Un Agroécopôle pour conjuguer production alimentaire et reconquête de la biodiversité (34)

En 2015, la municipalité de Fabrègues rachète un ancien domaine agricole au pied du massif de la Gardiole, pour y créer un site d’expérimentation et de recherche en agroécologie. Fin 2020, quatre projets agricoles sont déjà en exploitation, dont un vignoble et un jardin d’insertion. 22 équivalents temps plein y ont été créés, tandis que la réapparition du lézard ocellé signe les prémices d’une reconquête de la biodiversité.

Commune périurbaine de la métropole de Montpellier, étendue sur 3.000 hectares, Fabrègues subit une pression foncière forte. Elle lutte activement contre la « cabanisation », la construction sans permis d’habitation sur des zones agricoles ou protégées. En 2004, le projet de créer un centre d’enfouissement de déchets sur un domaine agricole en friche se heurte à une forte opposition des habitants et élus de la commune. « Ce projet de décharge sur le domaine de Mirabeau, comptant 220 ha et 2.200 m de bâti à l’abandon en bordure d’une zone naturelle protégée, était en contradiction avec nos efforts pour protéger nos espaces naturels et agricoles ainsi que la ressource en eau » témoigne Mylène Fourcade, adjointe au maire en charge de l’urbanisme, grands travaux et développement durable (également conseillère métropolitaine). « En 2014, lorsque la commune a eu l’opportunité de racheter le domaine, les habitants ont majoritairement soutenu la proposition que nous leur avons présentée en réunion publique. »

Un partenariat déterminant entre la commune et le Conservatoire d’espaces naturels

Entre 2014 et 2016, le projet d’un domaine d’excellence en agroécologie est bâti avec le soutien du Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon (CEN L-R). « L’ensemble des collectivités (métropole, département, région) est à nos côtés pour ce projet et nous soutiennent financièrement, mais c’est l’accompagnement du CEN L-R, dans une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage grâce à leur expertise scientifique des espaces naturels à enjeux, qui a été déterminant, souligne l’élue. Le Conservatoire a proposé de candidater à l’appel à projet de l’Ademe des sites pilotes pour la reconquête de la biodiversité. » Lauréat en 2017, le projet d’Agroécopôle du domaine de Mirabeau reçoit un investissement d’avenir de 1,2 million d’euros (voir encadré) pour mettre en place un pôle d’expérimentation et de recherche. Objectif : restaurer la biodiversité et les fonctionnalités écologiques du site, via l’installation d’activités agroécologiques en polyculture-élevage.

Première installation en 2017 : Vigne de Cocagne

Première pierre de l’édification du projet, la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) « Vigne de Cocagne » reprend dès fin 2017 la culture des vignes et des oliviers du domaine en culture biologique. L’initiative a une vocation sociale : il s’agit d’un vignoble d’insertion pour des personnes éloignées de l’emploi, sur un territoire où les exploitants agricoles ont des difficultés à trouver de la main-d’œuvre compétente. Le projet a été accompagné par le Réseau Cocagne, spécialiste de la réinsertion professionnelle par le maraîchage et qui, avec la vigne, expérimente un nouveau support de production. La scic comprend une gérante, un vigneron-formateur, un accompagnant socio-professionnel et 2 salariés en insertion.

Quatre installations agricoles en 2020 suite à l’appel à candidatures

En septembre 2019, la commune de Fabrègues et le CEN L-R lancent un appel à candidature pour installer des activités de maraîchage, d’arboriculture et d’élevage pastoral sur le domaine. Les candidats sont invités à adhérer à l’ensemble des valeurs et ambitions affichées pour l’Agroécopôle : une production alimentaire biologique, une inscription dans l’économie sociale et solidaire, la sensibilisation du grand public aux enjeux écologiques et la mise en place d’activités de recherche et formation. Quatre projets sont sélectionnés : deux en élevage (caprin, ovin, poules pondeuses, porcs) et deux en maraîchage, arboriculture et apiculture dont l’un sous forme de Jardin de Cocagne (structure d’insertion). La priorité est de construire la bergerie et les serres (pour la production maraîchère). Courant 2020, l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) et le CEN L-R accompagnent l’installation des activités et la mise en œuvre de pratiques productives favorables à la biodiversité. « Notre préoccupation était de parvenir à une gouvernance collective, c’est-à-dire penser le domaine comme un système et non une somme de projets. Les candidats ne se connaissaient pas, mais cela fonctionne. Ils ont mis en place un système de vente en panier, le jeudi, et un marché de producteurs le samedi, ouvert à d’autres producteurs du territoire. »

La rénovation du bâti s’engage pour améliorer l’exploitation

Au total, fin 2020 ce sont 22 emplois (en ETP) qui ont été créés par l’Agroécopôle, dont 14 emplois en insertion. Les exploitants ont signé des baux ruraux précaires avec la commune de Fabrègues, propriétaire du domaine. Début 2021 s’engage la phase de maîtrise d’œuvre et de travaux sur le bâti. « Il faut maintenant donner à nos exploitants de bonnes conditions de travail. La priorité est la bergerie et un logement attenant, puis des locaux administratifs et techniques. Pour augmenter la capacité de production, il faut aussi des serres. »

Perspectives : développer toutes les fonctions du lieu

À terme, le projet comprend la création d’une boutique, d’un pôle administratif, d’une salle multifonction, d’un tiers lieu citoyen, d’un gîte touristique et d’une guinguette pouvant générer des recettes d’exploitation. « Notre volonté est d’en faire un lieu d’animation et de valorisation du territoire, avec une offre culturelle, de l’éducation à l’environnement et des actions de formation et de recherche. Mais la question alimentaire est primordiale. Nous savons que les territoires voisins nous observent, et notamment Montpellier Méditerranée Métropole qui a adopté une politique agricole et alimentaire en 2015 s’appuyant sur un archipel de 20 fermes ressources réparties sur le territoire » conclut l’élue.

Chiffres clés

Acquisition du domaine : 800 k€ (commune de Fabrègues)

Budget prévisionnel de l’agroécopôle : 3.150 k€ dont :

  • Coordination, gestion, animation : 340 k€
  • Travaux de restauration agroécologique : 540 k€
  • Réhabilitation immobilière : 2.270 k€

Financement :

  • 40% du budget (1.200 k€) a été subventionné par la dotation investissement d’avenir
  • Commune de Fabrègues : 30%
  • Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée : 11%
  • Conseil départemental de l’Hérault : 5%
  • Montpellier Méditerranée Métropole : 11%
  • Fondation de France (projet de recherche-action) : 4%

Ce plan de financement assure la tranche ferme des travaux de rénovation du bâti. Des financements complémentaires seront sollicités par la suite pour réaliser la tranche conditionnelle.

Commune de Fabrègues

Nombre d'habitants :

7142
8 avenue Paul-Doumer
34690 Fabrègues
contact@fabregues.fr

Mylène Fourcade

Adjointe au maire en charge de l’urbanisme, grands travaux et développement durable