Santé - En Cerdagne, le premier hôpital transfrontalier européen ouvre ses portes

Inauguré officiellement le 5 septembre, l'hôpital transfrontalier de Cerdagne a ouvert ses portes et accueilli ses premiers patients le 19 septembre. Implanté à Puigcerdà, une commune de Catalogne de 9.000 habitants, l'établissement se situe à 500 mètres de la frontière française, à l'extrême ouest des Pyrénées-Orientales.

Un équipement de haut niveau

L'hôpital flambant neuf dispose notamment de 64 lits, 4 blocs opératoires, 2 salles d'accouchement et 2 salles de travail, 26 salles de consultations, 10 places d'hôpital de jour, 14 postes d'hémodialyse... Il offre également un équipement de radiologie de haut niveau, avec en particulier une IRM et un scanner. Sans oublier un service d'urgence (Samu/SEM) doté de 18 box.
L'hôpital doit desservir les habitants du "plateau cerdan", situé à une altitude moyenne de plus de mille mètres et qui compte environ 33.000 habitants répartis sur 53 communes. Une population qui peut quadrupler durant la saison d'hiver en raison de la présence de treize stations de ski. Côté français, les communes les plus peuplées sont Bourg-Madame et Font-Romeu.
Comme le veut sa vocation, l'hôpital de Cerdagne est ouvert indifféremment aux habitants espagnols (avec leur carte catalane de sécurité sociale CatSalut) et français (avec la carte Vitale). Il dispose pour cela d'un personnel médical, soignant et administratif binational et, pour la plupart, bilingue. Outre la qualité de l'équipement, l'entrée en service de l'hôpital représente une amélioration considérable en termes de sécurité et d'accès aux soins. Jusqu'alors, les habitants de la partie française du plateau devaient en effet rejoindre les hôpitaux de Prades ou de Perpignan, ce qui peut représenter plus d'une heure et demie de trajet en hiver.

Un accouchement très laborieux

Si l'intérêt de l'hôpital transfrontalier n'est pas contestable, sa gestation a été pour le moins laborieuse. Le projet a en effet germé dans la seconde moitié des années 1990. Il a franchi une première étape importante avec le lancement d'une étude de faisabilité en 2003 et la signature, la même année, d'un accord entre la Generalitat de Catalogne et la région Languedoc-Roussillon, dans le cadre d'Interreg III. Un accord d'intention a ensuite été conclu, le 19 mars 2007 entre les ministres de la santé français et catalan, en vue de créer un GECT, ou groupement européen de coopération territoriale (voir notre article ci-contre du 20 mars 2007). Mais la concrétisation de cette structure a souffert de la lenteur dans le déploiement des GECT et la convention constitutive du groupement n'a finalement été signée que le 26 avril 2010. Entre-temps, la question du financement de l'investissement (31 millions d'euros) avait été réglée, avec une répartition à 60% pour le Feder, à 25% pour la France et à 15% pour la Catalogne.
Plus de dix ans pour mettre en service un établissement de 62 lits : il reste à espérer que le projet d'hôpital de Cerdagne a essuyé les plâtres de la coopération transfrontalière en matière de santé...

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle