À Vicq-sur-Breuilh, une donation d’artiste transforme le presbytère en musée (87)

Publié le
par
Jean-Luc Varin
dans

Tourisme, culture, loisirs

Haute-Vienne

Le presbytère du village tombe en ruine. Il n’est pas classé, mais son architecture mérite d’être conservée. La maire de Vicq-sur-Breuilh saisit l’occasion d’une donation d’artiste pour bâtir un projet culturel et touristique qui redonne vie au centre-bourg. Et a créé trois emplois.

Vicq-sur-Breuilh est un village limousin de 1.350 habitants à l’habitat très dispersé. Le centre-bourg accueille 250 habitants et la commune compte plus de soixante-dix hameaux. Le presbytère se trouve au centre du village et la population y tient beaucoup. Sur le plan architectural, le bâtiment ne manque pas d’intérêt. "Mais des éléments de charpente étaient très abîmés, raconte Christine de Neuville, maire de la commune. Il était inutilisé depuis longtemps et menaçait de s’écrouler un jour prochain. Il n’est pas classé, nous ne pouvions donc pas obtenir d’aide de l’État pour le conserver. La seule solution était d’imaginer un projet suffisamment intéressant et ambitieux pour trouver les financements qui permettent de réhabiliter ce bâti."

Belle histoire d’une artiste naïve

"Le hasard a bien fait les choses, poursuit-elle. En 2008 un habitant galeriste professionnel, Hubert de Blomac, est venu me raconter une belle histoire. Celle d’un hobereau local, Henri de La Celle, qui, au début du XXe siècle collectionne et reçoit des artistes non loin de là, à Château Elyas sur la commune mitoyenne de Saint-Priest-Ligoure. Il accueille, entre autres, Niki de Saint-Phalle, Tinguely, Calder.... Dans son propre village il découvre Cécile Sabourdy, une femme peintre gentiment timbrée, dont l’œuvre naïve présente un grand intérêt. Il décide donc de les conserver. Vingt-cinq ans après la mort du collectionneur, sa famille propose cette collection au musée d’Art naïf de Nice. C’est alors que cet habitant de la commune, Hubert de Blomac m’explique que Cécile Sabourdy est une artiste importante et qu’en plus ses tableaux racontent la région. Il faut donc que son œuvre reste en Limousin ! Je me suis dit que nous avions peut-être là le projet d’envergure qui permettrait de restaurer le presbytère : la création d’un espace d’Art naïf, d’Art brut et de pratiques singulières, un lieu qui n’existait pas dans notre région".

Rassembler des partenaires publics et privés

L’accord de la famille étant acquis, un cabinet d’études se met au travail. Par chance, la Drac trouve l’idée intéressante, ainsi que la préfète de région, sensible à ces thématiques. Pendant deux ans, la maire de Vicq-sur-Breuilh dépense beaucoup d’énergie en contacts et réunions diverses pour faire avancer le projet auprès du département de la Haute-Vienne, de la région Limousin. Elle crée un Club des amis du presbytère et un fonds de dotation alimenté par des particuliers. Plusieurs entreprises décident de s’investir dans le projet, soit par dons défiscalisés, soit par mécénat de compétence : Engie, par le biais de sa fondation pour les jardins, Eiffage qui prend en charge le lot “démolition intérieures”, les Scop du Limousin, des TPE, le Crédit agricole et sa fondation “Pays de France”. La maire de Vicq-sur-Breuilh, par ailleurs très impliquée dans la filière bois par la certification forestière PEFC, convainc plusieurs scieries de soutenir la restauration du bâtiment.

Deux ans de travaux pour 1,4 million d'euros

 L’État, au travers de trois ans de dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) et d’une aide de la Drac, apporte 450.000 euros ; la région et le département 120.000 euros chacun ; le programme européen Leader 100.000 euros ; la commune 300.000 euros ; le reste, soit 310.000 euros est apporté par des entreprises et des dons, le tout pour un total de 1,4 million d’euros.
Les travaux commencent en 2012 ; l’équipement est inauguré en juin 2014. Le presbytère, agrandi sur une partie de la grange attenante, présente une surface d’exposition de 600 m2. 100 m2 supplémentaires abritent une médiathèque et l’agence postale. Un bureau et les réserves du musée sont installés dans un autre bâtiment communal. Dans le jardin du presbytère entouré de murs, les mécènes ont permis l’installation d’un jardin de curé, d’un autre de simples et d’un potager avec une salle pédagogique qui accueille les classes en visite.

Le musée abrite l’agence postale et anime le village

La maire de Vicq-sur-Breuilh s’est associée avec Bernard Deloménie, le maire de la commune voisine de Saint-Priest-Ligoure dont Cécile Sabourdy est originaire, pour créer un établissement public de coopération culturelle (EPCC). Le fonctionnement de la structure coûte environ 180.000 euros par an qui financent un poste de directeur à temps plein, un adjoint au directeur à 70 % et un médiateur et des contractuels. L’agence postale se charge de l’accueil du public, ce qui a l’immense avantage de faire entrer la population du village dans son musée. Les abords et les jardins sont entretenus par la jardinière et les agents de la commune. La moitié du coût de fonctionnement est financé par la Drac et la région, le reste par les ressources propres : tickets d’entrée, boutique-médiathèque et mécénat (entreprise et particuliers). La commune prend en charge les frais concernant le bâtiment. Grâce à une politique d’animation et d’expositions très dynamique, 10.000 personnes, habitants et touristes de passage, visitent le musée chaque année, ainsi que 2.500 enfants d’écoles du Limousin.

10.000 visiteurs par an

L’A20 traverse le territoire de Vicq-sur-Breuilh et l’édile est très satisfaite d’avoir récemment obtenu la pose de deux panneaux d’information sur l’autoroute. Fière surtout de n’avoir pas faibli dans sa détermination à mener le projet jusqu’à son terme, car la vie du village s’en est trouvée grandement améliorée. Le dynamisme apporté par le musée a permis la création d’une Scic à l’initiative de la commune, qui abrite un bar-épicerie-presse spécialisée dans les beaux-arts. Cet établissement, ouvert l’après-midi et le week-end, complète le restaurant créé en 2008, qui est ouvert à midi en semaine et la boulangerie réouverte en 2003. Une demande de qualification "Musée de France" est en cours.

Commune de Vicq-sur-Breuilh

Nombre d'habitants :

1350
Le Bourg
87260 Vicq-sur-Breuilh
mairie.vicq@wanadoo.fr

Christine de Neuville

Maire
Haut de page