Localtis
Jean-Noël Escudié / P2C

Tourisme - Edouard Philippe compte sur l'investissement et l'ingénierie pour accélérer la relance du tourisme

Tourisme, culture, loisirs

Développement économique

Après FIT (France investissement tourisme), fonds de capital-développement créé en 2015, voici "FTI" : France Tourisme Ingénierie. Ce "front office 'ingénierie'" est destiné à appuyer les montages de projets touristiques, en lien avec les régions. Porté par Atout France, il associera la Caisse des Dépôts et la future Agence nationale des territoires. Sa création est l'une des annonces formulées le 19 janvier dans le cadre du conseil interministériel du tourisme.

Comme annoncé, le comité interministériel du tourisme a tenu une nouvelle réunion le 19 janvier. Depuis la Savoie, où il effectuait un déplacement consacré à plusieurs thématiques, le Premier ministre a fait un point sur l'avancement de la "feuille de route" (voir nos articles ci-dessous du 27 juillet et du 23 novembre 2017) et procédé à plusieurs annonces. Les annonces confirment l'engagement du gouvernement sur un dossier désormais classé parmi les toutes premières priorités pour le soutien à la croissance française.

La trilogie accueil, promotion et investissement

Ces annonces s'inscrivent dans le cadre d'"une stratégie globale pour faire fructifier le potentiel touristique de la France et de ses territoires". En clair, il s'agit de tirer profit de la hausse continue du tourisme mondial, alors même que la position relative de la France a plutôt reculé ces dernières années, malgré le très net sursaut observé en 2017 après les deux années de crise post-attentats (voir notre article ci-dessous du 3 novembre 2017). Pour cela, il s'agit de mobiliser tous les leviers possibles, y compris... la gastronomie, érigée au rang de "facteur majeur d'attractivité de la France".
L'objectif reste le même : d'une part, atteindre les 100 millions de touristes à l'horizon 2020 (même si les chiffres continuent de ne pas faire la part entre tourisme de séjour - et donc de dépenses - et simple tourisme de transit vers les pays de sud de l'Europe) ; d'autre part et surtout, faire passer les recettes touristiques internationales des 40 milliards d'euros actuels à 50 milliards d'euros. Pour y parvenir, Edouard Philippe compte sur la trilogie déjà évoquée dans la feuille de route : l'accueil, la promotion et l'investissement.

Accueil : des mesures déjà bien engagées... sauf sur la propreté

Sur l'accueil, le Premier ministre a confirmé plusieurs mesures en cours ou en projet : amélioration des délais de délivrance des visas (avec pour premiers résultats +60% de visas délivrés en Russie et +36% en Inde), réduction du temps d'attente dans les aéroports (135 adjoints de sécurité viendront s'ajouter aux 200 policiers supplémentaires déjà affectés dans les aéroports parisiens), amélioration des infrastructures de transport (sur ce point, les annonces restent très générales) et... propreté des voies à grande circulation reliant les aéroports parisiens à la capitale. Sur ce dernier point, l'Etat a débloqué une enveloppe de quatre millions d'euros pour mettre en place un "dispositif pérenne de nettoyage des autoroutes A6, A3 et A1 entre les aéroports franciliens et la capitale". Mais la montée en charge de ce dispositif s'effectuera seulement "à la fin d'année 2018".
Si le Premier ministre n'a pas cité la question de la sécurité des visiteurs, qui préoccupe pourtant tout particulièrement les touristes chinois, le dossier de presse de la réunion évoque néanmoins "la mobilisation continue du ministère de l'Intérieur pour la sécurité des touristes". Il rappelle notamment la mise en place du conseil départemental "tourisme et sécurité", aujourd'hui installé dans 72 départements, l'élaboration d'une cartographie des sites sensibles (63 départements couverts, 23 autres en cours d'instruction) et le lancement, à l'été 2017, du label "sécuri-site", déjà attribué à 559 sites et en cours d'instruction dans 148 autres.

Promotion : une implication plus forte des collectivités dans Atout France

Sur la promotion, Edouard Philippe a annoncé une transformation en profondeur d'Atout France, en s'inspirant des conclusions du rapport de Christian Mantéi (le directeur général d'Atout France), Jacques Barre et Germain Lelarge. L'organisme va "intervenir désormais de manière croissante sur le développement de l'offre touristique, par une offre d'ingénierie à disposition des porteurs de projets". Pour cela, la gouvernance d'Atout France va évoluer d'ici l'été, avec "une implication plus forte des exécutifs territoriaux, notamment régionaux, et celle des acteurs publics et privés qui portent l'investissement, l'innovation ou la création".
Comme en matière de sponsoring sportif, il est prévu la création d'un "comité des partenaires" (avec un seuil contributif de 500.000 euros), afin d'"assurer la cohérence des différentes campagnes de promotion et faire profiter l'opérateur de l'expérience des entreprises privées". L'objectif affiché est d'arriver à l'équation "un euro de promotion internationale par touriste accueilli en 2022", soit une enveloppe proche de cent millions d'euros. Dès 2018, le budget d'Atout France devrait augmenter de quinze millions d'euros.

15 milliards d'euros d'investissement en 2022

Côté investissement, la Caisse des Dépôts va accroître encore son engagement en faveur des infrastructures touristiques (voir encadré ci-dessous), avec un effort particulier sur la rénovation et le traitement des "lits froids" (ne servant que quelques jours par an) dans les stations touristiques. Plus largement, l'objectif est d'aboutir à un total annuel de quinze milliards d'euros d'investissements pour le tourisme en 2022, contre 12,5 milliards aujourd'hui.
Mais la mise en place d'une nouvelle politique de l'offre en matière de tourisme passera aussi par deux autres piliers. Le premier est le renforcement des capacités d'ingénierie, en s'appuyant sur les préconisations du rapport de Serge Trigano, Philippe Augier et Eric Lombard, remis à l'occasion du comité. Il est ainsi prévu la création d'un "Front office 'ingénierie'", dénommé France Tourisme Ingénierie (FTI).

France Tourisme Ingénierie associera la Caisse des Dépôts et la future Agence nationale des territoires

Porté par Atout France, France Tourisme Ingénierie associera la Caisse des Dépôts et la future Agence nationale des territoires. Sa mission sera d'accompagner les territoires et les porteurs de projets privés. En liaison avec les régions, "il sera un accélérateur d'investissement et d'innovation intégré aux territoires". France Tourisme Ingénierie pilotera notamment l'accompagnement de territoires en phase d'expérimentation dans deux domaines (adaptation de l'offre hôtelière et développement touristique de stations de taille modeste) et celui de dix "projets structurants" pour l'offre touristique des territoires (liste non publiée "pour assurer le respect du secret des affaires").
Pour accompagner ces évolutions, les contrats de destination arrivant aujourd'hui à échéance seront prolongés par avenant pour une durée de trois ans. Par ailleurs, tous les contrats devront désormais comporter un un volet investissements.

Une concertation sur le classement kafkaïen des offices de tourisme

Le second pilier réside dans la simplification. Sur ce point, une concertation devrait s'engager avec les collectivités, notamment sur le classement kafkaïen des offices de tourisme (voir notre article ci-dessous du 17 janvier 2018).
Enfin, sur la gastronomie, élevée par le Premier ministre au rang d'"affaire d'Etat", il s'agit notamment de labelliser les meilleures initiatives françaises, sur le modèle de la "French Tech", et de développer un ensemble d'actions de promotion autour de l'art de vivre à la française : quatrième édition de l'opération "Good France - Goût de France" en mars 2018, opération "Davos de la gastronomie" (à Paris) en juin et Fête de la gastronomie - rebaptisée "Goût de France" - en septembre. En 2019, ces trois opérations seront rassemblées sous une bannière unique "Good France - Goût de France" et se dérouleront au printemps à des dates voisines.

La Caisse des Dépôts renforce son engagement dans le tourisme

Pour accompagner la relance de l'investissement touristique, la Caisse des Dépôts va porter de 400 à 500 millions d'euros son enveloppe de fonds propres destinés au financement de projets touristiques structurants sur les cinq prochaines années. Par effet de levier auprès des autres acteurs publics et privés, cette enveloppe de 500 millions d'euros de fonds propres devrait générer environ 3,5 milliards d'euros d'investissements touristiques. Les fonds de cette enveloppe seront fléchés vers quatre segments clés du tourisme : l'hébergement (villages de vacances, hôtellerie, auberges de jeunesse, résidences de tourisme...), les équipements de loisirs, sport et culture (parcs à thème, ports de plaisance, thermalisme, équipements sportifs...), le tourisme d'affaires (congrès, parcs des expositions...) et les services innovants comme les plateformes numériques. La Caisse des Dépôts va également nouer avec la Banque européen d'investissement (BEI) un partenariat dédié au tourisme, afin d'intervenir en co-investissement. Enfin, une enveloppe de cinq millions d'euros sera affectée au financement de dépenses d'ingénierie sur le traitement des "lits froids".
Du côté des PME du secteur touristique, la Caisse des Dépôts et Bpifrance vont "muscler" le dispositif des "prêts hôtellerie" dédiés à la rénovation des établissements. Le plafond des prêts accordés va ainsi passer de 400.000 euros à un million d'euros.
Enfin, les PME touristiques innovantes bénéficieront d'un soutien renforcé via France Investissement Tourisme (FIT), le fonds de capital développement de Bpifrance. Il sera doublé pour être porté à 200 millions d'euros, l'enveloppe initiale ayant déjà été "presque totalement investie". Un "accélérateur" dédié à 30 PME du tourisme à fort potentiel de croissance, devrait également être mis sur pied en 2018, pour proposer à ces entreprises un accompagnement sur mesure durant deux ans.
Pour rappel, la plateforme d'investissement France développement tourisme (FDT) lancée en octobre 2015 (voir notre article ci-dessous du 9 octobre 2015) a été conçue comme une fusée à trois étages : la foncière vouée au financement de projets de construction et de rénovation lourde d'hôtels et de résidences de tourisme ; une enveloppe d'intervention venant de fonds propres de la Caisse des Dépôts ; le fonds de capital-développement France investissement tourisme (FIT) créé par BPIfrance.

Haut de page