Transports - Accord entre l'Etat et la région Occitanie pour deux lignes de trains Intercités

Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des transports, et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, ont annoncé ce 14 décembre un accord pour la reprise par la région de la ligne Intercités du Cévenol (Clermont-Ferrand - Nîmes) et de la gestion commune à titre expérimental pour une durée de 2 ans de celle de l'Aubrac (Clermont-Ferrand - Béziers). Il sera examiné le 3 février prochain en séance plénière du conseil régional.
Ce nouvel accord s'inscrit dans la démarche engagée par le gouvernement avec l'ensemble des régions, comme prévu par la "feuille de route pour un nouvel avenir des trains d'équilibre du territoire (TET)" ou Intercités, présentée en juillet dernier. Il fait suite à quatre accords conclus récemment avec les régions Normandie, Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Hauts-de-France.

Trois rames neuves pour le Cévenol

La région Occitanie deviendra autorité organisatrice de la ligne du Cévenol à compter du 1er janvier 2018. Dans le cadre de cet accord, l'Etat s'engage à accompagner la région en finançant le renouvellement complet du matériel roulant de cette ligne, avec l'acquisition de trois rames Alstom Coradia Liner neuves pour un montant d'environ 30 millions d'euros. L'Etat versera également une contribution de fonctionnement à la région. Par ailleurs, "cas unique en France", ont souligné l'Etat et la région dans un communiqué commun, tous deux s'engagent à renforcer les investissements dans le cadre du contrat de plan Etat-région pour la pérennisation des infrastructures de cette ligne, à hauteur de 43 millions d'euros au total, avec l'appui de SNCF Réseau.
L'Etat et la région s'engagent en outre à gérer en commun la ligne de l'Aubrac (Clermont-Ferrand - Béziers) à titre expérimental à compter du 1er janvier 2017 pour une durée de deux ans. Le déficit de cette ligne sera financé durant cette période à parité. "Au terme des deux ans, l'Etat décidera de la suite à donner à cette expérimentation", précise le communiqué.
"Je salue aujourd'hui cet accord, qui va donner à la région Occitanie un rôle déterminant pour organiser et améliorer l'ensemble des services ferroviaires desservant son territoire, a déclaré Alain Vidalies. Les discussions se poursuivent avec d'autres régions pour parvenir à des accords de ce type dans les prochains jours."

"Définir un projet de territoire" pour l'Aubrac

Carole Delga, qui avait manifesté en juillet ses craintes à l'égard d'un transfert de gouvernance de la part de l'Etat, notamment en termes d'aménagement du territoire (lire ci-contre notre article du 25 juillet 2016), a fini par se laisser convaincre. "Alors que nous avons mené et présentons aujourd'hui les résultats d'une concertation unique en France sur la mobilité, les Etats généraux du rail et de l'intermodalité, nous faisons ici la preuve avec ces annonces que le ferroviaire est pour notre région une priorité", a-t-elle souligné. "Le Cévenol comme l'Aubrac, qui traversent des territoires ruraux voire hyper-ruraux d'Occitanie, ont une véritable utilité publique pour nos concitoyens, a-t-elle poursuivi. Aussi, par cet accord, nous allons redonner de l'allant au Cévenol avec du matériel neuf et l'objectif de rétablir une liaison à la fois vers Paris et vers Marseille. Quant à l'Aubrac, ces deux ans d'expérimentation doivent être mis à profit pour définir un véritable projet de territoire dans lequel chacun devra prendre sa part."

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle