Localtis

Frédérique Vidal annonce les 13 premiers campus connectés

Publié le
par
Valérie Liquet pour Localtis
dans

Jeunesse, éducation et formation

Infrastructures numériques, données

Cohésion des territoires

Smart city

France

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a annoncé officiellement, le 3 mai, à la Digitale Académie de Montereau-Fault-Yonne (77), le lancement des 13 premiers "campus connectés" à la prochaine rentrée universitaire. L'objectif est d'en créer 100 en 4 ans, en partenariat avec des collectivités.

"Nous allons développer des campus connectés pour les études universitaires dans les villes moyennes", avait dit Emmanuel Macron aux journalistes, jeudi 25 avril 2019, lors de sa conférence de presse organisée en point d'orgue au Grand Débat. Cette initiative s'inscrit, pour le président de la République, dans le "nouveau projet pacte territorial" qu'il entend mettre en place (voir notre article ci-dessous du 26 avril 2019) pour "réconcilier la métropole, la ville moyenne et le rural".
Le 3 mai, Frédérique Vidal a confirmé que "dès la rentrée prochaine, douze campus connectés ouvriront leurs portes et un treizième sera labellisé par l’État". La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fixé un objectif de 100 campus connectés "dans des territoires où l’accès à l’enseignement supérieur est freiné par des contraintes géographiques, sociales ou de mobilité" d’ici à la rentrée universitaire 2022, et "100% de réussite aux examens" (le gouvernement ne se serait pas donné d'objectifs en termes de nombre d'étudiants concernés). 

Enseignement à distance et coaching individuel

Le campus connecté vise à allier "la souplesse de l’enseignement à distance" avec "un tutorat individuel et collectif". Il s'adresse aux étudiants "les plus éloignés des pôles universitaires dans le premier cycle de l’enseignement supérieur", en leur donnant "les moyens de surmonter les barrières géographiques, urbaines et sociales qui créent des inégalités de destin". 
"Il ne faut pas confondre les campus connectés avec la simple mise à disposition de contenus pédagogiques dématérialisés", insiste le ministère. Des tuteurs ou "coachs" animent ces campus, accueillent et accompagnent chaque jour les étudiants. Ils les réunissent collectivement chaque semaine afin de vérifier la régularité de leur travail et encourager leur motivation. En lien avec les collectivités territoriales porteuses du projet, ces coachs organisent aussi des rencontres avec des acteurs culturels, associatifs et économiques locaux. 

Des liens avec les universités géographiquement les plus proches

Les campus connectés proposent des diplômes nationaux, comme des licences ou des BTS dispensés par les établissements d’enseignement supérieur. Les formations proposées suivent le calendrier universitaire. Les examens sont organisés à distance ou en présentiel, dans l’université délivrant la formation, au sein de l’université de proximité qui a conclu un partenariat avec le campus connecté ou au sein même du campus.
Car chaque campus connecté a vocation à nouer des liens avec les universités géographiquement les plus proches pour faciliter la poursuite des études. Pour cela, l’État versera à chacune des universités engagées auprès des campus connectés une subvention annuelle spécifique de 10.000 euros.

Une expérimentation menée avec des collectivités locales

Les 13 premiers campus connectés font en réalité l'objet d'une expérimentation menée par le ministère avec plusieurs collectivités territoriales volontaires : trois régions (Bretagne, Grand-Est et Occitanie), un département (Ardèche) et plusieurs agglomérations (Cahors, Le Vigan, Carcassonne, Saint-Raphaël, Lons-le-Saunier, Autun…) 
Dans ce cadre, l’État prévoit une subvention d’amorçage de 50.000 euros et une dotation de 1.000 euros par étudiant pendant 3 ans, soit un investissement de 1,5 million d’euros pour cette première vague de campus. En contrepartie, les collectivités territoriales mettent à disposition des étudiants un lieu "ouvert, équipé et convivial favorisant le travail et l’entraide" (jusqu’à 75% du coût du programme dans certains sites). Le partenariat entre les collectivités et le ministère permettra également, pour la rentrée 2019, de recruter les tuteurs chargés d’accompagner les étudiants. 
C'est le cahier des charges élaboré suite à ce travail qui permettrait, "dans les mois à venir", de labelliser de nouveaux campus connectés. 
 

Haut de page