Santé / Environnement - Alerte à l'ambroisie dans le Sud-Est

L'Agence régionale de santé (ARS) Paca a mis en garde le 27 juillet contre les risques liés à l'ambroisie. Cette plante invasive émet en effet un pollen qui peut provoquer chez les sujets sensibles "des rhinites survenant en août-septembre, conjonctivites, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux, et parfois urticaire ou eczéma", précise l'ARS. L'allergie à l'ambroisie peut également entraîner l'apparition d'asthme ou aggraver un asthme préexistant. Alors que les allergies aux pollens d'arbres et de graminées frappent au printemps et au début de l'été, celle provoquée par l'ambroisie sévit entre août et octobre.
"Il est encore possible d'éliminer l'ambroisie (...) avant le démarrage de sa floraison à la fin juillet", explique l'ARS, qui souligne que, "pour éviter la production de pollen et limiter la reproduction et l'expansion de la plante, les plants d'ambroisie doivent être systématiquement détruits". Une destruction qui peut se faire par arrachage - avec des gants -, tontes ou fauchages répétés.
La région Rhône-Alpes, et en particulier le département de la Drôme, constitue la zone de l'Hexagone la plus infestée par l'ambroisie, mais "la région Paca devient par sa proximité un terrain privilégié de développement de la plante", indique l'ARS. En Paca, le Vaucluse est le département le plus touché, mais des zones des Hautes-Alpes se situant "le long des axes de circulation venant de la Drôme" et quelques sites des Bouches-du-Rhône sont également concernés.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle