Un budget spécifique pour les travaux des futurs centres de préparation aux Jeux olympiques

Les collectivités désignées "centres de préparation aux Jeux" (CPJ) pourront bénéficier d'une subvention d'État pour réaliser des travaux sur leurs sites. C'est le sens de la convention signée le 21 janvier entre le ministère des Sports, la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques) et l’Agence nationale du sport (ANS). 

Les collectivités désignées "centres de préparation aux Jeux" (CPJ) pourront bénéficier d'une subvention d'État pour réaliser des travaux sur leurs sites. C'est le sens de la convention signée le 21 janvier entre le ministère des Sports, la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques) et l’Agence nationale du sport (ANS). 
La convention confie à l'ANS 20 millions d'euros issus du programme d’investissement des CPJ et définit les modalités d’emploi de ces crédits. Les opérations financées seront l’aménagement, la reconversion, la rénovation ou la construction d’équipements sportifs et annexes labellisés ainsi que l’acquisition de matériel sportif nécessaire à l’optimisation de la performance. Le choix des bénéficiaires sera opéré après examen par un comité de pilotage ad hoc.  L'appel à projets sera lancé en mars prochain. Deux phases de subventions seront déployées : 14 millions d'euros en 2021, puis 7 millions en 2022. Tous les projets financés devront être mis en service au plus tard le 30 juin 2023.
Quelque 400 collectivités ont été sélectionnées le 5 octobre 2020. Elles représentent plus de 500 CPJ et environ 1.600 équipements sportifs qui doivent offrir aux délégations olympiques et paralympiques françaises et étrangères la possibilité de s’entraîner sur le territoire français dans des conditions optimisées au cours de la période qui va s’étendre des Jeux de Tokyo, en juillet-août 2021, à ceux de Paris 2024. Chaque CPJ est constitué au minimum d’une ou plusieurs infrastructures d’entraînement sportif, d’une solution d’hébergement et de restauration, et d’un établissement médical.

Action cœur de ville à l'heure olympique

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, et Tony Estanguet, président du Comité d'organisation des Jeux olympiques Paris 2024, ont signé le 20 janvier 2021 une convention de collaboration. Son but ? Permettre aux 148 villes du réseau Action Cœur de ville labellisées Terre de Jeux 2024 de bénéficier d'un programme de design actif. 
Le design actif consiste "à aménager très simplement des espaces publics et des bâtiments pour favoriser l'activité physique et sportive au quotidien, pour tous".  Pour les promoteurs du programme, cela "permettra de créer un héritage à la fois matériel et immatériel" des Jeux de Paris 2024. Ce programme sera piloté par l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) qui mobilisera ses moyens et acteurs.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle