Emplois "verts" : la maison de l'emploi et de la formation de la région mulhousienne défriche le potentiel du marché "basse consommation"

Environnement

Energie

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Sur la base d'une étude mettant en valeur les besoins de main-d'œuvre liés au développement du marché de la construction/réhabilitation basse consommation, la maison de l'emploi du pays de la région mulhousienne (Haut-Rhin) a commencé à former des demandeurs d'emploi sur cette nouvelle niche des emplois "verts". Les treize premiers bénéficiaires ont tous retrouvé un travail.

Si la construction ou la réhabilitation basse consommation énergétique n'est pas encore en France au même stade de développement que des pays voisins comme la Suisse ou l'Allemagne, les perspectives, liées notamment au Grenelle de l'environnement, conduisent à anticiper un marché émergent. La maison de l'emploi et de la formation du pays de la région mulhousienne (MEF) a cherché à définir plus précisément les contours de ce marché sur les trente-huit communes (260.000 habitants) qu'elle recouvre.
Une étude (menée avec l'Agence locale de maîtrise de l'énergie de Mulhouse et le Centre d'études techniques de l'Equipement de l'Est) a d'abord évalué le marché potentiel de la rénovation d'habitations principales en basse consommation. Ce marché a ensuite été converti en besoins de main-d'œuvre, dans chacun des corps de métier concernés (grâce à l'aide de la FFB Alsace). Il en résulte que ces travaux procureraient du travail pendant dix ans à 1.150 personnes ou à 2400 personnes, suivant que l'on suit l'hypothèse basse ou haute. Les travaux d'isolation occupant, à eux seuls, près de la moitié de cette main-d'œuvre, l'électricité et le chauffage représentant chacun 18%. Cette étude confirme donc le potentiel lié au segment des emplois dits verts. "Un marché émergent avec de nouveaux emplois mais surtout des emplois déjà existants à transformer", précise Olivier Pihan, directeur adjoint de la maison de l'emploi et de la formation. "On s'aperçoit qu'il y aura surtout besoin de mixité entre un cœur de métier traditionnel et de nouvelles compétences. Le marché des emplois verts n'est malgré tout pas assez moteur pour justifier de se spécialiser sur ces seules nouvelles techniques. Mais, par exemple, si un chauffagiste n'y est pas formé, il ne pourra répondre aux besoins de ce nouveau marché." C'est pourquoi, plutôt que de spécialiser des demandeurs d'emploi débutants sur les nouvelles compétences liées aux économies d'énergie, la maison de l'emploi s'est attachée à requalifier des personnes qui avaient une première base. En commençant par des chauffagistes (toute cette étude et le projet qui en a découlé ayant été, à l'origine, réalisés en réaction à une alerte de Maurice Di Guisto, président de la corporation des chauffagistes du Haut-Rhin, auprès de la maison de l'emploi sur les problèmes de recrutement et de formation rencontrés de ces professionnels).

Des formations sur mesure en lien avec les entreprises locales

Pour treize demandeurs d'emploi ayant une première expérience ou qualification de chauffagiste, une formation sur mesure a été créée par l’Afpa (Mulhouse et Colmar) avec les entreprises de la corporation des chauffagistes. Cette action innovante impliquait le passage en plateforme pédagogique énergies renouvelables (comprenant des pompes à chaleur, une chaudière bois à granulés, une chaudière bois à bûches, un système solaire combiné…). "Ce chantier a été basé sur la réactualisation des savoirs traditionnels puis l'acquisition de nouvelles compétences tournées vers la basse consommation", précise Olivier Pihan. Tous ces chauffagistes chômeurs de longue durée, suivis par Pôle emploi, ont retrouvé un emploi à l’issue de la formation.
Le coût de la formation a été partagé entre le conseil régional Alsace et la MEF ; la Fondation Transdev ayant par ailleurs pris en charge les frais de transports et de repas des stagiaires entre Mulhouse et Colmar. "Nous avions ainsi réuni les conditions optimum pour que les stagiaires puissent se consacrer à leur apprentissage, sans obstacles annexes", souligne Olivier Pihan.
D’autres initiatives du même type ont été lancées pour la construction ossature bois et l’isolation thermique par l’extérieur. Plus largement, selon Dominique Huard, directeur de la MEF, tout ce travail a pour "intérêt de démontrer l’existence d’un marché potentiel aux professionnels et de les inciter à miser tant sur l’adaptation de leurs salariés que sur la formation des demandeurs d'emploi".

Emmanuelle Stroesser, Agence Traverse, pour la rubrique Expériences du site Mairie-Conseils
 

Contact(s)

Maison de l'emploi du pays de la région Mulhousienne

1 rue de Bretagne
68100 Mulhouse
03 89 54 40 01
03 89 44 32 27

Olivier Pihan

Directeur adjoint
o.pihan@mef-mulhouse.fr

Dominique Huard

Directeur
d.huard@mef-mulhouse.fr
Haut de page