Handicap / Emploi - La dégradation de l'emploi des personnes handicapées inquiète les associations

Alors que s'ouvre la 18e Semaine pour l'emploi des personnes handicapées - qui se tient cette année du 17 au 23 novembre -, les associations s'inquiètent de la forte dégradation de l'emploi des travailleurs handicapés en milieu ordinaire et réclament "un véritable plan d'action". L'APF (Association des paralysés de France) pointe ainsi "la forte augmentation du taux de chômage des personnes en situation de handicap (+ 100% en six ans)". Le nombre de chômeurs handicapés était de 413.421 en décembre 2013 (et de 427.947 à la fin du mois de juin 2014), contre 205.864 en décembre 2007. La progression est très supérieure à celle observée en population générale, même s'il faut tenir compte de l'effet mécanique de la forte croissance du nombre de reconnaissances de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), en hausse de 50% par rapport à 2007.

"Main basse sur l'argent du handicap"

L'APF dénonce également, comme autant de freins à l'emploi des personnes handicapées, "le non-respect des engagements de l'Etat envers les entreprises adaptées (EA) ou les établissements et services d'aide par le travail (Esat), le problème du maintien dans l'emploi et de l'insuffisante sécurisation des parcours". Sans oublier la question récurrente de la formation, avec pour conséquence que 29% des personnes en situation de handicap ont un niveau d'étude inférieur au CAP et que 75% des demandeurs d'emploi en situation de handicap ont un niveau inférieur au baccalauréat.
Cette prise de position intervient dans un climat tendu en matière d'emploi des personnes handicapées. Si les collectivités territoriales connaissent une amélioration sensible (voir nos articles ci-contre), c'est peu dire que les associations n'ont guère apprécié le prélèvement de 29 millions d'euros effectué, dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour 2015, sur les réserves du FIPHFP (Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique), qui a suivi de peu un prélèvement de même montant sur les crédits de l'Agefiph. Dans un communiqué, les associations siégeant au conseil d'administration du FIPHFP dénoncent "la main basse du gouvernement sur l'argent du handicap" et "s'opposent à cette politique gouvernementale révoltante et inacceptable qui accentue le désengagement de l'Etat en direction des personnes en situation de handicap".

Quatorze propositions pour dynamiser l'emploi des handicapés

De son côté, le gouvernement a reçu, le 4 novembre, le rapport d'Annie Le Houérou, députée des Côtes d'Armor, intitulé "Dynamiser l'emploi des personnes handicapées en milieu ordinaire - Aménager les postes et accompagner les personnes". Celle-ci formule quatorze propositions, parmi lesquelles le renforcement du rôle des CHSCT en matière de handicap et de la place de ce dernier dans la négociation collective, la création d'équipes mixtes de l'évaluation continue des plus jeunes travailleurs dans les Esat, ou encore l'ouverture d'une plateforme d'échanges "Services - emploi pour tous" dans chaque bassin d'emploi avec Cap emploi.
Lors de la réception du rapport, les ministres du Travail et des Affaires sociales ont indiqué que ces quatorze propositions "feront l'objet d'un examen attentif durant les prochaines semaines, dans la perspective de la Conférence nationale du handicap (CNH) du mois de décembre, qui sera l'occasion d'examiner comment elles pourraient être appliquées".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle