Environnement - Transition énergétique : les acteurs s'impatientent

Deux jours avant l'ouverture de la conférence environnementale, de nombreux acteurs du débat national sur la transition énergétique, représentant le monde associatif, économique, syndical ainsi que les collectivités* ont tenu ce 18 septembre une conférence de presse commune pour rappeler que cette transition représente un "enjeu incontournable" et demander au gouvernement de "fixer maintenant une trajectoire conforme avec le facteur 4 (division par 4 des émissions de gaz à effet de serre en 2050)". Tous regrettent le nouveau report du projet de loi de programmation sur la transition énergétique au printemps 2014 et réclament la mise en œuvre rapide de mesures concrètes. Concernant le plan de rénovation thermique des logements, ils attendent des réponses à "quatre grands enjeux" qu'ils jugent non résolus à l'heure actuelle : l'amélioration de l'offre avec la mise en place rapide de projets pilotes à l'échelle des territoires, la constitution et la formation de groupements d'artisans et la formation des maîtres d'œuvre intervenant sur les grands immeubles collectifs et les ensembles tertiaires ; l'information-conseil-accompagnement des ménages à travers "un véritable guichet unique à l'échelle locale" ; des "financements harmonisés et compréhensibles à la hauteur de l'enjeu" et une mise à jour et une simplification de la réglementation. Ils proposent ainsi d'"arrêter d'aborder le financement de la rénovation comme une simple accumulation d'outils" et de concentrer l'argent public et privé accessible pour la rénovation énergétique dans un nombre limité d'outils articulés autour d'un "fonds de transition énergétique ouvert à tout type de public". Autres mesures jugées indispensables : l'octroi du financement en fonction de la performance énergétique visée par le projet de rénovation et sous condition de ressources du maître d'ouvrage, le conditionnement de l'attribution des financements aux contrôles avant et après travaux via des auditeurs agréés pour définir des projets de rénovation viables et pouvoir évaluer les résultats et la création d'un "bouclier énergétique" pour les ménages modestes à la place des tarifs sociaux en vigueur pour l'électricité et le gaz. Plus de 3,7 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique, a rappelé Patrick Doutreligne, délégué général de la fondation Abbé Pierre. Un chiffre qui risque de croître si rien n'est fait, poursuit Sylvie Charbonnier, porte-parole du collectif Isolons la Terre contre le CO2. "La France ferait déjà un grand pas si elle mettait en œuvre l'ensemble des textes des lois Grenelle et des directives européennes" en matière d'isolation thermique du bâtiment. "Ce serait un socle solide sur lequel s'appuyer." Il faudrait aussi selon elle "un plan de financement pérenne sur 40 ans pour pouvoir financer la rénovation complète des bâtiments".
Le développement des énergies renouvelables permettrait de créer 50.000 emplois d'ici 2020, sous réserve de respecter le niveau annuel de 1.200 à 1.300 mégawatts éolien installés convenu au moment du Grenelle pour contribuer à atteindre l'objectif de 23% d'énergies renouvelables en 2020, a souligné Nicolas Wolff, président de France énergie éolienne. Seuls 800 MW devraient être installés en France en 2013, du fait du recours judiciaire contre le tarif d'achat et d'une réglementation trop contraignante. "Le développement des énergies renouvelables est au point mort en France", abonde Cyrille Cormier, chargé de campagne énergie de Greenpeace, "alors qu'il représente autant que l'investissement dans les énergies fossiles dans le monde" d'un montant de 300 millions de dollars. Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes et de la commission développement durable de l'Association des régions de France (ARF) a appelé à "sortir de la politique de gribouille car les décisions n'ont pas été prises". "Les régions ont été au cœur du débat sur la transition énergétique, a-t-il souligné. Elles sont aussi à l'avant-garde de cette transition par les montages, les engagements financiers qu'elles font. En Rhône-Alpes, par exemple, nous allons créer prochainement un fonds public-privé pour développer une quinzaine de projets d'énergies renouvelables. Nous avons besoin de consolider des filières."
Pour Matthieu Orphelin, porte-parole de la fondation Nicolas-Hulot, "il faut arrêter de se faire peur avec le coût de la transition énergétique, car les coûts de l'inaction sont beaucoup plus importants, et que les scénarios qui vont le plus loin sur la sobriété sont ceux qui sont les plus rentables à court terme. Toutes les études, même celles du Trésor, le montrent." Une contribution climat énergie de 7 euros par tonne, "c'est 30 euros par foyer et par an, avant redistribution", a-t-il souligné.
"La mobilité coûte chaque année 5.000 euros pour les ménages", a rappelé Michel Dubromel, responsable transports et mobilités durables de FNE. Il dénonce la centaine de kilomètres de projets routiers qu'a retenue la commission Mobilité 21, et "le projet complètement fou d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes". La réduction des limites maximales de vitesse autorisée sur le réseau routier permettrait une économie de carburant " immédiate", et est "très facile à mettre en œuvre".  L'État s'est également privé d'un milliard d'euros de recettes en reportant l'écotaxe poids lourds "pour la énième fois", a-t-il regretté. "Que l'on ne nous dise pas qu'il n'y a pas de moyens !"

Anne Lenormand
 

*Réseau Action Climat France, Fondation Abbé Pierre, Collectif Isolons la terre contre le CO2, France Nature Environnement, site de covoiturage BlaBlaCar, France Energie Eolienne, Greenpeace, fondation Nicolas-Hulot, WWF France, CFDT, Comité de liaison des énergies renouvelables, Association des régions de France

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle