Localtis

Coronavirus : fermetures en cascade des aéroports régionaux

Pour contrer la propagation du Covid-19, la plupart des aéroports régionaux sont aujourd'hui fermés ou presque à l'arrêt, n'accueillant que de très rares vols commerciaux. Certains restent cependant ouverts aux vols sanitaires.

Dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, la plupart des aéroports régionaux ont déjà fermé ou sont sur le point de le faire. La préfecture de l'Oise a annoncé dans un tweet ce 25 mars la fermeture de celui de Beauvais "jusqu'à nouvel ordre" à compter de ce jeudi. Le trafic de cet aéroport, qui dessert une soixantaine de destinations, avait été fortement réduit ces derniers jours, la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair ayant déjà annoncé le maintien au sol de tous ses avions. Mercredi, seuls sept vols ont décollé, selon le site officiel de l'aéroport. Cette annonce est intervenue alors que la direction du groupe ADP a annoncé que l'aéroport d'Orly serait temporairement fermé au trafic commercial à compter du 31 mars en raison de l'effondrement "majeur et brutal" du trafic à la suite des restrictions de circulation liées au coronavirus.

Vols commerciaux suspendus

En début de semaine, le syndicat mixte d'Aéroport de Biarritz-Pays Basque a aussi décidé de le fermer à l'activité commerciale "jusqu'à nouvel ordre" tout en le maintenant ouvert à la circulation aérienne publique pour toute opération d’urgence ainsi que les vols privés". Celui de Pau Pyrénées vient également de fermer. Le trafic des vols commerciaux est aussi suspendu depuis le 23 mars à l'aéroport de Lille. Idem à l'aéroport régional de Lorraine (Metz-Nancy), qui reste uniquement ouvert pour accueillir des vols sanitaires et militaires. L'aéroport La Rochelle-Île de Ré n'est pas fermé mais ne prévoit aucun vol commercial pendant la période de confinement. Idem à l'aéroport de Tours Val de Loire. L'aéroport de Deauville-Normandie est aussi fermé "jusqu'à nouvel ordre".
L'aéroport Nantes Atlantique est également quasiment à l'arrêt, avec seulement deux vols programmés ce 26 mars, pour Paris Charles-de-Gaulle et Madrid. Même situation à l'aéroport de Brest-Bretagne.
D'autres aéroports restent ouverts mais avec une activité sensiblement réduite. Lyon-Saint-Exupéry a gardé un seul terminal ouvert, tout comme Marseille. Toulouse Blagnac concentre tous les enregistrements et les embarquements dans un seul hall.
Quant à l'aéroport de Nice Côte d'Azur, troisième aéroport français en termes de trafic passagers, il a affirmé dans un tweet dès le 18 mars qu'il restera "ouvert à tous les vols, sanitaires, déroutés, etc. même en l’absence de vols commerciaux programmés", se disant prêt à "s’organiser, en effectifs réduits, pour maintenir, coûte que coûte, la continuité de service public".

Haut de page