Localtis

Accès aux droits - Un simulateur pour évaluer ses droits à 24 aides sociales en moins de 7 minutes

Après avoir décalé la date initialement prévue, Ségolène Neuville lance une campagne d'information à destination du grand public sur le site mes-aides.gouv.fr. Ce lancement par la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et la lutte contre l'exclusion est prévu le 9 mars, lors d'un déplacement à la section d'arrondissement du 18e du centre d'action sociale de la ville de Paris (CASVP). Cet outil s'inscrit très clairement dans le cadre de la politique en faveur de l'accès aux droits des personnes en difficulté. Il s'agit en l'occurrence de lutter contre le "non-recours aux droits" dont sont victimes nombre d'entre elles, qui ignorent les prestations et les aides auxquelles elles pourraient avoir droit.

Le RSA, une prestation des CAF ?

Le principal intérêt du site mis en valeur par la campagne d'information réside dans son simulateur des droits, qui affiche une promesse forte : "Evaluez vos droits à 24 aides sociales en moins de 7 minutes". Même s'il a été perfectionné depuis ses premiers pas, le simulateur lui-même n'est pas vraiment nouveau, puisqu'une première version a été mise en ligne dès l'automne 2015 (voir notre article ci-dessous du 28 septembre 2015). D'autres simulateurs plus ciblés ont, par ailleurs, déjà été lancés par le passé, comme ceux qui ont accompagné le déploiement du RSA ou, plus récemment, de la prime d'activité.
Dans sa version actuelle, le simulateur couvre quinze aides nationales, dont douze relevant du régime général de sécurité sociale - allocations familiales, prestation d'accueil du jeune enfant (pour l'allocation de base), RSA, aides au logement, prime d'activité, aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS), CMU-C, allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa)... -, ainsi que les aides de l'Education nationale (bourses de collège et de lycée) et l'allocation de solidarité spécifique (ASS) de Pôle emploi.
Les observateurs pointilleux ne manqueront pas de relever au passage que le RSA est présenté comme une prestation des CAF, comme si les départements n'assuraient pas son financement...

Promesse tenue, mais partie locale embryonnaire

A ces quinze aides nationales s'ajoutent neuf aides locales. Cette partie locale est nettement moins convaincante, puisqu'elle se limite aujourd'hui à huit aides extra-légales de la ville de Paris et à "l'allocation départementale personnalisée d'autonomie" de la Seine-Saint-Denis (en fait, une version localisée de l'APA).
L'ergonomie du site tient sa promesse et les informations à fournir restent limitées et sont facilement accessibles. Après quelques écrans, le diagnostic est immédiatement proposé et le résultat présenté sous la forme d'une liste des prestations et aides auxquelles on peut avoir droit, assortie, pour chacune d'elles, d'un montant mensuel ou annuel. Au final, la promesse des sept minutes pour connaître ses droits - ou plus précisément certains de ses droits - est réellement tenue.
On peut en revanche regretter que - tout à sa volonté de simplification - le site ne propose aucune explication sur les différentes aides concernées, ni même ne renvoie aux sites susceptibles de les fournir.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page