Graine de maraîchers : le Grand Besançon aide les jeunes producteurs bio à démarrer (25)

Publié le
par
Delphine Lethu
dans

Cohésion des territoires

Doubs

Une pépinière de maraîchage sur le modèle d'une pépinière d'entreprise. C'est le projet développé par le Grand Besançon pour développer l'agriculture biologique périurbaine. Depuis 2014, la communauté d’agglomération met à la disposition de quatre maraîchers les terres et le matériel nécessaires au démarrage de l'activité.

Pour répondre à la forte demande de légumes locaux, le Grand Besançon (71 communes, 178.000 habitants) développe depuis des années une politique en vue de maintenir une agriculture périurbaine. Le dernier-né des projets - la pépinière de maraîchage intitulée Graine de maraîchers - aide de jeunes producteurs à faire leurs armes avant de s'implanter pour de bon.
Un premier test a démarré en 2014, un second appel à candidatures a eu lieu en 2016.

Test grandeur nature proposé à quatre producteurs

Le principe est de proposer un test grandeur nature à quatre producteurs en culture maraîchère, sélectionnés sur dossiers, en proposant un soutien pour une durée de trois ans maximum, sur deux volets. "Il s’agit d’une part d’accompagner des producteurs qui souvent ne sont pas issus du monde agricole et manquent d'expérience, d’autre part de leur faciliter l’accès au foncier", explique la chargée de mission au service environnement, Cécile Piganiol.
La pépinière Graine de maraîchers est installée à côté du chantier d'insertion des Jardins de Cocagne sur la commune de Chalezeule. Le matériel appartient aux Jardins de Cocagne et les terres au Grand Besançon.

Terres, matériels et locaux mis à disposition en échange d’une redevance

Le Grand Besançon a commencé par libérer 6,4 hectares en gelant un projet de zone artisanale pour une durée de 15 ans. Chacun des quatre exploitants - dont un en permaculture sur 7.000 m² - dispose de 1,5 ha équipé en irrigation, de 1.000 m2 de tunnels maraîchers et d’équipements partagés : tracteur, matériel de culture, serre de multiplication chauffée, locaux de stockage, chambre froide, zone de lavage et de préparation des légumes, bureau, camionnette de livraison, point de vente directe sur place… Ces équipements, qui bénéficient à la pépinière ainsi qu’à un chantier d’insertion par l’activité économique, ont nécessité un investissement de 729.000 euros HT du Grand Besançon et de 153.000 euros HT des Jardins de Cocagne, soutenus par des investisseurs privés, le conseil départemental, le conseil régional et le fonds européen agricole pour le développement rural (Feader).
En contrepartie de l'usage des terres, matériels et locaux partagés, chaque producteur verse actuellement une participation annuelle de 2.800 euros au Grand Besançon et 1.990 euros au Jardin de Cocagne : ce montant va probablement évoluer à la baisse en 2017.

Double accompagnement : en maraîchage et en gestion d'entreprise

Les animateurs du Jardin de Cocagne, qui encadrent le chantier d'insertion sur la parcelle voisine, assurent l’accompagnement des futurs exploitants en maraîchage à raison de 400 heures par an. Au programme : plan de culture, outillage, fertilisation...
Une coopérative d'activité et d'emploi basée sur le territoire, Coopilote, réalise l'appui à la gestion d’entreprise à raison de 100 heures par an et prend en charge le portage juridique et comptable de l'activité. Ce double accompagnement est financé par le Grand Besançon à hauteur de 30.000 euros par an.

Une installation réalisée à la sortie de la pépinière et deux en projet

Les quatre producteurs vendent leurs légumes sur place sous forme d’abonnements paniers, sur des marchés ou via un réseau d'achat direct. Cela encourage les circuits courts. Au sein de la pépinière, les coopérations et la formation mutuelle vont bon train. Deux exploitants ont par exemple décidé d'associer leur activité et de mettre en commun leur terrain.
Forts d'une expérience de 1 à 3 ans et de la constitution d'un apport personnel, les jeunes maraîchers quittent ensuite la pépinière pour voler de leurs propres ailes. La première installation a eu lieu en 2016 à proximité du Grand Besançon, puis deux autres porteurs de projet envisagent de s'installer courant 2017 sur le territoire. A leur sortie, ils bénéficient d'un soutien technique de la chambre d’agriculture.

Perspectives : accroître la mutualisation des outils pour diminuer les coûts

Pour retrouver de nouvelles graines de maraîchers en 2017, la collectivité relance donc un appel à candidatures. En parallèle, des pistes de mutualisation avec les Jardins de Cocagne pour la commercialisation pourraient faciliter la première année des maraîchers en pépinière. En parallèle, la réduction du coût de la participation est à l’étude parce qu’elle semble être un frein à l'entrée de jeunes exploitants dans la pépinière de maraîchage.

Communauté d'agglomération du Grand Besançon

Nombre d'habitants :

177354

Nombre de communes :

58
4 rue Gabriel-Plançon
25000 Besançon
agglomeration@besancon.com

Françoise Presse

Vice-présidente en charge du développement durable et de la transition énergétique

Cécile Piganiol

Chargée de mission service environnement
Haut de page