Jacqueline Gourault remplacée par Joël Giraud

L'Elysée a fait savoir samedi soir par un communiqué que l'actuel secrétaire d'Etat à la ruralité, Joël Giraud, était nommé ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales en remplacement de Jacqueline Gourault, qui était jusqu'ici sa ministre de tutelle. Une forme d'intérim de court terme qui fait suite à la nomination de Jacqueline Gourault au Conseil constitutionnel. En notant au passage que Joël Giraud conservera l'actuelle tutelle sur la ministre déléguée chargée de la Ville, Nadia Hai, et la cotutelle (avec Bercy) sur le secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique, Cédric O.

La nomination de Jacqueline Gourault au Conseil constitutionnel avait été "envisagée" par le président de la République à la mi-février (voir notre article) puis entérinée une semaine plus tard par les commissions des lois de l'Assemblée nationale et du Sénat (au total, 41 parlementaires avaient voté pour, 31 contre et 4 s'étaient abstenus, les parlementaires votant contre ayant notamment argué d'un possible manque d'"impartialité" ou d'une absence de formation en droit).

Joël Giraud était entré au gouvernement en juillet 2020, en même temps que cinq autres nouveaux secrétaires d'Etat (voir notre article). Avant celui qui était alors député des Hautes-Alpes, point de secrétaire d'Etat dédié à la ruralité. L'Association des maires ruraux (AMRF) s'était réjouie de sa nomination : "Il y a désormais un ministre, associé à une politique et une équipe au sein de l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Au travail !", avait-elle salué, songeant notamment à la mise en œuvre des mesures de l'Agenda rural. Joël Giraud avait été le maire d’une petite commune des Hautes-Alpes, L’Argentière-la-Bessée. Et rapporteur général de la commission des finances de l’Assemblée de 2017 à 2019.

C'est dans ce même communiqué du 5 mars que l'Elysée a fait savoir qu'il était mis fin, "à sa demande", aux fonctions de Nathalie Elimas en tant que secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée de l'Education prioritaire. Celle-ci fait l'objet d'une enquête administrative sur le fonctionnement de son cabinet après des accusations de harcèlement moral. Elle ne sera pas remplacée. Elle avait elle aussi rejoint le gouvernement en juillet 2020.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle