant un motif impérieux de se déplacer est toujours exigible aux heures de pointe, de 6h30 à 9h30 et de 16h00 à 19h00, et ce au moins jusqu'au 22 juin, tandis que le port du masque reste bien entendu obligatoire.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page