Personnes âgées - La CNSA se penche sur les soins en Ehpad

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) publie, dans le dernier numéro de sa lettre d'information, une étude sur "Les Ehpad et leurs résidents en 2013". Cet article s'appuie sur une étude plus approfondie, également mise en ligne sur le site de la Caisse, et portant sur les soins en Ehpad en 2013.

Plus de huit Ehpad sur dix financés sur la base du GMPS

Ces travaux montrent notamment qu'en matière de tarification, la grande majorité des 6.865 Ehpad (71%) ont choisi le tarif partiel sans pharmacie à usage intérieur (PUI), tandis que 15% ont opté pour le tarif global avec PUI - ce qui leur permet de disposer d'un plateau technique complet (prestations paramédicales, médicaments) -, 11% pour le tarif global sans PUI et 3% pour le tarif partiel avec PUI. En termes d'évolution entre 2011 et 2013, l'option du tarif partiel sans PUI est celle qui progresse le plus rapidement (+7,3%).
Autre enseignement : 84% des Ehpad sont aujourd'hui financés sur la base du GIR moyen pondéré soins (GMPS). L'enveloppe qui leur est allouée pour la prise en charge des soins délivrés est donc déterminée à la fois par le degré d'autonomie des résidents accueillis dans l'établissement (mesuré par la grille Aggir) et par les soins médico-techniques requis par les résidents compte tenu de leurs pathologies. Il reste néanmoins 1.063 Ehpad (16%) qui continuent de relever de la tarification Dominic (dotations minimales de convergence). L'année 2013 a vu toutefois une nette évolution. Alors que la répartition entre les tarifications GMPS et Dominic était restée inchangée entre 2011 et 2012, la première est passée de 69% à 84% en 2013, alors que la seconde reculait de 31% à 16%.

Une moyenne de huit pathologies par résident

L'étude dresse également le bilan des coupes Pathos réalisées en 2013. Au cours de cette année, 1.406 Ehpad - totalisant 99.450 résidents - ont bénéficié d'une validation. Ce chiffre traduit une montée en charge du volume des coupes (908 Ehpad concernés en 2012).
L'analyse des résidents qui se dégage des coupes Pathos reste en revanche très stable d'une année sur l'autre. Le pourcentage des hommes est de 25,6% et celui des femmes de 74,4%. L'age moyen des résidents est de 85,7 ans, dont 82,5 ans pour les hommes et 86,9 ans pour les femmes. En termes d'autonomie, 20% sont classés en GIR 1, 35% en GIR 2, 15,7% en GIR 3 et 18,2% en GIR 4 - les quatre groupes ouvrant droit à l'APA, auxquels s'ajoutent 10,7% de résidents classés en GIR 5 et 6.
Les pathologies les plus fréquentes révélées par les coupes sont l'hypertension artérielle (présente chez 59% des résidents), les syndromes démentiels (55%), les troubles du comportement (48%), les syndromes abdominaux (44%), les états dépressifs (38%), la dénutrition (27%), l'insuffisance cardiaque (21%) et le diabète (15%).
En moyenne, les résidents présentent huit pathologies. Ce nombre a tendance à croître, puisque l'on comptait 7,5 pathologies par résident en moyenne sur l'ensemble de la période 2007-2013. Autre signe du poids croissant de l'état de santé des résidents dans la prise en charge en Ehpad : le GIR moyen pondéré (GMP) a progressé de 0,9% entre 2012 et 2013, passant de 687 à 693, tandis que le PMP (Pathos moyen pondéré) augmentait de 3,1% sur la même période, passant de 192 à 198. Seul - petit - bémol : la part des SMTI - soins médicaux et techniques importants, imposant une permanence infirmière 24h/24 et une surveillance médicale rapprochée pluri-hebdomadaire - recule légèrement de 0,3%, passant de 12,6% à 12,5% des résidents.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle