Violences en institutions : les Ehpad ne sont pas épargnés

L'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) publie son rapport 2020. Depuis sa création en 2005 – après le meurtre atroce d'une infirmière et d'une aide-soignante à l'hôpital psychiatrique de Pau – cet organisme recueille, sur la base du volontariat et à travers une plateforme dédiée, les signalements de faits de violence (dont les incivilités) commis en milieu de santé contre les personnes et contre les biens. Dans une approche de prévention, l'ONVS élabore également et diffuse des outils et des bonnes pratiques, et encourage la coordination des acteurs de terrain. Son champ est donc différent de celui de la maltraitance.

Les données présentées dans le rapport 2020 concernent l'année 2019 et reflètent par conséquent l'activité courante des établissements, avant la crise sanitaire. Elles couvrent les atteintes aux personnes (avec quatre niveaux de gravité) et les atteintes aux biens (trois niveaux). Au cours de l'année 2019, l'ONVS a ainsi recensé 23.780 signalements correspondant à 21.334 atteintes aux personnes et 4.826 atteintes aux biens.

Les Ehpad sont loin d'être épargnés par ce phénomène des violences. Les structures les plus touchées sont en effet la psychiatrie (18% des violences recensées), les urgences (16%), juste devant les Ehpad et USLD (unités de soins de longue durée) avec 13%. C'est donc nettement plus que les unités de soins (9%), la médecine (8%) ou la chirurgie (4%). D'autres structures médicosociales affichent en revanche des taux inférieurs à 1%, comme les Ssiad ou les établissements pour personnes polyhandicapées. Même si cette répartition en valeurs brutes présente un biais – toutes les catégories de structures n'ayant pas les même effectifs et donc potentiellement le même nombre de victimes –, elle montre néanmoins l'existence d'un problème spécifique aux Ehpad. La part de ces derniers dans les signalements tend même à s'accroître, puisqu'elle était encore de 9% du total en 2013-2014 et de 11% entre 2016 et 2018.

Dans les Ehpad/USLD, 91% des faits signalés concernent des atteintes aux personnes – l'une des trois plus fortes proportions parmi la quarantaine de lieux recensés – contre seulement 9% pour les atteintes aux biens. Les Ehpad/USLD présentent également une autre particularité : 48% des atteintes signalées dans ces structures sont liées à un TPN (trouble psychique ou neuropsychique), soit une proportion supérieure à celle observée pour les signalements en psychiatrie (37%).

Tous lieux confondus, les atteintes aux personnes les plus fréquentes sont les injures, insultes et provocations sans menace (34%), les violences volontaires (27%), les chahuts et occupations de locaux (17%) et les menaces physiques (10%). En termes de victimes (34.922 personnes recensées), les plus touchés sont les personnels de santé (82%) – répartis en 47% d'infirmiers, 45% d'aides-soignants et autres personnels soignants et 8% de médecins) –, les patients (11%), les agents de sécurité (4%), les visiteurs (1%) et les "autres" (2%).

 

Pour aller plus loin

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle