Une mission parlementaire pour développer "une réelle industrie du vélo en France"

Le gouvernement a lancé ce 30 septembre une mission parlementaire de trois mois "afin de développer une réelle industrie du vélo en France". Trois ans après le lancement du "Plan vélo et mobilités activités actives", cette mission confiée à Guillaume Gouffier-Cha, député LREM du Val-de-Marne et vice-président du Club des élus nationaux pour le vélo vise à "faire un état des lieux des forces et faiblesses de l'industrie du cycle en France" et à "faire des propositions pour développer la relocalisation sur le territoire national", soulignent les ministères de la Transition écologique, des Transports et de l'Industrie dans un communiqué. "Plus généralement, il s'agit de donner une vision d'ensemble des perspectives et des freins au développement du vélo d'un point de vue industriel et économique et sur le plan de l'emploi", ajoutent-ils. Un rapport doit être remis en janvier 2022.
"On a beaucoup fait pour le vélo depuis le début de ce quinquennat", a souligné Guillaume Gouffier-Cha à l'AFP. "Il y a un enjeu économique fort pour nos territoires, en plus d'un enjeu environnemental." Les acteurs - assemblage, pièces, infrastructures, services, équipements - sont très dispersés, et la filière manque de structuration, a indiqué le député. "On peut avoir de l'ambition sur la construction d'une filière du vélo importante en France, dans une situation européenne", estime-t-il.
Près de 2,7 millions de vélos ont été vendus en France en 2020 (+25% sur un an), dont 514.600 vélos à assistance électrique (+29%), pour trois milliards d'euros de chiffre d'affaires, selon l'Union sport et cycle. La France a produit 660.000 vélos et en a importé 2,2 millions, provenant notamment du Portugal, de Roumanie et d'Italie. 
Pour les ministères, le nombre d'emplois de la filière en France pourrait passer de 78.000 aujourd'hui à 270.000 en 2030 et sa relance est vue par le gouvernement comme un symbole du renouveau industriel. Elle a cependant connu un premier échec récemment, Bercy retirant fin juillet son soutien à un projet de relocalisation des cycles Mercier à Revin dans les Ardennes, censé créer 270 emplois d'ici à cinq ans.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle