Export : Bercy incite à ne pas baisser la garde en attendant la reprise

Poursuivre en 2021 les mesures d'urgence prises en mars 2020 et déployer le volet export du plan de relance qui s'élève à 250 millions d'euros, ce sont les pistes envisagées par l'État pour continuer à soutenir les entreprises, et particulièrement les PME et ETI, dans leur prospection à l'export. Durant Bercy France Export, qui s'est tenu le 2 février 2021, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, a assuré les entreprises du soutien de l'État, y compris à l'issue de la crise.

"L'État a été aux côtés des entreprises et des exportateurs pour traverser cette crise et il continuera à l'être." C'est le message adressé par Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, en amont du Bercy France Export qui s'est tenu le 2 février 2021 en présence de plusieurs centaines d'acteurs du commerce extérieur sur le thème de "la relance verte" : l'État ne laissera pas tomber les entreprises françaises, et particulièrement les PME et les ETI, dans leurs efforts de prospection à l'export malgré la crise sanitaire à laquelle elles doivent faire face. Il compte notamment jouer son rôle contracyclique et prendre des risques là où ce sera plus difficile et où les investissements privés risquent de manquer.

D'après le premier bilan de la Team France Export, publié début décembre 2020, les exportations françaises ont reculé de 21,5% au premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019, soit une baisse de plus de 50 milliards d'euros. Une chute inédite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui est encore plus forte que celle subie au premier semestre 2009, au lendemain de la crise économique et financière de 2008.

En dehors de l'industrie pharmaceutique et des produits agricoles dont les ventes à l'étranger sont en hausse (+10% et +5% au premier semestre 2020), les autres secteurs voient leurs exportations se rétracter, jusqu'à -47% pour les exportations de matériel aéronautique et -42% pour les exportations de véhicules automobiles.

Un volet export de France Relance de 250 millions d'euros

Face à la situation d'urgence, l'État a décidé dès mars 2020 de mesures d'aide à l'export mises en oeuvre par la Team France Export, le guichet unique d'accompagnement des entreprises à l'international intégrant, depuis 2018, les acteurs publics concernés (CCI France, Business France, Bpifrance), les acteurs privés offreurs de solutions, sous l'autorité des régions.

Ces mesures seront poursuivies cette année. Il s'agit notamment du rehaussement des quotités garanties à 90% pour les cautions et préfinancements, et de la possibilité de prolonger d'un an les durées des assurances-prospection en cours d'exécution pour les PME et ETI. L'avance de l'assurance-prospection a aussi été portée de façon exceptionnelle de 50 à 70%. 

Le plan France Relance en cours de déploiement prévoit de son côté une enveloppe de 250 millions d'euros pour le volet export, dont un renforcement des moyens de l'assurance-prospection notamment au profit des PME et ETI qui se lancent à l'export. L'objectif est d'accompagner 6.000 entreprises sur la durée avec 1.600 assurances prospections distribuées par an. En 2019, on comptait 130.000 entreprises françaises exportatrices.

Autre dispositif, mis en œuvre depuis le 1er octobre 2020 : le chèque Relance Export qui prend en charge 50% des frais de participation à un salon international, présentiel ou virtuel, ou à l'achat d'une prestation de projection collective ou individuelle, y compris sous forme distancielle. Les prestations peuvent être achetées auprès de la Team France Export ou d'une entreprise agréée. Objectif : financer 15.000 prestations d'ici fin 2021.

La part des régions

Le "chèque VIE" d'un montant de 5.000 euros pour l'envoi en mission d'un jeune volontaire international en entreprise par une PME-ETI (dans la limite de deux par entreprise), le doublement de l'enveloppe du Fonds d'études et d'aide au secteur privé (50 millions d'euros), qui offre des subventions pour financer des études de faisabilité ou la démonstration de technologies vertes innovantes en amont d'un projet d'infrastructure, et la mise en place d'une veille-information sur les marchés, personnalisée et gratuite pour les exportateurs, proposée par la Team France Export, sont également prévus.

En tant que chef de file du développement économique, les régions sont parties intégrantes de ce plan, cadré au niveau national mais décliné via 15 conventions régionales. Des points réguliers ont d'ailleurs été organisés tout au long de l'année 2020 entre Bercy et les acteurs de l'export avec les associations d'élus, pour assurer la remontée d'informations. "Les plateformes d'information mises en place par Business France sont personnalisées par les régions", explique-t-on ainsi à Bercy. Elles vont notamment proposer les opportunités de marché post-crise. Les régions ont aussi la possibilité d'abonder le volet export du plan de relance, en complétant par exemple la prise en charge de certains dispositifs. Le tout pour aboutir à un dispositif harmonieux, permettant aux entreprises de savoir à quelle porte frapper et d'obtenir des aides conséquentes, indispensables pour leur donner des perspectives à l'international à la suite d'une crise sans précédent. On notera cependant qu'elles n'étaient pas conviées à ce Bercy France Export.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle