La Fête de la nature maintenue malgré le Covid

La Fête de la nature résiste à l'épidémie de Covid-19. Sa quatorzième édition se tient du 7 au 11 octobre, avec plus de 3.000 animations labellisées à travers la France métropolitaine et outre-mer.

Initialement prévue en mai, la Fête de la nature qui se tient depuis 2007 et rassemble habituellement plus de 800.000 personnes pour des visites et activités décentralisées, a été reportée à cet automne en raison de la période de confinement. En dépit de la recrudescence de l'épidémie dans certaines régions, les organisateurs ont maintenu l'édition 2020 qui se déroule du 7 au 11 octobre, "car ce sont (des activités) de petits groupes, dehors", explique François Letourneux, président de l'association Fête de la nature.
La fréquentation devrait toutefois s'en ressentir, alors que la fête 2020 aurait dû coïncider avec une étape majeure pour les actions de préservation de la biodiversité. Mais plusieurs conférences internationales prévues dans l'année – dont le Congrès mondial de la nature, à Marseille - ont dû être reportées en raison de la crise mondiale du coronavirus.
Une crise "qui questionne plus que jamais la place de la nature dans nos sociétés", soulignent les organisateurs de la fête, qui ont recensé quelque 3.200 animations et près de 500 organisateurs dans plus de 800 lieux.

Une sélection de "coups de cœur"

L'édition 2020, sur le thème "Prenons-en de la graine !", présente plusieurs nouveautés. Une dizaine de "coups de cœur" ont été sélectionnés - une promenade découverte des plantes sauvages dans les rues de Montauban, un programme d'animations sur le thème de l'arbre à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine), la découverte de la "nouvelle vie" du marais de Chautagne (Savoie), un rallye mystère dans les dunes et la forêt de Penthièvre à Plouharnel (Morbihan)… On relève aussi pour cette nouvelle édition la participation active des espaces naturels protégés, l'ouverture de jardins de particuliers, ainsi que des visites de fermes en compagnie d'éleveurs et d'agriculteurs. Des parcours nature sont aussi disponibles via l'application Explorama. Le partenariat noué depuis 2012 avec l'administration pénitentiaire a également été renouvelé. À Perpignan, par exemple, des personnes sous main de justice et leurs familles ont été invitées ce 7 octobre à se regrouper dans un site naturel bien connu dans les Pyrénées-Orientales, l'étang de l'Esparrou, pour une découverte de la biodiversité locale.

Actions reproductibles  

Enfin, pour illustrer le thème "Prenons-en de la graine" choisi cette année, les organisateurs de la Fête ont choisi de mettre en avant des initiatives en faveur de la nature qui peuvent essaimer. Dix de ces animations ont été sélectionnées et leurs organisateurs mis en avant sur le site et dans un document dédié. Parmi eux : Amandine Gallois et Claude Daniel qui oeuvrent au développement de la biodiversité au sein du cimetière de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Laetitia Cour, adjointe au maire de Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine) et organisatrice de l'Atlas de la biodiversité communale ou encore Eric Vallé, garde de la réserve naturelle de la vallée de Chaudefour (Puy-de-Dôme).

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle