Contre le chômage, Castillon-la-Bataille prête pour la second vague d’expérimentation TZCLD (33)

Soutenue par le département et la région, la commune de Castillon-la-Bataille est en première ligne pour intégrer la seconde vague d'expérimentation. Ici, le chômage touche plus d'un quart de la population active et plus d'un habitant sur quatre est allocataire du RSA. La mobilisation monte en puissance depuis le début 2019.

Déjà candidate en 2016 pour la première expérimentation Territoires zéro chômeur longue durée (TZCLD), mais ne faisant pas partie des dix territoires retenus alors, Castillon-la-Bataille (3.160 habitants) se prépare depuis au lancement de la seconde vague d’expérimentation. Une nouvelle loi devrait être adoptée en 2020, après les municipales. Comme le répète le maire de Castillon-la-Bataille, Jacques Breillat, "nous n'attendons plus que ça, nous sommes prêts". La ville a commencé à dérouler tout le travail préalable.

Coordinateur à temps plein, comité local pour l’emploi, préfiguration EBE

"Il nous fallait une gouvernance et une ingénierie pour conduire le projet dans la durée", observe le maire. Dès janvier 2017 la commune a créé un poste de chargé de projet spécifiquement dédié à la coordination pour l’entrée dans l’expérimentation (TZCLD). Grâce aux soutiens financiers des conseils départemental et régional, il a été prolongé jusqu’à 2020. Côté gouvernance, le comité local pour l'emploi (CLE) est en place depuis 2017. Outre les représentants de la municipalité, il réunit les autres acteurs clés du projet : partenaires institutionnels (département, région, État, communauté de communes), les acteurs de l’emploi, les associations, acteurs de l’ESS, consulaires, syndicats, habitants, dont les Castillonnais volontaires privés durablement d'emploi.
C'est ce comité qui sera chargé de vérifier que les activités envisagées par la future entreprise à but d'emploi (EBE) n'entreront pas en concurrence avec des entreprises et artisans locaux. "Les membres du CLE sont présents à toutes nos réunions", souligne la chargée de mission pour la coordination TZCLD . "Pour préfigurer la future EBE, une association "Casti'lab" a été créée. Elle est présidée par le directeur de la régie de territoire du libournais  LibRT

Repérage des emplois

L'appui du conseil départemental a permis de renforcer la démarche en aidant à l'organisation entre la fin 2018 et 2019 d'un cycle de cinq rencontres. Les trois premières chacune avec un public cible : avec les acteurs sociaux (PLIE, Pôle emploi, le département et Mission locale), puis avec les personnes privées durablement d'emploi, avec les acteurs économiques et associatifs. La quatrième a réuni l'ensemble des participants pour "croiser tous ces regards". Une dernière réunion, en juillet 2019 a permis de poser les jalons pour mettre en place des groupes thématiques. 
Par ailleurs entre avril et juin 2019, une étude financée par la Direccte a été menée par l'Afpa auprès des habitants et des acteurs économiques afin d’identifier les besoins non couverts sur le territoire. Plus de 200 entreprises et associations du bassin de vie (sur 274), et plus de 160 habitants ont répondu aux questionnaires en ligne ou papier. Les pistes ainsi identifiées portent sur des services aux entreprises (entretien courant, communication, administratif), les services à la personne (petits travaux, soutien à la vie quotidienne, loisirs), la mobilité (livraison, accompagnement à des rendez-vous), l’environnement (compostage, recyclage) et la formation locale.

Entretenir la dynamique en mobilisant les futurs volontaires 

En mai 2019, Pôle emploi et d’autres structures à vocation sociale ont proposé une liste de Castillonais "privés durablement d'emploi" (chômeurs longue durée). Un groupe de 28 d’entre eux se sont déclarés volontaires pour participer à l’expérimentation. La chargée de coordination du projet TZCLD travaille en lien direct et régulier avec eux "pour imaginer ensemble et très concrètement les nouvelles activités qui pourraient être lancées sur Castillon-la-Bataille dans le cadre de l’expérimentation", souligne la coordinatrice. Par ailleurs, les volontaires participent à des activités pour faire connaître le projet à la population, par exemple via une permanence sur le marché ou l’événement annuel symbolique dit "la grève du chômage". 
Depuis le début de l'année 2019, une newsletter mensuelle "La Bataille pour l’emploi" partage les informations sur l'avancée du projet TZCLD. En décembre 2019, chacun des partenaires confirme son engagement dans le projet. Une façon de souder un peu plus les protagonistes dans ce qui s'annonce comme la dernière ligne droite. 

Haut de page