Un nouveau printemps attractif dans le village de Montréal et ses alentours (89)

À la fois épicerie, salle d’exposition, lieu de rencontres et d’ateliers ou encore organisateur d’un festival, La maison hirondelle multiplie les casquettes. Installée à Montréal, un village de 179 habitants, l’association offre une plateforme culturelle, de loisirs et touristique à ce territoire rural de l’Yonne.

En transformant une ancienne boucherie en épicerie de proximité et en lieu d’exposition, l’association La maison hirondelle avait un double objectif : participer à la dynamisation de ce territoire rural et valoriser les savoir-faire locaux. Lancé en 2015 dans la commune de Montréal, un village situé à 60 kilomètres d’Auxerre, le projet a dépassé les attentes initiales, puisqu’aujourd’hui, il assure de multiples missions. Il propose des « rendez-vous producteurs », destinés à créer du lien avec les consommateurs, mais aussi un festival et des ateliers en tous genres. L’association est un véritable poumon au sein de cette commune de 179 âmes et de la communauté de communes du Serein, qui compte quelque 7.500 habitants.

« Nous voulions valoriser les talents locaux quels qu’ils soient, précise Alfred Perrin, membre du conseil d’administration qui gère l’association ; sous forme de gouvernance collégiale, c’est-à-dire sans président. Qu’il s’agisse d’artisans, d’artistes, de producteurs ou autres, l’idée était de leur donner de la visibilité. Nous avons très rapidement vu les activités se développer. » Grâce à l’implantation dans un local situé au cœur de Montréal, le projet a en effet pris de l’ampleur. Le lieu va s’appeler simplement dès cet été « La maison hirondelle ». Il accueille maintenant un café des parents ainsi qu’une foule d'initiatives variées. Il s’y tient un atelier de japonais, un autre de couture, un journal, des concerts… C’est ainsi qu’est né, en 2016, le festival « Tombé du Nid », un événement culturel de deux jours, ouvert à toutes les générations, alliant spectacle vivant et jeux pour les enfants.

Un espace de vie sociale

Labellisée « espace de vie sociale » (ESV) par la Caisse d’allocations familiales (CAF) de l’Yonne et la Mutuelle sociale agricole (MSA), l’association assure des missions de « renforcement des liens sociaux et familiaux et des solidarités de voisinage », ainsi que « la coordination des initiatives favorisant la vie collective et la prise de responsabilité des usagers ».

La crise sanitaire aura aussi permis d’y déceler un autre intérêt. « C’est un lieu de diagnostic du territoire et une sorte de relais, poursuit Alfred Perrin. Durant le confinement l’an dernier, nous avons en effet assuré un dépôt de pain, car le restaurant du village, qui assure cette fonction d’habitude, a dû fermer. Grâce aux bénévoles, nous tenions une permanence tous les matins, six jours sur sept. » Si cette action n’a été que provisoire – le temps que le restaurant puisse reprendre son activité –, elle a été l’occasion d’éviter l’isolement de certaines personnes, en particulier les plus âgées.

Engagement des acteurs locaux

Sur le terrain, cela se traduit par un engagement associatif important de la part des adhérents : citoyens, habitants du village et des environs, producteurs, artistes, etc. Chacun participe aux activités selon ses moyens. À l’épicerie, par exemple, les producteurs locaux sont ainsi invités à tenir la boutique plusieurs demi-journées par an. S’ils s’y impliquent, la commission sur leurs ventes, prise par l’épicerie, est réduite. « Ça leur permet aussi de parler aux consommateurs directement, note Alfred Perrin. Certains proposent même des ateliers bénévolement, comme la confection de miel. »

S’ajoute aussi une diversité d’ateliers portés par des professionnels en tous genres. « En principe, une participation minime aux frais est demandée aux personnes qui assistent aux ateliers, mais cela ne suffit pas à rémunérer, même de façon très limitée, les animateurs, précise Alfred Perrin. L’association doit souvent compléter la somme. » Pour autant, La maison hirondelle tâche de maintenir le cap, y compris en cette période de crise sanitaire. Une partie des ateliers continue d’avoir lieu, de façon virtuelle.

Implication des territoires

Pour les collectivités locales, ce type de structure offre un véritable tremplin pour dynamiser les initiatives locales. Ainsi, en plus de ses deux financeurs principaux (CAF et MSA), l’association bénéficie de soutiens multiples de la part des institutions environnantes. Le maire de Montréal, Michel Gchweinder, s’en félicite. « C’est une association dynamique. Du côté de la mairie, nous mettons à disposition les moyens techniques lorsque c’est nécessaire. » Cela passe par le prêt de la grange pour un événement, des arrêtés divers (débit de boisson, circulation), le prêt de barrières de sécurité, des autorisations pour l’utilisation de l’espace public. Le pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Grand Avallonnais apporte lui aussi son appui, en particulier en matière de stratégie de projets et de mise en réseau, afin de déposer des demandes d’aides de fonds européens. Car l’association fonctionne, en grande partie, grâce au bénévolat et ne dispose que d’un salarié, à temps partiel.

La communauté de communes du Serein se montre elle aussi intéressée par le développement de l’association. Pour Xavier Courtois, président de l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI), « ce type de structure offre un atout pour un territoire rural ». Voilà pourquoi l’élu a entamé une discussion autour du projet associatif de La maison hirondelle pour « voir les points de convergence entre les objectifs de l’association et ceux de la collectivité ». En l’occurrence, il s’est dégagé un thème majeur : le travail auprès de la jeunesse, car l’association assure des rencontres autour de la parentalité.

Un brin iconoclaste, Xavier Courtois assume : « Je pense que les jeunes ne restent pas sur notre territoire car ils s’y ennuient ! À de rares exceptions près, ceux qui partent faire des études ailleurs ne reviennent pas ici. Et c’est dommage. Ce sont des forces vives pour nos territoires que nous perdons chaque année. On ne peut pas attendre que les néoruraux qui commencent à venir dans nos territoires mènent d’emblée des initiatives. » Voilà pourquoi l’élu envisage une mise à disposition d’un local pour faire rayonner le café des parents sur l’ensemble des 35 communes de son territoire.

La maison hirondelle en chiffres

 

  • 128 adhérents en 2020, dont une majorité d’actifs (72 %)
  • 31 producteurs intervenant à l’épicerie en 2019
  • 200 spectateurs au festival Tombé du nid en 2019
  • entre 2017 et 2019 : 7 expositions, 13 concerts, 2 lectures dédicaces, 12 ateliers (sur 85 dates), 7 stages, 3 festivals, 3 bourses aux graines, 3 bourses aux plantes, 1 pressage de pommes
  • Ancrage local des adhérents : 24 % de la communauté de communes du Serein (hors Montréal), 15 % de Montréal, 14 % de l’Yonne (hors CC du Serein), 13 % Côte-d’Or, 10 % Avallon
  • Fréquentation du festival « Tombé du nid » (2018) : 33 % Guillon, 18 % Avallon, 15 % L'Isle-sur-Serein, 7 % Quarré-les-tombes, 7 % Noyers-sur-Serein, 4 % Auxerre
  • 9 partenaires financiers (dont majoritairement la CAF)

Communauté de communes du Serein

Nombre d'habitants :

7357

Nombre de communes :

35
1 pl St Georges
89440 L'Isle-sur-Serein
accueil@ccduserein.fr

Xavier Courtois

Président

Association La maison hirondelle

11 place du Prieuré
89420 Montréal

Alfred Perrin

membre du conseil d’administration