Chantiers forestiers mutualisés pour petites parcelles, exemple du PNR du Gâtinais français (91)

Dans un contexte de fort mitage de la propriété forestière, le regroupement stimule la gestion des petites parcelles en réduisant les coûts individuels.

L’organisation d’un chantier de coupe forestière peut coûter plus cher qu’il ne rapporte, surtout lorsque le volume de bois à extraire s’avère limité. Voilà pourquoi le parc naturel régional (PNR) du Gâtinais français a soutenu en 2018 une opération pilote qui a réuni quatre propriétaires autour d’un chantier mutualisé d’éclaircies de pins sylvestres sur la commune du Vaudoué (77). 

Enjeu paysager

Le chantier s’est déroulé en mars 2018 sur une surface de 11,5 hectares pour un volume de bois prélevé de 406 m³ environ (400 arbres au total), valorisé ensuite dans la filière papetière. "Le territoire du parc compte 18.000 hectares de forêt privée. La surface moyenne par propriétaire est de 1 hectare avec des propriétés allant de quelques ares à plus de 200 hectares, explique le chargé de mission Forêt et Natura 2000 au PNR du Gâtinais français, Nicolas Folliot. L’émiettement du parcellaire est donc très important. Dans le cadre de sa charte forestière, le parc a placé au cœur de ses actions la valorisation des petites unités au moyen du regroupement parcellaire et de chantiers partagés. Pour la plupart des propriétaires, la coupe de bois revêt un enjeu paysager marqué. Il s’agit par exemple de faire rentrer la lumière dans les parcelles en évitant les coupes rases, tout en limitant le coût d’exploitation."

De la formation à l’accompagnement du chantier 

En amont du chantier, les quatre propriétaires ont suivi à plusieurs reprises des réunions forestières, co-animées, pour la plupart, avec le centre régional de la propriété forestière : "Cela a permis de préciser nos objectifs de coupe, le paysage pour l’un, la sauvegarde de la biodiversité pour l’autre, d’acquérir des repères pour reconnaître les essences présentes sur nos parcelles, de savoir évaluer le volume des arbres, de découvrir la filière du bois en France", rapporte l’un des propriétaires. 
Le collectif de propriétaires a ensuite dû organiser lui-même le chantier. "Le PNR a apporté son soutien pour obtenir l’autorisation de coupe, étant donné que le chantier s’inscrivait notamment dans un périmètre Natura 2000. Il a ainsi réalisé l’évaluation d’incidence sur les habitats en concertation avec la structure animatrice du site", poursuit le chargé de mission Forêt et Natura 2000. Le PNR a par ailleurs travaillé avec le maire du Vaudoué pour faciliter l’évacuation des bois, en définissant avec ce dernier l’itinéraire-type générant le moins de nuisances. 

Regroupements de plusieurs hectares contigus pour que l’opération d’éclaircie soit rentable 

Que retenir de ce chantier ? Le chargé de mission Forêt et Natura 2000 conseille de "se rendre disponible pour les propriétaires bien en amont, au-delà des réunions de formation, afin de répondre à leurs questions techniques, de favoriser la concertation en cas de zonage de protection, et de cibler des ensembles de plusieurs hectares rapprochés pour que le regroupement soit viable". Il ajoute par ailleurs que les équipes dédiées à la forêt doivent assurer une "continuité de l’animation dans le temps afin d’installer un climat de confiance avec les propriétaires".

En 2019, le PNR consacre 1,25 équivalent temps plein à la forêt, réparti pour moitié entre l’accompagnement des propriétaires et la valorisation du bois. Il a créé en 2012 la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) Gâtinais Bois énergie avec des propriétaires, transformateurs et clients en bois déchiqueté et ambitionne de mettre en place une filière locale de bois d’œuvre.

Parc naturel régional du Gâtinais français

Nombre d'habitants :

369062

Nombre de communes :

69
Maison du Parc, 20 boulevard Lyautey
91490 Milly-la-Forêt
accueil@parc-gatinais-francais.fr
Haut de page