Localtis

Un groupe de travail sur la répartition territoriale des éoliennes bientôt créé

Publié le
par
Anne Lenormand / Localtis
dans

Energie

Environnement

France

Hauts-de-France

Emmanuelle Wargon a annoncé ce 3 décembre la mise en place d'un "groupe de travail sur le développement équilibré de l'énergie éolienne en France" qui traitera aussi les questions du démantèlement et de l'insertion paysagère.

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, a annoncé ce 3 décembre, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, la création prochaine d'un "groupe de travail sur le développement équilibré de l'énergie éolienne en France".  Ce groupe de travail traitera "de la répartition territoriale, mais aussi du démantèlement et de l'insertion paysagère" des éoliennes, a-t-elle indiqué.
La secrétaire d'Etat répondait au député UDI du Nord Guy Bricout, qui l'interrogeait sur le nombre d'éoliennes dans la région Hauts-de-France. "A ce jour, 1.500 éoliennes sont déjà en place, 800 ont été autorisées et non encore construites, et 733 projets sont en cours d'instruction. C'est fou ! Ma région supporte 25% de l'effort national (…) Nous parlons d’une région touristique, au patrimoine architectural riche, d’une terre ayant connu les batailles de la guerre de 1914-1918. Elle se trouve aujourd’hui dégradée visuellement. Pas moins de 70 % des projets sont d’ailleurs contestés devant les tribunaux, ce qui reflète bien la révolte qui gronde. Trop, c’est trop !", s'est exclamé l'élu.

Hauts-de-France et Grand-Est en première ligne

"Il est vrai que la région des Hauts-de-France ainsi que le Grand-Est sont les deux régions les plus directement concernées par le développement de l'éolien dont elles accueillent une large part", a convenu la secrétaire d'Etat, expliquant que cela était dû notamment aux conditions de vent et de trafic aérien. "Mais c'est également vrai que nous devons veiller à une répartition équilibrée sur le territoire des différentes énergies renouvelables et de l'énergie éolienne en particulier", a-t-elle poursuivi, en référence au groupe de travail qui va être créé sur cette question.
Emmanuelle Wargon a assuré que la progression des énergies renouvelables se fait "dans des conditions très encadrées". "L’implantation des éoliennes fait toujours l’objet d’une enquête publique puis d’une autorisation administrative, a-t-elle affirmé. Les consultations débutent désormais très en amont et nous favorisons les projets permettant aux citoyens de participer à l’implantation des éoliennes ou des panneaux photovoltaïques".
De son côté, Guy Bricout a souhaité "une étude approfondie et indépendante sur les effets sanitaires" des éoliennes "pour que les habitants soient pleinement informés".
 

Haut de page