Energie - De nouveaux tarifs d'achat pour le biogaz issu de la méthanisation des déchets

Le gouvernement a annoncé le 18 octobre de nouveaux tarifs d'achat pour le biogaz issu de la méthanisation des déchets organiques domestiques, agricoles ou industriels. Cette énergie renouvelable peut servir à produire de la chaleur, de l'électricité ou des biocarburants. "En fonction de la taille de l'installation, du type d'unité de production et de la nature des déchets valorisés, les producteurs de biométhane bénéficieront d'un tarif d'achat compris entre 45 et 125 euros par mégawattheure", a indiqué le ministère de l'Energie dans un communiqué. "Grâce à ce nouveau dispositif réglementaire, les producteurs de biométhane pourront désormais injecter leur production de gaz à partir de déchets dans les réseaux de gaz naturel", s'est félicité le ministre de l'Energie, Eric Besson. Il vise "un développement de la valorisation des déchets sous forme de gaz injecté dans le réseau à hauteur environ du tiers de la production annuelle actuelle de gaz naturel en France", "soit un objectif de 270 millions de mètres cubes par an en 2020". "L'ensemble des textes réglementaires mettant en place ce mécanisme seront publiés dans la semaine par le gouvernement", a précisé le ministère.
Ce nouveau dispositif de soutien vient s'ajouter à d'autres mesures prises cette année visant à développer le biogaz en France, notamment une hausse d'environ 20% du tarif d'achat de l'électricité produite par ce biais. Le fonds Chaleur géré par l'Ademe encourage aussi la production de chaleur à partir de déchets.
A l'horizon 2020, le dispositif d'injection doit coûter 200 millions d'euros par an et celui concernant l'électricité 300 millions, selon les projections de Bercy. Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, la France s'est fixé un objectif de multiplier par quatre d'ici 2020 sa production d'électricité par biogaz (équivalente aujourd'hui à la consommation de 200.000 foyers) et par sept sa production de chaleur. La première injection de biogaz dans le réseau en France a été faite par la communauté urbaine de Lille en juillet. Selon GrDF, 160 demandes d'injection de biogaz dans le réseau ont été déposées en 2010 par des collectivités et des exploitations agricoles.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle