Loir-et-Cher

Victor Rainaldi

Un périple artistique à vélo ouvre des perspectives sur le PLUi du Grand Chambord (41)

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

La communauté de communes du Grand Chambord s’est engagée dans la conception d’un PLUi avec la volonté de faire participer ses habitants à la démarche. Mais les moyens classiques les mobilisent peu. C’est à travers une initiative originale d’action culturelle que les élus des communes et leur population trouvent du sens à la démarche.

Selon le président de la communauté de communes du Grand Chambord (21.000 habitants), Gilles Clément, "la réflexion engagée autour du PLUi vise à en faire un outil de développement au service des communes, à la fois respectueux des principes environnementaux et de la qualité de vie des nouvelles générations qui hériteront du territoire". Le PLUi en cours d’élaboration a aussi vocation à rassurer les élus locaux inquiets des prescriptions du Scot sur les stocks fonciers, les consommations d’espaces agricoles et sur les conséquences du périmètre de protection modifié du château de Chambord (PPM). Ils perçoivent ces documents comme un frein à leur droit de construire pour attirer de nouvelles populations et se développer. En outre, sans PLUi, plusieurs communes se seraient vu appliquer les règles strictes du règlement national d’urbanisme (RNU).

Des habitants peu sensibles aux moyens classiques de concertation

"Pour élaborer notre PLUi, nous avons souhaité mettre en œuvre une large concertation afin de rassembler les élus et la société civile", indique le président du Grand Chambord. Début 2016, une démarche est engagée pour créer un Conseil de développement. D’autres outils plus classiques sont également mis en place (lire encadré ci-dessous).
Mais le bilan de cette concertation est pour l’heure assez décevant. "La démocratie participative en milieu rural est encore balbutiante", reconnaît le président de la communauté de commune du Grand Chambord. "C’est finalement par une approche plus inattendue et qui avait suscité au départ un grand scepticisme que la concertation semble aujourd’hui réellement décoller."

Les actions culturelles mobilisent davantage les populations

La rencontre avec un collectif composé de paysagistes, d’un architecte et d’un scénariste, proposant "d’enrichir cette démarche administrative avec un regard paysager et humain", ouvre de nouvelles perspectives à la participation des habitants. En septembre 2016, les quatre membres du collectif sillonnent les routes et villages du Grand Chambord à vélo, équipés d’un dispositif permettant de "cadrer" les paysages, à la façon d’un appareil photo, pour observer "autrement" ce vaste territoire qui enchâsse le château de Chambord et s’étend des forêts solognotes aux berges de Loire.

Surprendre, écouter, faire découvrir et restituer

Ils rencontrent les habitants, les écoutent parler de leurs communes, recueillent leurs témoignages, produisent des vidéos, des photos et des croquis. Leur arrivée dans les villages devient un événement. Le dialogue engagé avec les populations attise leur curiosité et leur impatience de voir ce que le collectif va faire de toutes les informations recueillies. Celles-ci se matérialisent dans un diagnostic paysager qui a fait l’objet d’une exposition au siège de la communauté de communes du 14 mars au 13 avril 2017 et du 25 avril au 28 mai au château de Villesavin.

Chantiers de construction artistique pour aller plus loin

La démarche du collectif rencontre un écho très favorable et va se prolonger par des chantiers de construction artistique dans l’environnement naturel et avec la participation des habitants volontaires. Ces chantiers participatifs, au nombre de trois en 2017, portent sur la mise en valeur de l’environnement naturel du château de Villesavin, de l’étang de Montperché et sur une structure d’observation du château de Chambord. Trois autres projets seront élaborés en 2018.
"Plusieurs maires, au départ sceptiques, sont aujourd’hui impatients de voir les chantiers participatifs commencer", confirme le président. "C’est de bon augure pour formaliser notre conseil de développement et sensibiliser la population à la démarche du PLUi."

Outils plus classiques de participation citoyenne
Début 2016, une démarche est engagée pour créer un conseil de développement en demandant aux élus des communes de coopter des personnes représentatives parmi leurs habitants. Mais les maires craignent de ne pas rencontrer d’écho. "Nous avons donc décidé d’organiser trois réunions pour expliquer le projet de territoire que nous avons baptisées 'Grand Chambord : ensemble, imaginons 2030'. En fait, il s’agissait surtout de jeter les bases du PLUi qui préfigure le canevas du projet de territoire", raconte Pascal Pareau, le DGS de la communauté. À l’issue de ces réunions, une quarantaine de personnes - d’anciens élus, des représentants des associations, des chefs d’entreprise, des acteurs du tourisme - commencent à travailler dans le conseil de développement en cours de constitution. Tous ne resteront pas...
D’autres outils de participation citoyenne sont mis en place : un registre de concertation des habitants est déposé dans chaque mairie, une adresse mail dédiée est créée (ensemble2030@grandchambord.fr), une campagne d’affichage dans les mairies fournit des éléments de compréhension du projet.

Contact(s)

Communauté de communes du Grand Chambord

22 avenue de la Sablière
41250 Bracieux
02 54 46 53 80
contact@grandchambord.fr
Nombre d'habitants : 21000
Nombre de communes : 17
Nom de la commune la plus peuplée : Saint-Laurent-Nouan (4300 hab.)

Gilles Clément

Président

Pascal Pareau

DGS
pascal.pareau@grandchambord.fr
Haut de page