Localtis

Handicap : seule la territoriale dépasse l’objectif avec un taux d'emploi de 6,76% 

Publié le
par
Virginie Fauvel avec l'AFP
dans

Social

Santé, médico-social, vieillissement

Fonction publique

La fonction publique territoriale est la meilleure élève ! Des trois fonctions publiques, seul le versant territorial atteint l'objectif des 6%, avec un taux d’emploi des personnes en situation de handicap de 6,76%, contre 5,67% dans la fonction publique hospitalière et 4,65% dans la fonction publique d’État, d'après le bilan annuel du fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) présenté jeudi 20 juin 2019. 

Toutes fonctions publiques confondues, le taux d’emploi des personnes en situation de handicap atteint 5,61% en 2018. Il poursuit donc sa progression pour la quatrième année consécutive mais reste en-deçà de l'objectif des 6% fixé par la loi. Ce taux était de 5,49% en 2017 et de 5,32% en 2016. En 2018, cela représente 250.760 bénéficiaires de l'obligation d'emploi (BOE). Parmi les plus mauvais élèves, l'Éducation nationale (3,62%) et les services du Premier ministre (3,38%) figurent en tête. Marc Desjardins, directeur général de l’institution, a également cité le cas des universités, "qui sont globalement en retard”, avec un taux d'emploi de 3,1 %. "La question de l’inclusion des personnes en situation de handicap n’est pas qu’une question d’argent", a souligné la nouvelle présidente du comité national du FIPHFP, Françoise Descamps-Crosnier, élue le 12 juin 2019 pour un mandat de quatre ans, ajoutant que c’était "aussi et surtout une question de valeur et de dynamique".  

Un contexte budgétaire contraint 

Dans un contexte de réformes et de "signaux perturbateurs par rapport à la vie d’une institution", Marc Desjardins, citant le rapport de la Cour des comptes, de l’Igas et de l’IGS, a estimé que "finalement, le FIPHFP a le sentiment d’avoir été entendu par les pouvoirs publics". D’après le rapport "Donner un nouveau souffle à la politique du handicap dans la fonction publique", dit rapport Di Folco - Marie, le gouvernement souhaite fixer les recettes du FIPHFP à 130 millions d'euros, soit 17 millions d'euros de plus qu'en 2018. De son côté, le FIPHFP estime son besoin de financement à 180 millions d'euros par an. Ajoutons qu'en 2019, les réserves de l’établissement public s'élèvent à 70 millions d’euros, soit 20 millions d’euros de moins qu’en 2018. La pérennisation des ressources financières de l'établissement se pose donc. 

Car plus le taux d'emploi des personnes handicapées progresse, plus le budget du FIPHFP, qui est financé par les employeurs publics ne respectant pas le quota de travailleurs handicapés, se réduit. Dans son bilan, le fonds relève que les contributions des employeurs ont chuté en dessous des 115 millions d'euros en 2018 (contre 121 millions en 2017 et 132 millions en 2016) et ont finalement été inférieures aux dépenses d'intervention. La question du financement de l’institution est aussi abordée dans le rapport Di Folco - Marie. Ce document de travail met le doigt sur des sujets sensibles, a estimé Marc Desjardins, citant la réelle accessibilité aux concours, la formation pendant le congé longue maladie, la portabilité des équipements de compensation, la présence d’un référent handicap dans toutes les administrations, entre autres”, a-t-il souligné. 

"Le numérique est très clivant"

Le FIPHFP qui aide, entre autres, à l'aménagement des postes de travail adaptés au handicap, a vu le montant de l'ensemble de ses interventions baisser de 3,15% par rapport à 2017 pour s'établir à 125 millions d'euros.
Il a toutefois doublé en un an le montant de ses financements pour l'accessibilité numérique (1,17 million d'euros) et renforcé ceux pour la formation (6,67 millions d'euros). "Le numérique est très clivant pour les personnes en situation de handicap", a souligné Marc Desjardins, citant l’exemple du logiciel de comptabilité "Chorus" du ministère des Finances qui n’était “"nativement" pas inclusif pour les personnes en situation de handicap. L'apprentissage a également été identifié comme "priorité" pour faciliter l'insertion professionnelle des personnes handicapées. 4,6 % d'apprentis en situation de handicap ont été recensés en 2018 dans la fonction publique. Un tiers d'entre eux sont recrutés à l'issue de leur contrat d'apprentissage au poste occupé et "60 % trouvent un emploi dans les deux ans", toujours selon le rapport. 

Haut de page