Economie - Industrie du futur : déjà 400 PME et ETI engagées

Environ 400 PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) se sont déjà engagées dans des programmes personnalisés de modernisation dans le cadre du projet "Industrie du futur" et 18 régions ont lancé un accompagnement de ces programmes, selon un premier point d'avancement établi le 20 juillet 2015 par le ministère de l'Economie. Le comité de pilotage du projet a été installé et l'Alliance pour l'industrie du futur officiellement créée.

Le comité de pilotage du projet "Industrie du futur" a été installé le 20 juillet 2015 par Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, deux mois après son lancement, le 18 mai à Nantes, à l'occasion de la présentation de la seconde phase de la Nouvelle France industrielle. Le projet "Industrie du futur", dont les chefs de file sont Bernard Charles (3DS) et Frédéric Sanchez (Fives), est "la matrice de la stratégie de réindustrialisation du gouvernement", précise Bercy dans un communiqué. Objectif : "Enrichir la croissance en investissement productif pour l'enrichir en emplois et réussir la transformation numérique de notre industrie." Concrètement, il s'agit d'aider chaque entreprise à investir pour moderniser son outil industriel et à transformer son organisation et son modèle d'affaires par le numérique.
Cette première réunion de travail du comité de pilotage a permis de partager "un premier point d'avancement du projet Industrie du futur" sur quatre volets : le programme d'accompagnement personnalisé des entreprises, le développement de l'offre technologique pour l'Industrie du futur, le renforcement de la coopération européenne et le pilier "Hommes et Industries du futur". L'Association des régions de France (ARF) qui est membre du comité de pilotage se déclare "satisfaite" du projet qu'elle trouve "abouti" car traitant "aussi bien de la constitution d'une filière française, de la mise à niveau du tissu de PME, que de la conduite du changement dans les entreprises et la formation des hommes, qu'ils soient ingénieurs ou apprentis".

Les diagnostics des régions

Pour accompagner les PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) sur la voie du futur, les régions proposent des diagnostics sur la base d'un référentiel partagé et avec le soutien de 300 experts identifiés et référencés par l'Alliance pour l'industrie du futur. Dix-huit régions ont d'ores et déjà engagé leur programme régional d'accompagnement des entreprises pour un budget total de 160 millions d'euros. Le processus est dès à présent enclenché auprès de 400 entreprises "et dimensionné pour plus de 1.000 entités", précise l'ARF, sur l'objectif de 500 à fin 2015 et 2.000 à terme.
Des travaux ont également été engagés sur sept thématiques-clés : digitalisation de la chaîne de valeur ; automatisation, transition robotique ; fabrication additive ; monitoring et contrôle ; composites, nouveaux matériaux, assemblages ; place de l'homme dans l'usine ; efficacité énergétique, empreinte environnementale. "Au moins huit projets innovants et deux projets de plateformes destinées à permettre aux entreprises de mutualiser et de tester de nouvelles technologies et de former leurs salariés à ces nouveaux outils devraient être présentés d'ici la fin de l'année", précise Bercy.

Volet international

Le ministre a souhaité mobiliser les dirigeants d'entreprise présents afin qu'ils enrichissent le projet dans une approche de maîtrise d'ouvrage partagée entre public et privé. Il a en particulier demandé aux industriels de renforcer leurs initiatives pour internationaliser ces travaux, notamment en engagent rapidement un partenariat avec la plateforme Industrie 4.0 allemande. La prochaine réunion de travail du comité de pilotage prévue début octobre 2015 sera consacrée à ce volet international.
Emmanuel Macron a également appelé les dirigeants d'entreprise à approfondir leurs réflexions sur les implications de la transformation numérique en termes de formation initiale et continue et d'organisation du travail. Leurs propositions pourront nourrir les travaux sur l'innovation qui seront conduits d'ici la fin de l'année.

L'Alliance pour l'industrie du futur

L'installation du comité de pilotage s'est accompagnée, le même jour, par la création officielle de l'Alliance pour l'industrie du futur. Cette association loi 1901 est conçue comme "un partenariat ouvert" qui pourrait être rejoint par d'autres acteurs comme les pôles de compétitivité pour accompagner les PME industrielles au plus près du terrain. Elle travaillera de concert avec le Conseil national de l'industrie (CNI) et les organisations syndicales de salariés, notamment au travers du pilier "Hommes et industries du futur" (développement des compétences numériques et formation) que l'Alliance et le CNI co-pilotent.
"Le rôle de l'Alliance est d'organiser et de coordonner au niveau national les initiatives, projets et travaux pour la modernisation et la transformation de l'industrie en France. Son action sera mise en œuvre en collaboration avec les régions", précise Philippe Darmayan, président opérationnel de l'association et membre du comité exécutif de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM). A ses côtés, siègent deux présidents d'honneur : Pascal Daloz (Dassault Systèmes) et Frédéric Sanchez. L'ARF salue la création officielle de cette Alliance "de syndicats professionnels" avec laquelle elle "travaille main dans la main pour sensibiliser les entreprises, depuis plusieurs mois déjà".

Composition du comité de pilotage du projet

Présidé par Emmanuel Macron, le comité de pilotage du projet "Industrie du futur" réunit :
- les chefs de file de l'Industrie du futur : Bernard Charles (3DS) et Frédéric Sanchez (Fives) ;
- l'Alliance pour l'industrie du futur : AFDEL, Arts&Métiers Paris Tech, CEA Tech, CETIM, FIEEC, FIM, GIMELEC, Institut Mines Telecom, SYMOP, SYNTEC Numérique, UIMM ;
- le Conseil national de l'industrie : Jean-François Dehecq ;
- les organisations syndicales de salariés représentatives : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO ;
- les régions : Alain Rousset et Jean-Louis Gagnaire (ARF) ;
- plusieurs industriels intuitu personae : Christophe Cador (Finaéro), Philippe Darmayan (Arcelor-Mittal, GFI), Clara Gaymard (GE), Raphaël Gorge (Groupe Gorgé), Guy Maugis (Bosch), Joseph Puzo (Axon Cable), Denis Ranque (Fabrique de l'Industrie, Airbus), Jean-Dominique Senard (Michelin).
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle